EBOLA FIÈVRE ET VIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fièvre Ebola tire son nom d’une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) où cette maladie a été identifiée pour la première fois en septembre 1976 chez l’homme. Elle appartient au groupe des fièvres hémorragiques, comme les fièvres Marburg, Lassa, Rift, etc. Elle débute par une fièvre brutale et intense, accompagnée de multiples troubles somatiques, diarrhées, éruptions cutanées. La mort survient en quelques jours dans la proportion de 25 à 90 p. 100 des cas selon la souche virale à la suite d’un état de choc, lui-même consécutif à une insuffisance rénale et hépatique majeure et à des hémorragies internes et externes (peau et conjonctive). La maladie entraîne, chez les cas non mortels, d’importantes séquelles neurologiques et hépatiques. Le malade doit être isolé pour éviter la contamination des personnes à son contact et placé dans des unités de soins intensifs où il est réhydraté. On cherche surtout à inhiber, avec divers agents anticoagulants, la coagulation vasculaire disséminée responsable de l’extension des signes cliniques à tous les organes. Il n’existe pas de traitement reconnu spécifique de la fièvre Ebola. Depuis l’été 2015, il existe au moins un vaccin efficace.

La maladie est provoquée par Ebolavirus, plus communément appelé virus Ebola. Le virus appartient à la famille des Filoviridae, des agents infectieux qui doivent leur nom à leur aspect filamenteux au microscope électronique. Leur matériel héréditaire est un ARN de petite taille, doté de sept gènes seulement codant pour neuf gènes viraux. On en compte cinq espèces différentes, nommées d’après leur lieu d’origine. Elles ont toutes en commun environ 60 p. 100 de leur génome, mais diffèrent pour le reste, ce qui est à l’origine de différences dans leur pathogénicité. Ainsi l’une de ces souches virales, le virus Reston, n’est que faiblement pathogène pour l’homme. Les épidémies humaines graves sont quant à elles dues aux autres souches, principalement africaines. Ainsi, l’épidémie de 2013-2015 est provoquée [...]

Ebolavirus

Ebolavirus

Photographie

Le virus Ebola (ou Ebolavirus), pris ici au microscope électronique, montre une structure filamenteuse. Le diamètre de ses filaments est d'environ 70 nanomètres (1 nm = 10-9 mètre). 

Crédits : C. Goldsmith/ CDC

Afficher



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  EBOLA FIÈVRE ET VIRUS  » est également traité dans :

EBOLA (VACCIN CONTRE LE VIRUS)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 384 mots
  •  • 1 média

La fièvre Ebola est une fièvre hémorragique qui touche l’homme et les grands singes. Elle est provoquée par un virus à ARN qui appartient à une famille de filovirus dite Ebola, d’après le nom du premier virus découvert (EBOV pour Ebolavirus –  anciennement appelé virus Zaïre). On connaît actuellement cinq groupes de virus qui lui sont apparentés et qui partagent environ 60 p. 100 de leur génome, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebola-vaccin-contre-le-virus/#i_88688

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Émergence d'agents infectieux »  : […] L'efficacité de la réponse apportée dépend de la précocité de l'identification d'un foyer d'infection potentiellement épidémique. Au-delà de la surveillance des maladies connues, cela explique l'intérêt que l'on porte aux maladies nouvelles. Une pandémie s'enracine en effet toujours dans une maladie infectieuse restreinte à son début à un petit groupe de sujets géographiquement localisés. Il peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_88688

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 737 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une grande diversité de virus impliqués »  : […] Les FHV constituent une collection hétérogène de nombreux virus appartenant à quatre grandes familles distinctes : Arenaviridae (virus de Lassa, Junin, Lujo…), Bunyaviridae (fièvre de Crimée-Congo, de la vallée du Rift, virus Hantaan…), Filoviridae (fièvre Ebola, de Marburg…) et Flaviviridae (fièvre jaune, dengue…) . Ces virus sont le plus souvent nommés d’après le lieu où leur découverte a ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/#i_88688

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Voyages, expansion géographique et émergence de maladies infectieuses »  : […] Qu’il y ait ou non variation de leur génome, les maladies voyagent, mais jamais sans leur vecteur, animal ou homme, selon les cas. Ce n’est pas vraiment une nouveauté, mais c’est une propriété de l’émergence. La maladie peut ainsi être bien connue en un point du globe et devenir émergente ailleurs. Les exemples en sont anciens. Du temps de la peste noire – fléau assurément entièrement nouveau en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/#i_88688

MARBURG FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 358 mots
  •  • 1 média

Le virus dit de Marburg est responsable d’une fièvre hémorragique à mortalité élevée chez l’homme, la fièvre de Marburg. Le virus et la fièvre tirent leur nom de la ville de Marburg en Allemagne, où ils ont été identifiés pour la première fois en 1967 à la suite d’un accident de laboratoire. Au cours de la manipulation de cellules rénales de singes verts ( Cercopithecus aethiops ) en vue de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-et-virus-marburg/#i_88688

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « EBOLA FIÈVRE ET VIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebola-fievre-et-virus/