FIBRES MUSCULAIRE & NERVEUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré leurs surprenantes dimensions (quelques centimètres de longueur pour une fibre musculaire et plusieurs décimètres pour une fibre nerveuse), ces structures filamenteuses, étroites et allongées, ont une constitution cellulaire. Elles renferment un cytoplasme riche en organites (ribosomes, réticulum endoplasmique, mitochondries) délimité par une membrane cytoplasmique. Dans les deux cas, le métabolisme très actif entretient une excitabilité membranaire responsable des possibilités d'activation que l'on y constate — avec les conséquences majeures qui en découlent sur le plan des fonctions de relation.

La théorie cellulaire a pourtant longtemps buté sur l'énigme que ces structures représentent. Une fibre musculaire striée possède en effet de nombreux noyaux. Situés dans le cytoplasme périphérique, ils témoignent en réalité de la structure syncytiale de la fibre striée, que l'on nomme encore myonème, structure qui résulte de la confluence de nombreuses petites cellules prémusculaires, les myocytes. Après s'être fusionnées, elles constituent un syncytium, dont le cytoplasme plurinucléé élabore l'appareil contractile sarcomérique en produisant et en ordonnant des myofilaments d'actine et de myosine.

Musculature

Vidéo : Musculature

Vidéo

Musculature du corps humain. Contraction et relaxation.La majeure partie de la musculature humaine est constituée par les muscles squelettiques, encore appelés volontaires, qui permettent, sous la direction du cerveau, le mouvement des différentes parties du corps.Les muscles sont organisés en... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Contraction des fibres musculaires

Dessin : Contraction des fibres musculaires

Dessin

Une fibre musculaire est composée à 80 % d'éléments contractiles spécialisés, les myofibrilles, formés d'une alternance régulière de filaments épais de myosine et de filaments fins d'actine qui se chevauchent plus ou moins et donnent au muscle son aspect strié. L'excitation de la fibre... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Quant à la fibre nerveuse, elle est, au sens strict, un prolongement cytoplasmique long et à diamètre constant. Il est issu de corps cellulaires placés dans la substance grise d'un centre nerveux ou d'un « ganglion » périphérique interposé sur le trajet d'un nerf. La fibre n'est donc pas nucléée, car le noyau de la cellule est unique et il siège dans le corps cellulaire dont la fibre provient. La cellule ainsi constituée d'un corps cellulaire (éventuellement ramifié en dendrites) prolongé par la fibre est un neurone.

Système nerveux

Vidéo : Système nerveux

Vidéo

Description et physiologie du système nerveux humain.Le système nerveux est un réseau étendu de communication formé par des cellules spécialisées qui régulent le fonctionnement de l'organisme, contrôlent les relations avec le milieu extérieur et déterminent les fonctions mentales.Il est... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Les relations des fibres avec les structures interstitielles sont toujours complexes, mais on néglige d'en tenir compte dans les expérimentations neurophysiologiques. Le modèle idéal à ce propos est donc la fibre « géante » de Calmar, qui est « nue ». Dans le tissu nerveu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Musculature

Musculature
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Contraction des fibres musculaires

Contraction des fibres musculaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système nerveux

Système nerveux
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FIBRES MUSCULAIRE & NERVEUSE  » est également traité dans :

COUTEAUX RENÉ (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Jacques TAXI
  •  • 1 099 mots

Né à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), René Couteaux mena de front ses études de médecine et de sciences naturelles aux facultés de Lille, puis de Paris (1928-1933). Ayant toujours eu pour objectif la recherche scientifique, il entra dès 1932 au laboratoire de biologie expérimentale de la Sorbonne, dirigé par E. Rabaud. Très vite, il décida de se consacrer à l'étude de la zone de connexion entre la te […] Lire la suite

DÉMYÉLINISATIONS

  • Écrit par 
  • Alain PRIVAT
  •  • 862 mots

Phénomène pathologique, la démyélinisation est observée principalement dans deux maladies : la sclérose en plaques , qui touche le système nerveux central et qui est fatale à plus ou moins longue échéance, et la maladie de Guillain-Barré, qui touche le système nerveux périphérique et qui est spontanément régressive. L'examen post mortem du cerveau d'un malade atteint de sclérose en plaques montre […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'unité fonctionnelle neuromusculaire »  : […] Il s'agit du couplage entre un neurone de la corne antérieure de la substance grise de la moelle épinière ou du tronc cérébral avec une fibre musculaire (ou un faisceau de fibres). La synaptogenèse se traduit ici par la formation d'une « plaque motrice » qui soude l'extrémité axonique du neurone moteur à la fibre musculaire innervée. Au cours de la croissance corporelle l'axone va donc s'allonge […] Lire la suite

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trajet médullaire »  : […] Les messages gagnent la moelle épinière via le corps cellulaire des fibres afférentes, situé dans le ganglion spinal des racines nerveuses rachidiennes postérieures. Au niveau de la jonction radiculomédullaire, on peut distinguer un contingent postéromédian constitué par les fibres de gros diamètre et un contingent antérolatéral constitué par les fibres de fin diamètre. Cette organisation anato […] Lire la suite

GANGLION NERVEUX

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 201 mots

C'est une structure jonctionnelle placée en travers d'un tronc nerveux. Le petit renflement qui constitue le « ganglion » renferme une masse de substance grise assurant un relais entre fibres nerveuses. Cette substance grise contient, comme il se doit, des corps cellulaires neuroniques, donnant naissance aux fibres nerveuses situées en aval du ganglion ; elles conduisent des influx efférents qui […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèles physiques »  : […] Dans les modèles géométriques, mécaniques ou électriques, la similitude est caractérisée par l'invariance du rapport de certaines grandeurs. Ainsi, une pompe peut être considérée comme un modèle analogue du cœur, lorsque le rapport de certaines grandeurs variables, telles que flux, puissance, pression, est invariant. Les circuits électriques sont fréquemment utilisés comme modèles analogiques de p […] Lire la suite

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

La motilité est l'une des propriétés les plus caractéristiques de l'animal. Se déplacer, pour un tel organisme, est source d'autonomie et donc préalable indispensable à toute adaptation à l'environnement. Cette propriété est le fait d'un ensemble, bien caractérisé, de molécules, les protéines contractiles, qui ne sont pas spécifiques du tissu musculaire et se retrouvent pratiquement dans toutes […] Lire la suite

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Contractilité »  : […] On peut étudier la contractilité du cœur en enregistrant soit les variations de pression qu'il développe à l'intérieur de ses cavités, soit ses variations de volume ou de dimensions (cf.  systèmes circulatoires  - Appareil circulatoire humain ), soit encore les variations de longueur d'un fragment de tissu cardiaque ou les variations de la tension que ce fragment peut exercer. Les procédés d'enre […] Lire la suite

MYOPATHIES

  • Écrit par 
  • Gisèle BONNE, 
  • Valérie DECOSTRE, 
  • Anne LOMBÈS
  •  • 4 234 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'identification des myopathies »  : […] En matière de motricité individuelle, des symptômes similaires peuvent résulter soit d'une atteinte musculaire soit d'une atteinte nerveuse. À la fin du xix e  siècle, lors des premières descriptions de myopathies, la démonstration du diagnostic de myopathie reposait sur la constatation de lésions du muscle, mais non point d'anomalies de son innervation (les unes ou les autres étant observées lors […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Le tissu nerveux

  • Écrit par 
  • Jacques TAXI
  •  • 3 859 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La fibre nerveuse »  : […] Chaque axone est entouré d'une gaine formée de cellules de Schwann, cellules névrogliques qui ont migré à partir des crête neurales en se divisant pour se juxtaposer autour de l'axone au fur et à mesure que celui-ci s'allonge. La gaine schwanienne transforme l'axone en fibre nerveuse. Les fibres nerveuses sont réunies en faisceaux limités par une gaine conjonctive commune (périnèvre). Cette gaine […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « FIBRES MUSCULAIRE & NERVEUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fibres-musculaire-et-nerveuse/