GANGLION NERVEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est une structure jonctionnelle placée en travers d'un tronc nerveux. Le petit renflement qui constitue le « ganglion » renferme une masse de substance grise assurant un relais entre fibres nerveuses. Cette substance grise contient, comme il se doit, des corps cellulaires neuroniques, donnant naissance aux fibres nerveuses situées en aval du ganglion ; elles conduisent des influx efférents qui proviennent des cellules ganglionnaires. Celles-ci sont reliées en amont à des fibres nerveuses afférentes, par l'intermédiaire de jonctions synaptiques.

La pharmacie ganglionnaire (ganglioplégiques, par exemple) vise à contrôler ces synapses, donc le fonctionnement du ganglion. Les structures ganglionnaires caractérisent les nerfs sensitifs (ganglion spinal de la racine rachidienne dorsale, ganglion trigéminal) et les nerfs viscéromoteurs du système végétatif, chez lesquels la position du ganglion permet d'opposer en principe les nerfs sympathiques (ganglion proche du centre nerveux d'où partent les nerfs) et les nerfs parasympathiques (ganglions en position distale par rapport au centre).

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GANGLION NERVEUX  » est également traité dans :

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trajet médullaire »  : […] Les messages gagnent la moelle épinière via le corps cellulaire des fibres afférentes, situé dans le ganglion spinal des racines nerveuses rachidiennes postérieures. Au niveau de la jonction radiculomédullaire, on peut distinguer un contingent postéromédian constitué par les fibres de gros diamètre et un contingent antérolatéral constitué par les fibres de fin diamètre. Cette organisation anato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_94847

HERPÈS

  • Écrit par 
  • Jannick CHAMBERLIN, 
  • Jean DE RUDDER
  •  • 2 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'état latent du virus de l'herpès et la récurrence »  : […] On sait aujourd'hui que le génome viral se conserve à l'état latent dans les ganglions nerveux rachidiens ou crâniens sous une forme masquée, à l'intérieur de cellules nerveuses hôtes. Chez l'homme, par exemple, de 40 à 80 p. 100 des ganglions de Gasser sont ainsi infectés de façon latente. La réactivation endogène du virus (accompagnée parfois de névralgies dans le territoire nerveux infecté) se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herpes/#i_94847

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Transmission au niveau des relais ganglionnaires »  : […] Les jonctions entre fibres préganglionnaires et fibres postganglionnaires orthosympathiques se sont révélées particulièrement favorables pour une étude simultanée des phénomènes électriques et des phénomènes chimiques de la transmission, donc pour la recherche de leurs corrélations ; le « modèle » de la transmission que l'on a pu déduire explique les nombreux effets neuropharmacologiques, souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_94847

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « GANGLION NERVEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ganglion-nerveux/