COUTEAUX RENÉ (1909-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), René Couteaux mena de front ses études de médecine et de sciences naturelles aux facultés de Lille, puis de Paris (1928-1933). Ayant toujours eu pour objectif la recherche scientifique, il entra dès 1932 au laboratoire de biologie expérimentale de la Sorbonne, dirigé par E. Rabaud. Très vite, il décida de se consacrer à l'étude de la zone de connexion entre la terminaison de la fibre nerveuse motrice et la fibre musculaire striée des vertébrés, appelée plaque motrice chez les mammifères ou encore jonction neuromusculaire. Au moment où René Couteaux avait entrepris ces recherches, une vive controverse opposait les plus éminents histologistes sur le point de savoir s'il existait une continuité matérielle entre l'arborisation terminale de la fibre nerveuse motrice et la fibre musculaire striée qu'elle commande (théorie réticulariste) ou au contraire si la plaque motrice était le siège d'une discontinuité entre les deux (théorie neuroniste).

Il entreprit d'abord une étude minutieuse du développement embryonnaire de la plaque motrice qui permit de bien caractériser les trois éléments participant à sa formation (thèse de médecine, 1941). Dans le même temps, il entama une collaboration avec le biochimiste Nachmansohn, spécialiste de la cholinestérase. En effet si, comme le soutenait Dale (1936), l'acétylcholine émise par la terminaison nerveuse était responsable de la dépolarisation de la membrane de la fibre musculaire, cela impliquait l'existence d'un mécanisme de destruction très rapide de l'acétylcholine, sauf à voir la contraction remplacée par une tétanisation. Les premières recherches de Nachmansohn avaient conclu à une très faible concentration moyenne de cholinestérase dans le muscle. Ce fut le mérite de l'association Couteaux-Nachmansohn de montrer qu'en réalité la cholinestérase musculaire est presque totalement concentrée aux plaques motrices, qui ne représentent qu'une surface infime du muscle. Il y avait donc bien là une concentration locale susceptible d'expliquer l'inactiva [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer l’article

Jacques TAXI, « COUTEAUX RENÉ - (1909-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-couteaux/