DÉMYÉLINISATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phénomène pathologique, la démyélinisation est observée principalement dans deux maladies : la sclérose en plaques, qui touche le système nerveux central et qui est fatale à plus ou moins longue échéance, et la maladie de Guillain-Barré, qui touche le système nerveux périphérique et qui est spontanément régressive.

L'examen post mortem du cerveau d'un malade atteint de sclérose en plaques montre, sur des coupes où la myéline apparaît colorée en noir, de larges zones claires, les plaques de sclérose. L'examen microscopique montre que les fibres nerveuses ont été remplacées par un tissu cicatriciel. Dans les plaques les plus récentes, c'est-à-dire celles dont l'évolution n'est pas terminée, les fibres nerveuses n'ont pas disparu, mais elles ont été dénudées de leur manchon de myéline. La similarité des lésions avec celles des leuco-encéphalites allergiques, l'intervention probable d'un mécanisme immunologique, amenèrent à provoquer chez l'animal, et particulièrement chez le cobaye, des encéphalites allergiques expérimentales, obtenues par injection du tissu cérébral homogénéisé dans l'adjuvant de Freund. Le sacrifice des animaux ainsi traités, avec des délais variables après l'injection, a montré l'invasion du tissu nerveux par des lymphocytes et des macrophages, qui insinuent leurs prolongements entre les feuillets de la myéline et dénudent la fibre. Le mécanisme est le même pour la multinévrite allergique expérimentale, provoquée en injectant un homogénat de nerf périphérique. L'étude immunologique a montré que, dans un cas comme dans l'autre, l'organisme du receveur avait élaboré des anticorps contre un constituant particulier de la myéline, la protéine basique, dont la séquence est différente pour le système nerveux central et périphérique, ce qui explique l'absence d'immunité croisée. On a pu ainsi supposer que la démyélinisation était produite, et entretenue, par l'action d'autoanticorps contre la protéine basique. L'analyse du liquide céphalorachidien montre en effet [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur en biologie humaine, directeur de l'unité 336 de l'I.N.S.E.R.M.

Classification


Autres références

«  DÉMYÉLINISATIONS  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La névroglie et la myéline »  : […] Si le neurone constitue l'élément « noble » du système nerveux en général, et du cerveau en particulier, il dispose, chez les Vertébrés tout au moins, d'une sorte d'intendance, d'un système nourricier sans lequel il ne pourrait exercer ses fonctions. Ce système est la névroglie dont la cellule la mieux connue est nommée oligodendrocyte (cellule « aux dendrites peu nombreuses »). Ces cellules envo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-humain/#i_80763

GUILLAIN-BARRÉ SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 954 mots

Selon la définition donnée en 1916 par les deux neurologues français, le syndrome qui porte leur nom réalise un état de polyradiculonévrite aiguë, d'évolution réversible, associé à une dissociation albuminocytologique du liquide céphalorachidien, d'étiologie inconnue. Une polyradiculonévrite est une atteinte inflammatoire des racines sensitives et motrices des nerfs rachidiens et crâniens, donc un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-guillain-barre/#i_80763

LEUCODYSTROPHIE MÉTACHROMATIQUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 214 mots

La leucodystrophie métachromatique est une maladie rare et héréditaire du métabolisme, liée au déficit d'une enzyme clé, qui entraîne une démyélinisation, c'est-à-dire la perte de la gaine protectrice de myéline dans la substance blanche du système nerveux central. Cette démyélinisation est responsable d'une détérioration mentale, de troubles psychologiques et de déficits sensitifs et moteurs. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucodystrophie-metachromatique/#i_80763

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Sclérose en plaques »  : […] La sclérose en plaques est, par sa fréquence et sa gravité, l'une des grandes maladies du système nerveux. Anatomiquement, elle est caractérisée par l'apparition successive d'une série de foyers de démyélinisation qui aboutissent à une prolifération gliale et réalisent un aspect de sclérose multiple ou multiloculaire. Disséminées sans ordre apparent, ces plaques ont une prédilection pour la subst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_80763

SCLÉROSE EN PLAQUES

  • Écrit par 
  • Ayman TOURBAH
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Physiopathologie »  : […] La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Dans les fibres nerveuses qui renferment de la myéline, celle-ci constitue la cible du processus pathologique, alors que l'axone (expansion du cytoplasme en aval des cellules nerveuses) est apparemment respecté : c'est la dissociation axono-myélinique. L'altération de la conduction de l'influx nerveux qui en résulte explique les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sclerose-en-plaques/#i_80763

Pour citer l’article

Alain PRIVAT, « DÉMYÉLINISATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/demyelinisations/