FERMIERS GÉNÉRAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivains et historiens n'ont cessé, depuis le xviiie siècle, de dénoncer les tares de la Ferme générale. L'étude objective de l'institution n'est pas encore terminée. La tâche n'est, en effet, pas aisée. La dispersion des archives de la Ferme au début de la Révolution, la persécution, puis l'exécution de vingt-huit fermiers généraux (parmi lesquels Lavoisier) les 1er et 3 floréal (20-22 avril 1794) sont autant d'éléments qui multiplient les difficultés matérielles et intellectuelles d'une recherche déjà difficile en soi. Les abus du système d'affermage d'impôts et de l'inévitable instauration d'une para-administration particulièrement efficace sont évidents. Mais aucune étude historique n'est valable si elle se contente d'être structurelle. Or, la Ferme générale et le milieu social qui en est le support ont singulièrement évolué. Elle n'existe en tant que telle qu'à partir de 1680 (bail Fauconnet). Bien plus, son organisation définitive ne se met en place que vers 1725-1726. Étroitement surveillée par le contrôle général des Finances et par la Cour, la Ferme, devenue un rouage essentiel de l'État, se transforme en une administration de moins en moins abusive. Parallèlement se constate un changement analogue du milieu humain. Aux traitants de l'époque de Turcaret succèdent les Lavoisier ou les La Popelinière. Les « quarante rois non couronnés » de la France se situent à l'un des tournants de l'évolution de la société française ; la civilisation du xviiie siècle leur doit quelques-uns de ses traits les plus distinctifs.

Des écrits hostiles

Cahiers de doléances, œuvres littéraires, pamphlets politiques n'ont cessé d'exprimer, tout au long du siècle des Lumières, des sentiments de haine à l'encontre des fermiers généraux. Le cahier de Salmonville-la-Rivière (Rouen) donne le ton : « Ce sont les sangsues de l'État. C'est une vermine qui le dévore, c'est une peste qui l'infecte. Nous supplions très humblement Sa Majesté de nous en délivrer pour toujours et d'exterminer tellement les racines de cette pernicieuse plante qu'elle ne re [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  FERMIERS GÉNÉRAUX  » est également traité dans :

AIDES

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 206 mots

Taxes perçues sur certains produits de consommation (surtout les boissons, mais aussi le papier, le bois, le bétail, l'huile, le savon) et accordées à l'origine par les états généraux, en 1355, pour payer la rançon du roi Jean le Bon fait prisonnier par les Anglais. Plus tard, quelques provinces rachètent en tout ou en partie les droits d'aides qu'elles doivent payer, si bien que les disparités so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aides/#i_20276

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « Le développement du commerce de l'argent »  : […] La bourgeoisie du xviii e  siècle se caractérise aussi par un goût croissant pour la spéculation, stimulé par le système de Law (1716). Autant que le siècle des philosophes, le xviii e est celui des fermiers généraux, les uns et les autres ayant plus d'un rapport entre eux ; on sait que la marqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_20276

CROUPE, Ancien Régime

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 96 mots

Rémunérations que devaient verser les fermiers généraux chargés du recouvrement des impôts soit à des personnes qui leur avançaient des fonds, soit à des personnalités qui facilitaient ou étaient censées faciliter leurs opérations. Les croupes avaient fini par prendre le caractère de libéralités, de plus en plus importantes, voire de pots-de-vin, dont bénéficiaient de hauts personnages et jusqu'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croupe-ancien-regime/#i_20276

MUR DES FERMIERS GÉNÉRAUX

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 385 mots

Depuis la fin de la guerre de Cent Ans, les Parisiens étaient exemptés de l'impôt direct : la taille. Ces conditions avantageuses étaient destinées à attirer de nouveaux habitants vers la capitale ravagée et dépeuplée. En revanche, la royauté institua un impôt indirect (ou aide) sur la plupart des marchandises entrant dans Paris, et ces taxes augmentèrent au fur et à mesure que croissaient les bes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mur-des-fermiers-generaux/#i_20276

PARTISAN, finances

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 361 mots

Nommé aussi homme d'affaires, le partisan ou traitant est, aux xvi e et xvii e  siècles, celui qui conclut avec le roi des traités ou partis, prenant à ferme tel groupe d'impositions indirectes, tel impôt ou telle fraction d'impôt. Il se charge donc du recouvrement de l'imposition, assurant à l'É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partisan-finances/#i_20276

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean MEYER, « FERMIERS GÉNÉRAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermiers-generaux/