PEDRELL FELIPE (1841-1922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence de Felipe Pedrell, compositeur, historien, musicologue, critique espagnol, d'origine catalane, fut et demeure considérable — à côté de celle de son contemporain Francisco Asenjo-Barbieri (1823-1894) — sur l'entrée de la musique espagnole dans le mouvement esthétique moderne. Son élève, Manuel de Falla, a écrit à son sujet : « Pedrell fut un maître dans toute l'acception du mot : par sa parole et par son exemple, il a montré et ouvert aux musiciens d'Espagne un chemin que l'on croyait déjà fermé sans espoir, au début du siècle dernier, pour la musique nationale. » Wagner avait salué en lui l'artiste qui, seul, avait restitué à son pays une place de premier plan. Ce n'est pas un mince mérite ; mais l'Espagne demeure ingrate envers sa musique.

Enfant de chœur à Tortosa, sa ville natale, il étudia la musique avec Juan Mir ; à la cathédrale, il connut dès son enfance quelques pages de la musique polyphonique de tradition hispanique. Cependant, il est avant tout un autodidacte doué d'une prodigieuse capacité de travail : « Il composa, écrivit, édita, rédigea des catalogues, fouilla les archives, fut chef d'orchestre, académicien, enseigna pendant trente ans au Conservatoire de Madrid et jeta à lui seul les bases de la musicologie espagnole contemporaine » (D. Devoto). Prenant à son compte le principe énoncé par le jésuite Eximeno (xviiie s.) : « C'est sur la base des chansons populaires nationales que chaque peuple doit construire son système musical », Pedrell sut rechercher les traditions dont il avait subi les influences dès son jeune âge, influences populaires paysanne, villageoise (chansons de métier) et prolétarienne à la fois. Il commença de composer à l'âge de quinze ans (musique religieuse) ; il ne quitta sa région natale tarragonaise qu'à dix-huit ans pour visiter la capitale catalane, Barcelone. Le premier opéra national qu'il composa, L'Ultimo Abenzerragio (1874) ignore encore le folklore. Sur la douzaine d'opéras qu'il écrivit, il convient de citer la trilogie Els Pireneus, La Celestina et Ramón Llull, El Conde Arnau, La Matinada. On peut rappeler sa musique de scène (Le Roi Lear de Shakespeare), le Requiem, le Te Deum, ainsi que des œuvres symphoniques telles que Lo Cant de los montanyes, Excelsior, I Trionfi, Marcha de la Coronación a Mistral, ou des mélodies (Orientales, Consolations, Canciones arabescas). Ses écrits littéraires fort nombreux eux aussi portent aussi bien sur l'histoire du passé que sur l'action à entreprendre dans le présent. Le manifeste Por nuestra música porte en sous-titre : « Quelques observations sur la grande question d'une école lyrique nationale » ; il y définit le drame lyrique national : « Le lied développé dans les proportions voulues par le drame ; c'est le chant populaire transformé. » En 1894, paraît son premier travail lexicographique : Diccionario técnico de la música (Barcelone), suivi des premiers fascicules du Diccionario biográfico-bibliográfico de los músicos españoles (1894-1897), de l'Emporio científico e histórico de organografía musical antigua española (Barcelone, 1901), des deux volumes Catálech de la biblioteca de la Disputació de Barcelona (1908-1909), de son étude sur Las Formas pianísticas (2 vol., Madrid, 1918). Ses articles et ses monographies sur des sujets fort divers sont innombrables. Il étudie Vitoria qu'il réédite en huit volumes (1902-1912), publie une anthologie de l'ancienne musique espagnole depuis les Cantigas d'Alfonso el Sabio jusqu'au xviiie siècle, édite quatre volumes du Cancionero musical popular español (1919-1922), Salterio sacro hispano (1882-1905), Hispaniae schola musica sacra (8 vol., 1894-1896), El Teatro lírico en España (1896-1899), La Música religiosa en España (1896-1899), El Teatro lírico español anterior al siglo XIX (1897), El Organista litúrgico español (1905), Antología de organistas clásicos españoles (2 vol., 1908), et la présente liste est encore fort incomplète.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  PEDRELL FELIPE (1841-1922)  » est également traité dans :

ALBÉNIZ ISAAC (1860-1909)

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER
  •  • 1 685 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une jeunesse vagabonde »  : […] Une étonnante précocité marque le destin d'Albéniz, né à Camprodón, en Catalogne, le 29 mai 1860. Mis au piano dès l'âge de deux ans, il donne, deux ans plus tard, un concert à Barcelone. À six ans, il éblouit le jury du Conservatoire de Paris, mais un enfantillage lui en interdit l'entrée : à la fin des épreuves, il sort une balle de sa poche et la lance contre une vitre, qu'il fait voler en écl […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 663 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  De la musique d'Espagne à la musique espagnole »  : […] Il appartiendra au xix e  siècle et surtout au xx e d'identifier la musique d'Espagne à la musique espagnole, la création savante à la tradition populaire, séparées depuis Alphonse X. Un musicien catalan, plus théoricien que compositeur, Felipe Pedrell (1841-1922), dans une brochure célèbre publiée en 1891 à Barcelone et en 1893 à Paris, Por nuestra música ( Pour notre musique ), prône cette s […] Lire la suite

FALLA MANUEL DE (1876-1946)

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO
  •  • 2 564 mots

Dans le chapitre « Pedrell et « La Vie brève » »  : […] De 1900 à 1902, Falla acquiert une certaine notoriété par quelques zarzuelas où l'héritage italianisant de Francisco Barbieri est reçu à travers Ruperto Chapi, Andrés Bretón et Federico Chueca. La première, Los Amores de la Inés , est créée le 12 avril 1902 au Teatro Cómico. Vers le milieu de 1901, il rencontre Felipe Pedrell, avec qui il approfondit ses connaissances théoriques (instrumentation […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « PEDRELL FELIPE - (1841-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felipe-pedrell/