FELLINI FEDERICO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini

Vittorio de Sica, Roberto Rossellini et Federico Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Giulietta Masina

Giulietta Masina
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Les Feux du music-hall, A. Lattuada et F. Fellini

Les Feux du music-hall, A. Lattuada et F. Fellini
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

La Strada, de Federico Fellini

La Strada, de Federico Fellini
Crédits : Ponti-De Laurentiis Cinematografica/ Collection privée

photographie

Tous les médias


Permanences et remises en jeu

Dans son Satyricon (1969) Fellini déconcerte certains de ses admirateurs : un mélange de prudence et de sincérité lui fait présenter le film comme une évocation de notre décadence moderne, vue à travers le prisme de la décadence antique. Heureusement, cette préoccupation de moraliste cède de toutes parts à l'irruption d'un véritable souffle narratif, qui ruse avec les difficultés de l'adaptation. De son œuvre, Pétrone n'a laissé que des fragments, Fellini pose d'emblée son film comme une suite de fragments : il commence par une scène de dispute et d'insultes dont nous ignorons la cause, et se clôt avec le début (inachevé) d'une autre histoire. Le scénario utilise aussi L'Âne d'or d'Apulée, et Fellini ajoute des épisodes de son cru, comme le tremblement de terre.

À l'étrangeté radicale de l'Antiquité (qui fait qu'on peut voir à volonté dans le Satyricon une profonde compréhension ou une ignorance inéluctable du « génie du paganisme » à son déclin), Fellini fait succéder dans Roma (1972) le pari de montrer l'étrangeté de l'époque actuelle. Dans ce film alternent les souvenirs personnels de Fellini jeune homme et sa « promenade » dans la Rome d'aujourd'hui, où il interviewe par exemple Anna Magnani ; le cinéma égalise souverainement jadis et maintenant : c'est la même lumière qui y préside, lumière toute artificielle, qui ne cesse cependant d'être merveilleusement réelle (Fellini adore Rome, et il ne s'est probablement jamais livré davantage qu'en faisant dire à l'écrivain Gore Vidal, dans une scène qui semble une reprise apaisée de La Dolce Vita : « C'est l'endroit idéal pour attendre la fin du monde »). Le talent du cinéaste à manipuler aussi bien un acteur isolé qu'une foule se déploie dans le pseudo-objectivisme de Roma comme dans l'écriture « baroque » du Satyricon.

En effet, après que Fellini a payé son tribut à l'art du cirque (Les Clowns, 1970) tout en en évoquant lucidement l'agonie, Amarcord (1973) reprend et amplifie (précise aussi, sur le double plan politique et cinéphilique) la peinture des années de formation suggérée et tran [...]

Amarcord, F. Fellini

Amarcord, F. Fellini

Photographie

Amarcord (1973), de Federico Fellini (1920-1993). Le "temps retrouvé" de Fellini. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FELLINI FEDERICO (1920-1993)  » est également traité dans :

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie.1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers, de Brido Grignone (1925) au c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fellini-reperes-chronologiques/

HUIT ET DEMI (F. Fellini), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 186 mots

« 8 1/2 est un film aussi important pour la carrière de Fellini que pour notre cinéma », écrivait Alberto Moravia à la sortie du film. Avec Huit et demi (Otto e mezzo), en effet, Federico Fellini (1920-1993), qui collabora autrefois avec Roberto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huit-et-demi-f-fellini-en-bref/#i_9783

HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 082 mots

Federico Fellini (1920-1993) a commencé en tant que cinéaste-chroniqueur, montrant des portraits attachants de la province italienne Les Vitelloni (I Vitelloni, 1953). Ensuite, le succès mondial de La Strada, 1954, mélodrame inoubliable, en fit une vedette que l'on rattacha au courant peu d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huit-et-demi/#i_9783

TUTTO FELLINI (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

À partir de l'automne de 2009, un grand nombre de manifestations et de publications rassemblées sous le titre Tutto Fellini ! ont permis de porter un regard renouvelé sur l'œuvre du cinéaste italien. Ainsi, l'exposition présentée au Jeu de Paume, Fellini, la Grande Parade (20 octobre - 17 janvier 2010) est une bonne occasion de faire le point sur l'univers d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tutto-fellini/#i_9783

BRAZIL, film de Terry Gilliam

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 961 mots

Dans le chapitre « Nonsense et antifascisme »  : […] Brazil a failli s'appeler 1984 1/2 , un titre qui le plaçait sous les auspices d'Orwell et de Fellini. À 1984 (publié en 1949), il emprunte en effet le cadre narratif d'une société écrasante aux citoyens sous haute surveillance permanente, et avec Huit et demi ( Otto e mezzo , 1962) il partage une propension à mélanger les rêves des personnages à la réalité de ce qu'ils vivent. Mais un 1984 es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brazil/#i_9783

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien »  : […] Les exemples tirés de l'histoire récente du cinéma en Europe sont beaucoup moins probants, et se limitent souvent à l'œuvre d'un grand artiste éclipsant la médiocrité nationale : Emir Kusturica, né en 1954 en Yougoslavie ; Krzysztof Zanussi et Krzysztof Kieslowski, nés respectivement en 1939 et 1941 en Pologne ; Béla Tarr, né en 1955 en Hongrie ; le Grec Theo Angelopoulos (1935-2012) ; les Russes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_9783

EKBERG ANITA (1931-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots
  •  • 1 média

Actrice italienne d’origine suédoise, Anita Ekberg devint un sex-symbol international grâce à son interprétation d’une star de cinéma américaine à la plastique sculpturale dans le film de Federico Fellini, La Dolce Vita (1960). On garde en mémoire la scène nocturne où elle se baigne dans le bassin de la fontaine de Trevi, vêtue d’une robe du soir noire au décolleté audacieux, et invite le protag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anita-ekberg/#i_9783

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des baignoires, celle des Amants et celle de La Nuit r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_9783

FLAIANO ENNIO (1910-1972)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 875 mots

« J'ai toujours la sensation que tout a été dit. » C'est avec cette profonde conscience du dérisoire que Flaiano a écrit une œuvre éclatée, fondée sur le fragment, l'article de journal, la nouvelle, l'inachevé, marquée par l'ironie et une extraordinaire intelligence. Il fut le scénariste de grands cinéastes, dont Monicelli, Antonioni et surtout Fellini. Ennio Flaiano est né à Pescara (Abruzzes). A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ennio-flaiano/#i_9783

GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Écrivain et scénariste italien, Antonio Guerra est né à Sant'Arcangelo di Romagna le 16 mars 1920. Après avoir écrit plusieurs poèmes et romans, souvent en dialecte romagnol, il vient au cinéma en 1957 avec le scénario de Hommes et loups ( Uomini e lupi ), de Giuseppe De Santis, qu'il élabore en collaboration avec Elio Petri, futur cinéaste que Guerra secondera plus d'une fois. Guerra va vite dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerra-antonio-dit-tonino/#i_9783

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] Au début des années 1960, le cinéma italien affiche une éclatante santé. On peut en voir une preuve dans les films envoyés au festival de Cannes : La dolce vita (Fellini) et L'avventura (Antonioni) en 1960, La Fille à la valise (Zurlini), La ciociara (V. De Sica), La viaccia (Bolognini) en 1961, Divorce à l'italienne (Germi) et L'Éclipse (Antonioni) en 1962, Huit et demi (Fellini), Le G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/#i_9783

MASINA GIULIETTA (1921-1994)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 676 mots

Formée à l'école du théâtre et de la radio – où elle interprète des textes de Federico Fellini –, Giulietta Masina fait ses débuts au cinéma en 1948 (si l'on exclut une figuration dans Paisà de Roberto Rossellini) dans Sans pitié d'Alberto Lattuada. Remarquée tout de suite pour la sensibilité de son jeu malgré un physique ingrat qui la cantonne dans des rôles de composition, Giulietta Masina au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulietta-masina/#i_9783

MASTROIANNI MARCELLO (1924-1996)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 1 640 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vedette »  : […] Bien que déjà « vedette invitée », en compagnie de Totò, auprès de Vittorio Gassman dont c'était le premier rôle comique, sur I soliti ignoti ( Le Pigeon , 1958) de Mario Monicelli, Marcello Mastroianni accède réellement à la célébrité en 1960, avec l'extraordinaire succès que connaît La dolce vita ( La Douceur de vivre ) de Federico Fellini , dans lequel il incarne un journaliste mondain et viv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcello-mastroianni/#i_9783

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_9783

QUINTO FELICE (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 907 mots

L'homme dont l'œuvre et la personnalité sont à l'origine du mythe « paparazzi » est né en 1929 à Milan. À l'âge où l'on choisit un métier, Felice Quinto n'envisage pas de reprendre le magasin d'appareils photographiques tenu par son père et s'oriente vers des études de mécanique. Le jeune homme, pourtant, renoncera à l'univers des garages pour tenter de gagner sa vie au moyen de la photographie av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felice-quinto/#i_9783

RISSET JACQUELINE (1936-2014)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 678 mots

Poète, écrivain, critique littéraire, traductrice et universitaire, Jacqueline Risset est née le 25 mai 1936 à Besançon et morte à Rome, le 3 septembre 2014. Fascinée très tôt par la ville de Florence, puis par la poésie de la Renaissance ( L'Anagramme du désir. Sur la Délie de Maurice Scève , 1971), cette élève de l'École normale supérieure de jeunes filles part étudier en Italie pour s’écarter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacqueline-risset/#i_9783

ROTA NINO (1911-1979)

  • Écrit par 
  • Marcel WEISS
  •  • 897 mots
  •  • 1 média

Il est difficile d'imaginer l'univers de Fellini sans la musique de Nino Rota : elle est le piment qui en même temps assaisonne et adoucit les visions du cinéaste ; de Gelsomina à Casanova, elle a accompagné les monstrueuses parades de Fellini pendant près de trente ans. Il nous reste des images et des mélodies qu'il serait vain d'essayer de dissocier, tant elles se complètent en notre souvenir. F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nino-rota/#i_9783

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « FELLINI FEDERICO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-fellini/