FAUVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères du fauvisme

Le fauvisme, on le voit, n'est pas une école pourvue d'une doctrine. On ne saurait extraire une doctrine des quelques textes anciens écrits par les fauves, comme les Notes d'un peintre de Matisse, publiées en 1908 dans La Grande Revue et aussitôt traduites en allemand et en russe : suite d'observations d'une admirable lucidité, elles n'ont aucun caractère systématique ; encore moins des textes très vivants mais fort peu doctrinaires de Vlaminck ou des lettres de Derain. Le fauvisme est né de la réunion de tempéraments s'affirmant pendant quelques années dans une attitude artistique sinon identique, du moins très proche.

Le point commun le plus évident, celui qui heurta le plus les contemporains, est l'emploi de couleurs violentes ; certains paysages de Derain ou de Vlaminck, où la couleur est posée telle qu'elle sort du tube, atteignent un paroxysme absolu. Hurlements de vermillon, de jaune et de vert dans les Vue de Chatou de Vlaminck, gerbes de rouge et de bleu des Tamise de Derain, oranges et violacés de Matisse et de Manguin, la gamme des couleurs n'est pas la même chez tous ; il ne s'agit pas de violence gratuite, « pot de peinture jeté à la face du public », comme l'écrivait le malveillant Camille Mauclair, mais d'une volonté d'expression précédée, surtout chez Matisse, de sérieuses recherches qui doivent autant aux leçons de Gauguin qu'à l'exemple de Van Gogh. Dans certaines œuvres, la couleur est arbitraire et sans rapport avec les tons réels du sujet représenté. Dans d'autres cas, ils préfèrent chercher des sujets qui leur permettent d'utiliser des couleurs naturellement violentes ; c'est une des raisons du goût de Marquet, de Dufy, de Manguin pour les Rue pavoisée, les 14 Juillet, les panneaux d'affichages bariolés. Les fauves comptent parmi les premiers peintres à venir travailler régulièrement au soleil méditerranéen.

La couleur a pour eux une valeur expressive et constitue un langage chargé d'émotion ; ils l'utilisent aussi pour traduire le mouvement. Reprenant les recherches des générations précédentes, les fauves, ou au moins cer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : conservateur du musée de l'Orangerie, chargé du palais de Tōkyō

Classification

Autres références

«  FAUVISME  » est également traité dans :

LE FAUVISME OU L'ÉPREUVE DU FEU. ÉRUPTION DE LA MODERNITÉ EN EUROPE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 744 mots

Le musée d'Art moderne de la Ville de Paris a poursuivi par une grande rétrospective consacrée au fauvisme l'ambitieuse politique d'expositions qu'il consacre depuis plusieurs années, à l'initiative de sa directrice, Suzanne Pagé, à l'histoire de l'art du xxe siècle. Intitu […] Lire la suite

BRÜCKE DIE

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 3 335 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Accueil »  : […] Un silence presque total accueillit les deux premières expositions, la troisième provoqua les railleries et les injures des peintres académiques et des impressionnistes de Berlin. La conférence prononcée par Corinth (1914) témoigne encore de leur hostilité. Odi profanum vulgus , livre illustré à l'adresse de la bourgeoisie et des peintres retardataires, exprima la déception du groupe qui recruta n […] Lire la suite

CAMOIN CHARLES (1879-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 284 mots

Avec Matisse, Rouault et Marquet, Charles Camoin est l'un des élèves illustres de l'atelier de Gustave Moreau. Très lié avec Marquet, dont il a laissé un beau portrait (1904-1905, musée national d'Art moderne, Paris) ; il est impressionné par Cézanne, qu'il rencontre en 1902 et dont l'influence est sensible dans le Portrait de sa mère (1904), et surtout par Matisse avec qui il renoue après 1904 : […] Lire la suite

DERAIN ANDRÉ (1880-1954)

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Derain et le fauvisme »  : […] Derain est né en 1880, à Chatou, près de Paris. Ses débuts avant le fauvisme sont difficiles à saisir. Lié avec Matisse depuis le temps où ils travaillaient ensemble à l'académie Carrière (1898-1899), ami de Vlaminck depuis 1900 (il s'agit d'ailleurs d'une amitié orageuse et à éclipses), jusqu'en 1904 il cherche sa voie à travers des influences nombreuses et contradictoires dont la plus puissa […] Lire la suite

DUFY RAOUL (1877-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 487 mots

« Parce que Fragonard riait, on a eu vite fait de dire que c'était un petit peintre. » Le mot de Renoir pourrait s'appliquer aussi à Raoul Dufy dont l'œuvre, toujours sereine et souvent spirituelle, cache si bien les tourments de l'artiste. Mais Dufy a cherché sans cesse. Ayant d'abord étudié au Havre, sa ville natale, auprès d'un maître qui reçut les leçons de Dominique Ingres, il découvre ensuit […] Lire la suite

ÉCRITS ET PROPOS SUR L'ART, Henri Matisse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 004 mots

Dans le chapitre « Un combat pour la couleur »  : […] Matisse apprécie particulièrement les écrits d'artiste liés au dialogue et à la discussion : les correspondances, mais surtout les entretiens, notamment avec l'éditeur Tériade, constituent la trame de ses réflexions sur la lumière et la couleur. Dans un texte intitulé « Le Tour du monde d'Henri Matisse », publié dans L' Intransigeant en octobre 1930, le peintre évoque de manière magistrale les gr […] Lire la suite

FRIESZ OTHON (1879-1949)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 296 mots

Né au Havre, Othon Friesz fut, en compagnie de Raoul Dufy dont il restera l'ami, élève du peintre local Charles Lhuillier, auprès de qui il prit le goût du dessin. À Paris, il préfère la fréquentation du Louvre aux leçons du peintre académique Léon Bonnat, et adhère rapidement à l'esthétique fauve, qui se manifeste dans ses œuvres peintes à Anvers, puis à La Ciotat, où il se rend en compagnie de G […] Lire la suite

MANGUIN HENRI CHARLES (1874-1949)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 303 mots

De tous les artistes qui exposèrent ensemble au Salon d'automne de 1905 et furent appelés les fauves, sans aucun doute Henri Manguin est-il demeuré le plus fidèle à cette facture vive, éclatante, immédiatement expressive. « L'expression, disait Matisse, vient de la surface colorée que le spectateur saisit en son entier. » Franche, vigoureuse, directe, telle aura toujours été la peinture de Manguin […] Lire la suite

MARINOT MAURICE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 379 mots

Peintre et maître verrier français. Marinot se destine d'abord à la peinture. En 1901, il se rend à Paris et entre à l'École nationale des beaux-arts, où il travaille dans l'atelier de Cormon de 1905 à 1912. Il fait alors partie du groupe des fauves et prend part à leurs expositions ; au Salon de 1912, il présente déjà quelques verres avec ses tableaux. Enthousiasmé par la visite de la verrerie de […] Lire la suite

MARQUET ALBERT (1875-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 296 mots

Le plus sage des fauves ne doit peut-être qu'à son amitié avec Matisse et Manguin, ses condisciples dans l'atelier de Gustave Moreau, d'avoir été « enrégimenté » par eux. Si Albert Marquet participa au fameux Salon d'automne de 1905, il fit rapidement figure d'isolé. À partir de 1920, il ne quittera plus guère son atelier du quai Saint-Michel que pour des voyages réguliers (surtout à Alger où il r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel HOOG, « FAUVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/