FAR WEST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ruée des mineurs

À partir de 1865, le Far West pénètre dans l'histoire américaine, à travers plusieurs expériences successives qui en hâtèrent la colonisation et l'occupation. Ce fut d'abord, autour des années soixante, la découverte d'or et d'argent dans les régions montagneuses du Nevada, du Colorado, de l'Arizona, du Montana et du Wyoming et, en conséquence, la ruée de mineurs aux mœurs rudes et violentes. Les méthodes utilisées alors consistaient à laver les alluvions des rivières et à ouvrir quelques galeries au flanc des vallées. Chacun pouvait ainsi tenter sa chance, sans capital aucun, avec des résultats variables, et un nombre élevé d'échecs. Des agglomérations sommairement construites essaimèrent dans la solitude ; quelques villes apparurent près des filons plus riches, comme Central City (Colorado), Virginia City (Montana) et Virginia City (Nevada), la plus célèbre de ces ghost towns, dans laquelle Mark Twain tenta sa chance comme journaliste et reporter entre 1862 et 1864, avant de repartir pour la Californie. Ces villes avaient alors grande allure, avec leurs rues bordées de belles maisons de bois et leurs institutions typiques, les banques et les saloons, parfois même leur théâtre qui accueillait une troupe d'opéra. Elles s'animaient surtout en fin de semaine, quand les pionniers venaient dépenser, dans les saloons et les bars, les maisons de rendez-vous et les hôtels, l'argent gagné les jours précédents. Le shérif avait bien du mal à faire respecter l'ordre et à empêcher les règlements de compte qui suivaient de trop amples libations. La vie d'un homme comptait d'autant moins que nombreux étaient les aventuriers au passé douteux ou les immigrants ayant fui l'Europe pour des raisons peu avouables. La loi du plus fort finissait par l'emporter, selon l'image soigneusement entretenue par le cinéma, qui a pourtant idéalisé cette époque, en réalité très brutale.

Le peuplement par les mineurs demeurait instable et sporadique, lié qu'il était à des gîtes superficiels et à des techniques très rudimentaires. Les gisements une fois exploités, il fallait aller chercher des minerais ailleurs, en abandonnant les agglomérations existantes. Au cours des années soixante-dix, des sociétés capitalistes prirent le relais des individus, utilisèrent des méthodes plus élaborées et plus coûteuses et mirent ainsi fin à ces expériences désordonnées. Les villes retournèrent à l'abandon, vestiges de cette première poussée de fièvre. En outre, des conflits éclatèrent avec les Indiens, auxquels avaient été garanties certaines terres qui se révélèrent riches en métaux précieux, comme dans les Black Hills du Dakota du Sud (1875) occupées par des Sioux. Ceux-ci furent contraints de se laisser déposséder.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Mount Williamson-Clearing Storm, Ansel Adams

Mount Williamson-Clearing Storm, Ansel Adams
Crédits : Ansel Adams/ d.r.

photographie

1800 à 1850. Indépendances américaines

1800 à 1850. Indépendances américaines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Bisons d'Amérique, Yellowstone

Bisons d'Amérique, Yellowstone
Crédits : David Schultz/ Getty Images

photographie

Wounded Knee

Wounded Knee
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  FAR WEST  » est également traité dans :

CONQUÊTE DE L'OUEST - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 303 mots

1803 Le président Jefferson achète la Louisiane à la France et double ainsi la superficie du territoire des États-Unis.1819 Les États-Unis acquièrent aux dépens de l'Espagne la Floride, qui entre officiellement dans l'Union en 1845.1845 Ancienne province du […] Lire la suite

BUFFALO BILL (1846-1917)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 585 mots

Une des figures emblématiques de l'Ouest américain, Buffalo Bill, de son vrai nom William Frederick Cody, né le 26 février 1846, à Scott County (Iowa), perd son père en 1857, à l'âge de onze ans. Il devient alors messager à cheval au Kansas pour la compagnie de convois de chariots qui deviendra plus tard Russell, Majors and Waddell, commanditaires du Pony Express. Avant même d'avoir vingt ans, il […] Lire la suite

FORD JOHN (1894-1973)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 1 732 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Retour au western »  : […] En 1939, Ford revient au western, genre que, après l'avoir abondamment pratiqué, il avait abandonné depuis 1926. Ce retour à un genre qui a fait la notoriété du réalisateur et qu'il a négligé pendant plus de dix ans est peut-être l'annonce d'un changement. Stagecoach ( La Chevauchée fantastique ) accomplit la période « classique » de Ford mais ouvre aussi une autre voie. Il s'agit en effet du pr […] Lire la suite

FRONTIÈRE LA, États-Unis

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 526 mots
  •  • 1 média

D'après le Bureau du recensement américain, la frontière correspond à une zone de peuplement dans laquelle la densité est supérieure à deux habitants et inférieure à six habitants par mille carré (2,59 km 2 ). C'est pourquoi il fut déclaré officiellement en 1890 que la frontière avait disparu aux États-Unis. La frontière n'a pas cessé de se déplacer du début du xvii e siècle à la fin du xix e . E […] Lire la suite

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 227 mots

John Ford (1894-1973) fut l'un des artisans majeurs de la mythologie du Far West, avec des films comme Le Cheval de fer (1924), La Chevauchée fantastique (1939) ou La Poursuite infernale (1946). Dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), il reprend la thématique qui fonde le western depuis les origines : la lutte entre la liberté individuelle, si chère aux Américains, et la civilisation, ent […] Lire la suite

RANCH

  • Écrit par 
  • Jacques SOPPELSA
  •  • 458 mots

Dans l'Ouest américain, le caractère fortement contraignant du milieu naturel, la topographie coupée, les rigueurs de climats généralement excessifs, la faiblesse traditionnelle des densités d'occupation se sont conjugués pour développer une forme privilégiée d'activité économique : le grand élevage bovin extensif, le ranching . La tradition de l'élevage bovin en ranching constitue, en effet, l'él […] Lire la suite

GUADALUPE HIDALGO TRAITÉ DE (1848)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Signé le 2 février 1848, le traité de Guadalupe Hidalgo met un terme à la guerre qui avait éclaté le 13 mai 1846 entre le Mexique et les États-Unis, après l'entrée dans l'Union du Texas, une ancienne province mexicaine qui avait fait sécession et était devenue indépendante en 1836. Il entérine la mainmise des États-Unis sur les territoires mexicains situés au nord du Rio Grande (soit les États act […] Lire la suite

WESTERN

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 3 301 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'espace et le temps »  : […] Le western peut se définir dans l'espace et dans le temps. Géographiquement, son aire naturelle coïncide avec l'ouest des États-Unis, mais, de par la nature nomade des héros qui le peuplent, son domaine s'est étiré vers le nord jusqu'en Alaska ( Le Grand Sam , North to Alaska , Henry Hathaway, 1960) et vers le sud, où le Mexique offre un cadre de plus en plus fréquemment utilisé. Toutefois, le cen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « FAR WEST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/far-west/