Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRONTIÈRE LA, États-Unis

Carte des États-Unis après la guerre de Sécession - crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Carte des États-Unis après la guerre de Sécession

D'après le Bureau du recensement américain, la frontière correspond à une zone de peuplement dans laquelle la densité est supérieure à deux habitants et inférieure à six habitants par mille carré (2,59 km2). C'est pourquoi il fut déclaré officiellement en 1890 que la frontière avait disparu aux États-Unis. La frontière n'a pas cessé de se déplacer du début du xviie siècle à la fin du xixe. Elle n'a jamais formé une ligne continue : les avancées, les redans, les enclaves ont été courants. Lorsque les premiers colons débarquent en Amérique, elle se confond avec la côte atlantique, puis, à la veille de l'indépendance des colonies, elle franchit les Appalaches. Vers 1830-1840, elle atteint le Texas ; vers 1850, la Californie ; après la guerre de Sécession, les Grandes Plaines. Elle progresse grâce à l'attrait des mines d'or et d'argent, des immenses pâturages, des terres à cultiver. Elle est donc une étape du peuplement de l'Ouest ou de la mise en valeur du continent nord-américain. Dans cette zone, les ressources du sol ou du sous-sol sont abondantes ; elles sont peu exploitées par des Indiens nomades. Les pionniers prennent possession d'une terre qu'ils croient disponible ou qu'ils achètent aux Indiens à un prix dérisoire. Ils établissent leur code social, leur organisation politique, leurs modes de production. Si l'anarchie ou la loi du plus fort commence par l'emporter, c'est finalement sous la forme d'un territoire puis d'un État que telle ou telle zone de frontière entre dans l'Union.

Cette progression vers l'ouest a profondément marqué l'histoire des États-Unis et comporte de multiples significations. L'Américain y a manifesté et développé son goût de l'initiative personnelle, de l'aventure, voire de la violence. Son comportement à l'égard des Indiens ou des Mexicains est celui du conquérant persuadé qu'il peut tout se permettre. La lutte contre la nature, contre les animaux sauvages forge, croit-il, les caractères. En même temps, ces vastes étendues, ouvertes à la colonisation, permettent aux États de l'Est et accessoirement aux immigrants de trouver un exutoire à leur excédent de population ou d'énergies : la frontière joue un peu le rôle d'une soupape de sécurité. Aussi l'Amérique subit-elle un choc, quand elle apprend que la frontière a cessé d'exister. Son expansion ne devra-t-elle pas se faire maintenant dans les Antilles ou dans le Pacifique ? C'est ce que croient les partisans de l'expansion impérialiste à la fin du xixe siècle. À moins que la lutte contre les inégalités sociales ou le sous-développement économique ne constitue à son tour « de nouvelles frontières », comme le suggérait le président John F. Kennedy en 1960. Cessant d'être une réalité, la frontière devient un mythe qui symbolise le rêve américain des espaces immenses et de la liberté. Peut-être la conquête de l'espace a-t-elle représenté aussi une nouvelle frontière.

— André KASPI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

André KASPI. FRONTIÈRE LA, États-Unis [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 02/10/2019

Média

Carte des États-Unis après la guerre de Sécession - crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Carte des États-Unis après la guerre de Sécession

Autres références

  • AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

    • Écrit par , et
    • 10 380 mots
    • 6 médias
    Dans un premier temps, la politique fédérale continue celle de l'époque de la colonisation. Une frontière indienne permanente est établie le long de la frontière ouest des États situés sur la rive droite du Mississippi, où l'on se propose de déporter tous les Indiens de l'Est. La fin de la période...
  • CONQUÊTE DE L'OUEST - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 297 mots

    1803 Le président Jefferson achète la Louisiane à la France et double ainsi la superficie du territoire des États-Unis.

    1819 Les États-Unis acquièrent aux dépens de l'Espagne la Floride, qui entre officiellement dans l'Union en 1845.

    1845 Ancienne province du Mexique ayant fait sécession...

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par , et
    • 19 922 mots
    • 19 médias
    Toutefois, le xixe siècle voit également se dessiner l'ébauche de la géographie actuelle des États-Unis, avec la formidable conquête des territoires de l'Ouest, du Mississippi au Pacifique. C'est la grande époque de l'arc Chicago-Saint Louis-La Nouvelle-Orléans, têtes de pont entre le foyer d'immigration...
  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par , , et
    • 33 218 mots
    • 62 médias
    Dès cette époque, et pour un siècle, sont fixés les grands traits de la Frontière, cette zone pionnière dans laquelle s'établissent des colons en quête de terres et de liberté, plus soucieux d'efficacité que de légalité. Sans admettre totalement la thèse de Frederick Jackson Turner sur le rôle de la...
  • Afficher les 9 références