FANTAISIE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous son acception la plus générale, le terme de fantaisie désigne en musique une pièce instrumentale de forme assez libre et proche de l'improvisation, mais non sans rapports avec des formes plus strictes déjà en usage. Concrètement, la fantaisie évolue entre ces deux pôles : la liberté, ou plutôt l'anormal (ni l'un ni l'autre ne voulant dire anarchie), d'une part, la rigueur, d'autre part.

En Italie au xvie siècle, elle s'identifie avec le ricercare, de style contrapuntique. Elle s'épanouit dans l'Angleterre élisabéthaine sous le nom de fancy et sous forme de pièces pour violes, d'écriture imitative et fuguée, aux thèmes parfois populaires, et agrémentées d'épisodes variés alternant avec ceux en contrepoint. On la retrouve en Italie (Frescobaldi), en France (Eustache Du Caurroy, Louis Couperin, Marin Marais).

Au xviiie siècle, Bach traite le genre sans le moindre esprit de système : il s'appuie soit sur un thème unique (Fantaisie en ut mineur pour orgue) soit sur deux thèmes (Fantaisie en sol mineur pour orgue), allant même jusqu'à substituer la fantaisie au prélude dans sa Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur pour clavecin. Mozart, avec sa Fantaisie en ut mineur pour piano (K. 475), et Haydn, avec les mouvements lents de ses Quatuors, op. 54, no 2, et op. 76, no 6, écrivent des pages d'une profonde cohérence mais échappant à certains des critères habituels du style sonate ; il en va de même de Beethoven dans le premier mouvement de sa Sonate, op. 27, no 2 (cela sans parler de sa Fantaisie pour piano, op. 77, ni de celle pour piano, orchestre et chœurs, op. 80).

Au xixe siècle, le terme devient de plus en plus arbitraire, et il désigne aussi bien des variations libres qu'une sonate en principe irrégulière. Très significative est la Fantaisie, op. 17, de Schumann, qui dans cet hommage à Beethoven se garde bien d'avoir recours au cadre extérieur et même aux principes de la sonate, en prend plutôt le contre-pied et, ce faisant, crée un véritable chef-d'œuvre. Liszt, en revanche, et c'est tout aussi significatif, ne songera pas à appeler « fantaisie » sa Sonate en si mineur, ni Schönberg sa Symphonie de chambre, op. 9, ni Sibelius sa Symphonie no 7, pourtant œuvres en un seul mouvement. On peut encore citer les Fantaisies sur des motifs d'opéras de Liszt, la Fantaisie pour piano et orchestre de Debussy, la Fantaisie sur un thème de Thomas Tallis de Vaughan Williams, la Fantaisie pour piano et violon de Schönberg. C'est dans la littérature d'orgue (Liszt, Franck, Reger) que le genre est resté le plus fidèle à l'ancienne tradition.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FANTAISIE, musique  » est également traité dans :

BRIDGE FRANK (1879-1941)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 950 mots

Chambriste et chef d'orchestre remarquables, Frank Bridge est aussi le plus grand et le plus important compositeur britannique de musique de chambre. Frank Bridge naît le 26 février 1879 à Brighton (Sussex). Son père, professeur de violon, encourage ses dons précoces pour la musique. À partir de 1896, le jeune homme étudie le violon et le piano au Royal College of Music de Londres. Une bourse, obt […] Lire la suite

EMPFINDSAMKEIT, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 753 mots

L' Empfindsamkeit est un mouvement préclassique qui se développe essentiellement en Allemagne du Nord, en réaction au rationalisme de l' Aufklärung (les Lumières germaniques), de 1740 à 1760 environ. Cette « sensibilité » (ou « émotivité » ou « sentimentalité ») nouvelle que l'on s'ingénie désormais à cultiver indique qu'une page est bel et bien en train de se tourner : il est désormais concevab […] Lire la suite

Fantaisie et fugue en ut mineur, BACH (Carl Philipp Emannuel)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 554 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Maître de la musique instrumentale, Carl Philipp Emanuel Bach, deuxième fils de Jean-Sébastien Bach, donne avec son Essai sur la véritable manière de jouer des instruments à clavier (deux volumes : 1753, 1762) un traité qui va durablement influencer l'évolution de la musique occidentale et qui demeure fondamental pour la connaissance du style de la seconde moitié du XVIII e siècle. Beethoven lui […] Lire la suite

LUTH

  • Écrit par 
  • Joël DUGOT
  •  • 7 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le luth et les formes musicales »  : […] Cet aspect psychologique détermine profondément le caractère de la musique. La solitude du luthiste l'engage à la méditation et à l'invention. Ses recherches déterminent trois formes essentielles qui dominent toute la littérature du luth. La plus proche de l'esprit solitaire des luthistes est la forme libre que caractérisent le ricercare , la fantaisie et le prélude . C'est dans ces pièces, très […] Lire la suite

PURCELL HENRY

  • Écrit par 
  • Nanie BRIDGMAN
  •  • 2 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres instrumentales »  : […] Il est curieux que Purcell, organiste et claveciniste de métier, n'ait à peu près rien écrit pour les instruments à clavier et que ses Suites pour le clavecin aussi bien que ses Voluntaries pour l'orgue ne représentent que des pages de peu d'importance dans son œuvre. C'est aux violes qu'il consacrera son premier chef-d'œuvre, ses fantaisies écrites, d'après les dates que porte le manuscrit aut […] Lire la suite

RHAPSODIE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Depuis le xix e  siècle, le terme « rhapsodie » désigne généralement, en musique, une pièce instrumentale d'essence romantique ou pittoresque, de forme libre (proche de l'improvisation) et de caractère contrasté. Issu du grec rhapsodia (chant épique), utilisé pour la première fois par le compositeur tchèque Vaclav Jan Tomaschek (1774-1850), le mot est ensuite repris par Liszt ( Rhapsodies hongroi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « FANTAISIE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantaisie-musique/