ÉZÉCHIEL (env. 627-env. 570 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Livre d'Ézéchiel et sa postérité

En dépit de ses qualités littéraires modestes, le Livre d'Ézéchiel parvint à maintenir sa grande autorité. Ben Sira (190 av. J.-C.) en est le témoin antique ; Schiller aurait voulu apprendre l'hébreu pour le lire dans l'original et Victor Hugo le placera avec Homère, Eschyle, Juvénal et quelques autres dans « l'avenue des géants immuables de l'esprit humain ». Cependant, l'utilisation d'Ézéchiel fut souvent ressentie comme inconfortable et même coupable, et sa carrière est remplie d'obstacles et d'omissions, mais aussi de complicités aux effets créatifs.

Le Livre d'Ézéchiel a eu beaucoup de mal à se faire admettre dans le canon juif des Écritures. Sa partie législative se trouva en désaccord, dès le ive siècle avant J.-C., avec le Pentateuque, définitivement constitué et homologué comme l'œuvre de Moïse. Aussi les rabbins du ier siècle voulurent-ils le retirer du corpus officiel pour éviter de troubler la conscience populaire. Il fallut bien des artifices d'interprétation pour le laver des graves suspicions dont il était l'objet et ainsi lui éviter de devenir apocryphe (Talmud, Shabbat 15 b, Hagiga 13 a). Encore au ive siècle, Jérôme écrira qu'Ézéchiel « a enrobé les principes et la fin de tant d'obscurité que, chez les Hébreux, ces parties ainsi que le début de la Genèse n'étaient pas lus avant l'âge de trente ans » (Lettres 53, « Ad Paulinum »).

Or ces difficultés de reconnaissance et de canonisation étaient l'indice de richesses que d'autres courants juifs, minoritaires il est vrai, surent exploiter. La « vision du char » servit de base aux mouvements mystiques et aux spéculations ésotériques que l'on appela Merkabah (ce mot hébreu signifie « char »). Dans le cadre de leur polémique antijuive, les chrétiens durent utiliser, de leur côté, les sévères dénonciations d'Israël par le Prophète. Mais c'est la production dite apocalyptique qui fit surtout d'Ézéchiel sa source privilégiée, principalement par sa conception d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉZÉCHIEL (env. 627-env. 570 av. J.-C.)  » est également traité dans :

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_8284

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'art gréco-romain et médiéval »  : […] Cette inspiration, qui fait du décor de la vie quotidienne l'image des rapports de proximité, d'intérêt et de sympathie entre l'homme et l'animal, se retrouve dans le mobilier zoomorphe de diverses époques : Égypte ancienne, Renaissance française, style Chippendale anglais. L'animal ou une partie du corps de l'animal, est support, gardien et compagnon des fauteuils et des lits. Il est remarquable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_8284

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ézéchiel et la littérature de l'Exil »  : […] C'est parmi les cercles sacerdotaux, groupés autour du temple de Jérusalem, peu avant la catastrophe nationale (prise de Jérusalem par Nabuchodonosor en 587), que surgit une figure prophétique originale, Ézéchiel. A-t-il vraiment vécu à Jérusalem ou commença-t-il sa prédication à Babylone ? On ne le sait. Marqué par son origine sacerdotale, il fut toujours l'homme du Livre ; lors de sa vocation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-livres-de-la-bible/#i_8284

CHÉRUBINS

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 242 mots

Mot français qui correspond à l'hébreu kerubim , pluriel de kerub , l'un et l'autre étant employés dans la Bible. On les rapproche des termes akkadiens karibu ou kuribu , qui désignaient la figuration, en Mésopotamie, de divinités de second rang ( karibu signifie bénir et correspond à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cherubins/#i_8284

LAMENTATIONS LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 363 mots

Dans le canon juif des Écritures, le livre des Lamentations est classé parmi les Écrits ( Ketubim ) et apparaît, sous le nom de Eykab (« Comment », premier mot du livre) ou de Qinot (« Complaintes »), comme le quatrième des Cinq Rouleaux ( Megillot ). Dans la version des Septante ( Thrênoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-des-lamentations/#i_8284

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 177 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme classique »  : […] La tradition biblique accorde à Abraham (Gen., xx ) et à Moïse (Os., xii  ; Deut., xviii ) le titre de prophète (pour la théologie judéo-chrétienne, ils inaugurent la successio prophetica ) et rappelle ainsi le lien qui existe entre le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetes-d-israel/#i_8284

QUMRĀN RÈGLE DE LA COMMUNAUTÉ DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 729 mots

La Règle de la communauté , appelée « Manuel de discipline » par les éditeurs, est l'un des premiers grands manuscrits découverts à Qumrān en 1947 (trad. française in A. Dupont-Sommer, Les Écrits esséniens découverts près de la mer Morte , Paris, 1959). Une recension pratiquement intacte en a été trouvée dans la grotte I. Il en existe aussi, venant de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-de-la-communaute-de-qumran/#i_8284

Voir aussi

Pour citer l’article

André PAUL, « ÉZÉCHIEL (env. 627-env. 570 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ezechiel/