EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travaux mathématiques

Les travaux d'Eudoxe en mathématiques sont connus avec beaucoup plus de précision. D'après le témoignage de Proclus, il avait composé des traités qui ont servi de point de départ aux Éléments d'Euclide et même à des parties plus complexes de l'analyse géométrique ultérieure. Deux scolies anonymes aux Éléments lui attribuent la paternité du livre V et de la théorie savante des rapports qui s'y trouve exposée. Cependant, ce fait est mal établi et soulève de graves difficultés théoriques. La mathématique du livre V est en effet beaucoup plus subtile que celle connue d'Aristote, postérieur à Eudoxe. Elle n'a été vraiment comprise qu'à la fin du xixe siècle, et ce n'est pas faire injure au grand Cnidien que lui en dénier la paternité. En particulier, il n'y a pas lieu d'appeler « axiome d'Eudoxe » l'axiome d'Archimède. Mais on ne peut pas refuser à Eudoxe les principaux résultats du livre XII des Éléments, le témoin étant Archimède lui-même, qui le cite trois fois, dont deux à ce sujet. Il nous apprend que Démocrite avait avancé, pour le volume de la pyramide, la formule actuelle : tiers du produit de la base par la hauteur. Eudoxe avait ensuite fourni pour ce volume et pour celui du cône des preuves irréfutables. Cette étude forme en fait la majeure partie du livre XII, qu'il y a donc lieu de lui attribuer. À ce point de vue, il est le fondateur, avant Archimède, du calcul intégral, sous un aspect purement géométrique.

Il avait encore traité de l'arithmétique et de la musique puisque Proclus rapporte qu'il avait ajouté trois moyennes aux trois anciennement connues, à savoir l'arithmétique, la géométrique et l'harmonique.

Pour le problème, déjà ancien à son époque, de la duplication du cube, il aurait utilisé certaines lignes courbes dont, malheureusement, on ignore tout.

Enfin, lorsque Proclus déclare : « Eudoxe présenta en plus grand nombre les questions relatives à la section », la plupart des historiens veulent voir dans cette phrase une allusion à la section d'o [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Athènes »  : […] Au iv e  siècle avant J.-C., Athènes prend la relève. C'est le grand siècle de la civilisation grecque, celui de Platon, de Phidias, d'Eschyle, de Sophocle, d'Euripide, de Socrate et d'Aristote. Platon (env. 428-347 av. J.-C.) est le fondateur de la célèbre Académie, mais sa conception du Monde, dont la Terre immobile est le centre, n'apporte rien de neuf. Toutefois, si l'on en croit Simplicius, P […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Eudoxe et la méthode d'exhaustion »  : […] Mais le principal obstacle épistémologique rencontré par les mathématiciens grecs du v e  siècle venait, pour l'essentiel, de l'impossibilité de concevoir alors sous forme abstraite la notion générale de nombre réel. Au iv e  siècle, Eudoxe surmonta cet obstacle en élaborant une figuration concrète de cette notion, la théorie générale des rapports, dont Euclide donne un excellent exposé au livre  […] Lire la suite

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 225 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sauver les apparences »  : […] Tous les systèmes cosmologiques de l'Antiquité sont géocentriques, à l'exception de celui d'Aristarque de Samos (vers 280 avant notre ère), qui est strictement le même que celui que Copernic proposera au xvi e  siècle, mais qui n'aura aucune pérennité. Toutefois, l'ordre des planètes varie d'un système à l'autre : dans le système platonicien, autour de la Terre tournent l'orbe de la Lune, puis ce […] Lire la suite

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pratique du plaisir comme ascèse »  : […] L'hédonisme vise à la sagesse qui est maîtrise, et d'abord maîtrise de soi. À la différence d'Aristippe, Platon instaure un détour essentiel où la sagesse est à la fois recherche du bien et du vrai qui, s'ils sont coextensifs au cœur de l'Être, ne le sont plus lorsque leur mode d'apparaître est lié au devenir. Platon organise une chasse prudente et difficile à laquelle les cyrénaïques préfèrent la […] Lire la suite

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Les irrationnelles »  : […] Nous connaissons par Aristote ( Premiers Analytiques , 14, a, 26) en quoi a consisté la rencontre des Grecs avec l'infini mathématique. Ce fut la « découverte », attribuée à un pythagoricien, et qui fit scandale, de l'incommensurabilité de la diagonale du carré. Le premier scolie du livre X des Éléments d' Euclide, en même temps qu'il expose le contenu de la découverte, commente en ces termes la l […] Lire la suite

INTÉGRATION ET MESURE

  • Écrit par 
  • André REVUZ
  •  • 6 222 mots

Dans le chapitre « Le problème initial Généralités »  : […] Mesurer est une activité dont l'existence est attestée dans toutes les sociétés historiques, et il est assez surprenant de constater que ce n'est que dans un passé relativement récent, au début du xx e  siècle, que la réflexion mathématique a commencé à en établir une théorie claire et cohérente. Il faut tout de suite remarquer que le problème, pris dans sa plus grande généralité, reste encore mys […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Les raisons »  : […] Le but cherché est de pouvoir parler de la raison de deux longueurs, cette raison étant perçue comme un outil de comparaison de ces deux longueurs, outil qui ne saurait se réduire à un rapport d'entiers. Eudoxe va donc ajouter d'autres rapports aux seuls rapports entiers par des encadrements habiles. De façon précise, il part de deux longueurs notées A et B et deux autres notées C et D. La notion […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudoxe-de-cnide/