ÉTYMOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problèmes et directions de recherche

Étant donné un mot d'une certaine langue, l'étymologiste, pour remonter à son étymon (mot souche, attesté ou reconstitué), doit tenir compte de plusieurs ordres de faits, constituant autant de plans de recherche applicables, selon les cas, à ce mot pris isolément ou (plus souvent) à l'ensemble lexical (« champ ») auquel il appartient. Ces plans concernent, d'une part, les conditions historiques de la transmission ; d'autre part, le maintien, au cours du temps, d'une identité formelle ; enfin, la détermination d'une identité sémantique.

La transmission d'un mot (ou d'un ensemble de mots), c'est-à-dire sa continuité au cours du temps, est l'objet d'une critique fondamentale qui, lorsqu'il s'agit (comme c'est le cas le plus général) d'examiner des témoignages écrits, relève de la philologie. On établit, sur la base de documents les plus nombreux possible, les diverses formes revêtues par le mot en question, en déterminant leur chronologie, au moins relative (antériorité de telle forme par rapport à telle autre). Il n'y a jamais, sur ce point, d'évidence : le français rêver est attesté dès le début du xiie siècle, alors que rêve apparaît à la fin du xviie siècle ; le second est donc, selon toute apparence, dérivé du premier. Au reste, l'interprétation des documents, surtout s'ils sont anciens, pose parfois de graves problèmes de lecture : ainsi, deux variantes manuscrites d'un même texte antique, médiéval ou dialectal peuvent fournir deux formes divergentes dont l'une provient peut-être d'une faute de copiste ; en revanche, une forme à première vue aberrante peut être assurée par une rime, etc. De plus, au niveau de la première apparition du mot, l'étymologiste est placé en face de trois alternatives différentes et parfois cumulées.

1. Le mot est-il héréditaire ou non ? S'il ne l'est pas, il aura été produit par dérivation, composition, abréviation, voire par création arbitraire, au moyen de moules formels qu'il convient de définir comme tels. Le critère chronologique est ici le plus employé (exemple de rêver-rêve), mais il peut être malaisé à manier ; l'application de certains moules formels, comme la désignation d'un objet par le nom de son inventeur (nicotine, poubelle) ou de son lieu d'origine (popeline), n'apparaît que lorsqu'on a fait l'histoire, non linguistique, de l'objet lui-même. Le mot gaz, lancé par Van Helmont, représente la prononciation, par ce Hollandais du xviie siècle, du mot grec chaos. Dans les situations culturelles de bilinguisme, il peut se produire des échanges spontanés entre les registres linguistiques en présence, qui rendent ambiguë la notion même d'origine : sévérité fut-il un dérivé de sévère (ces deux mots apparaissent à la même époque, xvie siècle) ou emprunté de severitas ? Sans doute l'un et l'autre simultanément.

2. Le mot est-il autochtone ou fut-il importé ? C'est la question des « emprunts », entre lesquels il faut distinguer les emprunts étrangers (ainsi, bien des mots anglais dans le français des sports) et les emprunts faits par la langue commune ou littéraire aux dialectes, patois ou argots (ainsi luge ou chalet, venus de patois alpestres). Ces deux espèces de faits se relèvent à toutes époques : tapis (xiie siècle) est du grec byzantin importé par les croisés ; roturier, un mot dialectal employé dès le xie siècle dans le droit coutumier du Poitou, et qui pénétra, de proche en proche, dans l'usage des provinces de l'Ouest, du Bassin parisien, puis de l'Est, pour triompher, au xviiie siècle, dans le français commun d'où il chassa ses synonymes. L'histoire de la chose désignée par le mot est le plus souvent, ici encore, indispensable, non moins que la détermination des cheminements suivis (contacts, géographiques ou culturels). On a pu ainsi observer des séries en spirale : le français budget fut emprunté à l'anglais au xviiie siècle, mais l'anglais le tenait de l'ancien français (bougette, disparu depuis lors, dérivé de bouge : sac) ; abricot emprunté vers 1550 à l'espagnol, l'avait été par celui-ci à l'arabe (al-barqoûq), qui l'avait reçu du grec syrien, qui le tenait du latin (praecoquum).

3. Le mot, au début de son histoire, appartint-il à la langue commune ou à une langue spéciale (technique, professionnelle, etc.) ? C'est la question capitale du « milieu créateur » : voler (dérober), d'emploi commun depuis le xvie siècle, s'explique par le fait que ce mot fut au Moyen Âge un terme de chasse (d'un rapa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification

Autres références

«  ÉTYMOLOGIE  » est également traité dans :

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 538 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. ( Über das Konjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem de […] Lire la suite

DOLET ÉTIENNE (1509-1546)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 482 mots

Après avoir fait à Paris des humanités classiques très soignées, Étienne Dolet entreprend le traditionnel tour des universités européennes, notamment à Padoue, qui est l'un des centres les plus réputés de l'humanisme italien avec une forte coloration épicurienne. Après un passage à Toulouse (droit), où son éloquence fait des ravages dans les milieux estudiantins, il se fixe à Lyon auprès de l'un d […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Une rhétorique de l'excès »  : […] On pourra décrire cet excès de multiples façons. Entendu mécaniquement, par exemple, il consiste à ajouter une contrainte aux règles de la langue (par exemple, que tous les mots doivent commencer par la même lettre), ou bien à en retrancher une, par exemple en acceptant qu'un mot soit découpé en ses constituants plus d'une fois (c'est ce que pratique Brisset). Le résultat est qu'on laisse parler l […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « L'étymologie »  : […] L 'étymologie est illustrée par un auteur ancien de date incertaine (antérieure au ii e  s. av. J.-C.), Yāska, dont le Nirukta est un commentaire étymologique sur une sorte de lexique de mots védiques appelé Nighaṇṭu . L'introduction de cet ouvrage est le plus ancien texte sanskrit définissant les principales catégories sémantiques : le verbe, qui exprime l'être ( bhāva ) en tant que naissance, f […] Lire la suite

GUIRAUD PIERRE (1912-1983)

  • Écrit par 
  • Jacques CELLARD
  •  • 719 mots

Décédé à Paris le 2 février 1983, Pierre Guiraud est né à Sfax (Tunisie) le 26 septembre 1912. Professeur de français, il exerce surtout à l'étranger : en Roumanie, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, enfin en Grande-Bretagne et, plus longuement, à l'université de Groningue (Pays-Bas). Ce n'est que tardivement qu'il décide de présenter une thèse de lettres sur la poétique de Paul Valéry. Il est alors […] Lire la suite

ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)

  • Écrit par 
  • Jacques FONTAINE
  •  • 1 355 mots

Dans le chapitre « Originalité de la culture isidorienne »  : […] Sélectionner, organiser, concentrer, rendre assimilable l'héritage de la culture hellénistique et romaine : pour réaliser ce programme, Isidore applique à toutes les connaissances quatre catégories de pensée qu'il tire des traditions de la grammaire antique. Des mots aux choses, la différence et l'analogie cernent tout objet de connaissance en le distinguant et le rapprochant des autres. La glose […] Lire la suite

MÉNAGE GILLES (1613-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 794 mots

L'un de ces abbés qui occupent tant de place dans l'histoire de la littérature française au xvii e siècle. Un abbé, mais non un prêtre : il n'ira pas au-delà du sous-diaconat qu'il reçoit en 1648 ; ses confortables revenus ecclésiastiques lui permettent dès lors de donner tout son temps aux études et aussi, plus tard, à la vie de salon. C'est un abbé fort savant, mais qui fait sonner trop haut sa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « ÉTYMOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/