DOLET ÉTIENNE (1509-1546)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir fait à Paris des humanités classiques très soignées, Étienne Dolet entreprend le traditionnel tour des universités européennes, notamment à Padoue, qui est l'un des centres les plus réputés de l'humanisme italien avec une forte coloration épicurienne. Après un passage à Toulouse (droit), où son éloquence fait des ravages dans les milieux estudiantins, il se fixe à Lyon auprès de l'un des plus grands imprimeurs du siècle, Gryphius (Sébastien Gryphe). Dès lors, il mène conjointement un travail de philologue érudit et d'imprimeur, correcteur et lecteur d'épreuves. Il rédige les Commentaires de la langue latine, énorme compilation d'étymologies, de racines et d'élucubrations parfois saugrenues, constituant l'un des premiers lexiques étymologiques pour le latin. Bourré de notes et de digressions, c'est un livre de travail, à lire à loisir, et qui ne manque pas d'intérêt.

Cependant, la vie agitée de Dolet semble mal s'accorder avec le métier austère et calme qu'il s'est choisi : à Lyon, il commet notamment, de manière semble-t-il accidentelle, un meurtre qui inaugure la longue série de ses déboires avec l'autorité ; il s'enfuit à Paris, obtient sa grâce de François Ier lui-même, retourne à Lyon, où il n'en est pas moins jeté en prison, pour ne retrouver sa liberté qu'après nombre de requêtes auprès du cardinal de Tournon. Il s'installe alors imprimeur à son compte et publie, outre Galien, Rabelais et Marot ; ce qui ne manque pas d'attirer sur lui l'attention de la censure ecclésiastique : après la publication du Manuel du chevalier chrétien d'Érasme, livre convaincu d'hérésie, il est incarcéré à la demande de l'Inquisition. Il passe quatre années, de 1542 à 1546, à s'évader pour être repris ; enfin, il est conduit à la Conciergerie, où il écrit en vers le Cantique d'Estienne Dolet, l'an 1546, sur sa désolation et sa consolation ; le 3 août 1546, ce curieux homme est brûlé vif avec ses livres place Maube [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  DOLET ÉTIENNE (1509-1546)  » est également traité dans :

LYONNAIS POÈTES

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 110 mots

Dans le chapitre « Une ville humaniste »  : […] Lyon jouissait d'une culture locale déjà solidement établie, et la proximité de l'Italie facilitait la pénétration des idées de la Renaissance dans une ville dont la population était dans une grande mesure d'origine italienne. Symphorien Champier (1471 ?-1539), qui se rattachait par certains côtés aux rhétoriqueurs, avait beaucoup fait pour acclimater le platonisme ficinien, et les poètes des ann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-lyonnais/#i_10485

MAROT CLÉMENT (1496-1544)

  • Écrit par 
  • Pierre JOURDA
  •  • 1 498 mots

Dans le chapitre « Le prix de l'indépendance »  : […] Clément Marot est né à Cahors en Quercy. Il connut à la cour de France les succès les plus flatteurs. Il est mort en exil. Boileau a loué son « élégant badinage ». Son œuvre mérite mieux que ce slogan banalisé ! Son père, médiocre versificateur et protégé d'Anne de Bretagne, lui enseigna les lois des grands rhétoriqueurs et lui ménagea d'utiles protections. On peut lire dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-marot/#i_10485

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « DOLET ÉTIENNE - (1509-1546) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-dolet/