ÉTYMOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de « champ linguistique »

Deux innovations ont, dans la première moitié du xxe siècle, marqué profondément, et de façon contradictoire, la recherche étymologique. La création puis la rapide extension, à partir de 1918, de la « géographie linguistique » (étude des faits de langue dans leur dimension spatiale et non plus exclusivement temporelle) fit faire à l'étymologie un progrès considérable. Toutefois, Gilliéron, initiateur de cette méthode, réagissait avec tant de vigueur contre le schématisme des phonéticiens (La Faillite de l'étymologie phonétique, 1919) que, par une sorte de malentendu, les étymologistes à sa suite négligèrent de tirer profit du structuralisme naissant. Inversement, par réaction contre l'historicisme, l'école structuraliste s'intéressa peu à l'étymologie. Il reste que la géographie linguistique (et les recherches dialectologiques auxquelles elle est liée) révéla ou mit en évidence l'interdépendance des unités lexicales : le mot n'est pas isolé, le vocabulaire est comme un vaste champ traversé (dans le temps et dans l'espace) par des forces attractives diversement agissantes selon le niveau de culture des sujets parlants. Dans cette perspective, étymologie désigne concurremment deux processus : diachroniquement, une transmission à partir d'une origine ; synchroniquement, un dynamisme qui traduit un besoin de motivation inhérent au langage (d'où l'appellation, lancée par Gilliéron, d'« étymologie populaire », pour signifier les faits d'attraction observés, dans certains cas, entre des mots présentant une ressemblance formelle fortuite). Simultanément se dégage, dans les études dialectologiques, la méthode dite Wörter und Sachen (les mots et les choses) due pour l'essentiel à H. Schuchardt, et qui englobait dans l'examen du mot l'objet désigné lui-même.

L'impact de la linguistique structurale sur les travaux étymologiques fut plus tardif et moins direct. Vers 1930 fut mise en valeur la notion saussurienne d'association, en vertu de laquelle chacune des deux faces du mot (sémantique et forme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification


Autres références

«  ÉTYMOLOGIE  » est également traité dans :

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 538 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-bopp/#i_26359

DOLET ÉTIENNE (1509-1546)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 482 mots

Après avoir fait à Paris des humanités classiques très soignées, Étienne Dolet entreprend le traditionnel tour des universités européennes, notamment à Padoue, qui est l'un des centres les plus réputés de l'humanisme italien avec une forte coloration épicurienne. Après un passage à Toulouse (droit), où son éloquence fait des ravages dans les milieux estudiantins, il se fixe à Lyon auprès de l'un d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-dolet/#i_26359

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Une rhétorique de l'excès »  : […] On pourra décrire cet excès de multiples façons. Entendu mécaniquement, par exemple, il consiste à ajouter une contrainte aux règles de la langue (par exemple, que tous les mots doivent commencer par la même lettre), ou bien à en retrancher une, par exemple en acceptant qu'un mot soit découpé en ses constituants plus d'une fois (c'est ce que pratique Brisset). Le résultat est qu'on laisse parler l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_26359

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « L'étymologie »  : […] L 'étymologie est illustrée par un auteur ancien de date incertaine (antérieure au ii e  s. av. J.-C.), Yāska, dont le Nirukta est un commentaire étymologique sur une sorte de lexique de mots védiques appelé Nighaṇṭu . L'introduction de cet ouvrage est le plus ancien texte sanskrit définissant les princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_26359

GUIRAUD PIERRE (1912-1983)

  • Écrit par 
  • Jacques CELLARD
  •  • 719 mots

Décédé à Paris le 2 février 1983, Pierre Guiraud est né à Sfax (Tunisie) le 26 septembre 1912. Professeur de français, il exerce surtout à l'étranger : en Roumanie, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, enfin en Grande-Bretagne et, plus longuement, à l'université de Groningue (Pays-Bas). Ce n'est que tardivement qu'il décide de présenter une thèse de lettres sur la poétique de Paul Valéry. Il est alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-guiraud/#i_26359

ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)

  • Écrit par 
  • Jacques FONTAINE
  •  • 1 355 mots

Dans le chapitre « Originalité de la culture isidorienne »  : […] Sélectionner, organiser, concentrer, rendre assimilable l'héritage de la culture hellénistique et romaine : pour réaliser ce programme, Isidore applique à toutes les connaissances quatre catégories de pensée qu'il tire des traditions de la grammaire antique. Des mots aux choses, la différence et l'analogie cernent tout objet de connaissance en le distinguant et le rapprochant des autres. La glose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-seville/#i_26359

MÉNAGE GILLES (1613-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 794 mots

L'un de ces abbés qui occupent tant de place dans l'histoire de la littérature française au xvii e siècle. Un abbé, mais non un prêtre : il n'ira pas au-delà du sous-diaconat qu'il reçoit en 1648 ; ses confortables revenus ecclésiastiques lui permettent dès lors de donner tout son temps aux études et aussi, plus tard, à la vie de salon. C'est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-menage/#i_26359

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « ÉTYMOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/