ETHNOMÉTHODOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le souci d'une observation concrète de la vie sociale

Présentées en 1967 dans l'ouvrage Studies in Ethnomethodology, les recherches de Harold Garfinkel ont été très largement inspirées au départ par la phénoménologie sociale d'Alfred Schütz, sociologue et philosophe autrichien qui a essayé d'articuler la pensée d'Edmund Husserl et celle de Max Weber. Par la suite, Garfinkel s'est éloigné de la pensée de Schütz, tout en conservant un ancrage ferme dans la phénoménologie. Il a placé tout son travail sous le double mot d'ordre phénoménologique, qu'il a interprété à sa façon, de retour « aux choses mêmes » et de « description pure » du monde d'avant la connaissance. Qu'est-ce qu'un tel mot d'ordre peut vouloir dire pour une démarche sociologique ? Essentiellement, que les idées, les enquêtes et les théories des sociologues sur la société, sur l'action, sur la coopération sociale, etc., ne sont d'aucune utilité, sur le plan de la connaissance, si elles ne parviennent pas à rendre compte de la manière propre que les agents sociaux, dans leur vie ordinaire, ont de traiter le monde, de se rapporter les uns aux autres dans leurs interactions et d'ordonner leurs activités de l'intérieur même des structures de leur expérience. Bref, il s'agit de rendre aux faits sociaux de Durkheim leur physionomie concrète de « choses organisationnelles », c'est-à-dire de retrouver le travail vivant et méthodique d'organisation, d'ordonnancement et de mise en sens, qui les constitue comme réalité objective.

Le propos ethnométhodologique consiste ainsi, pour l'essentiel, à rapporter la production (concrète, endogène et locale) d'ordre et de sens à des opérations, réglées normativement, que les « membres » font méthodiquement entre eux, ou les uns par rapport aux autres, et à tenter de faire apparaître que cette production s'appuie sur une connaissance de sens commun du mond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ETHNOMÉTHODOLOGIE  » est également traité dans :

CICOUREL AARON (1928- )

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 754 mots

Sociologue américain, particulièrement connu en France pour ses travaux de « sociologie cognitive » appliquée à l’étude des interactions en milieu scolaire et en milieu médical. Son œuvre ne se limite cependant pas à ces deux domaines, qui sont les seuls à avoir fait l’objet de livres traduits en français (1979, 2002). Il faut également lire ses ouvrages de critique méthodologique (1964), de socio […] Lire la suite

GARFINKEL HAROLD (1917-2011)

  • Écrit par 
  • Louis QUÉRÉ
  •  • 1 725 mots

Harold Garfinkel est le principal instigateur de l'« ethnométhodologie », courant sociologique qui s'est développé aux États-Unis dans les années 1960-1970. Né en 1917 dans le New Jersey, élevé dans la communauté juive de Newark, il fait une partie de ses études supérieures à l'université de Caroline du Nord. Il y découvre la sociologie de William I. Thomas et Florian Znaniecki, ainsi que la phén […] Lire la suite

LAPASSADE GEORGES (1924-2008)

  • Écrit par 
  • Remi HESS
  •  • 1 372 mots

Comme d'autres sociologues français – Gérard Althabe, Pierre Bourdieu, Henri Lefebvre, René Lourau – Georges Lapassade est originaire du Béarn. Né le 10 mai 1924 à Arbus, il gardera, sa vie durant, l'accent de son pays. Il passe une enfance agitée qu'il raconte dans L'Autobiographe (1980). Il fréquente le mouvement des Auberges de jeunesse. Musicien, il joue du piano, de la guitare, de l'accordé […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « La sociolinguistique  »  : […] L'essor de la linguistique, impulsé par Saussure au début du xx e  siècle, repose en grande partie sur le rejet de la variabilité de la parole, au profit du seul système de la langue, postulée stable et commune à tous les utilisateurs. Pourtant, la question des liens entre langue et société n'a cessé d'être posée, tant par les sociologues (Bourdieu) que par les linguistes (dans la lignée antisauss […] Lire la suite

OBSERVATION (sciences sociales)

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 075 mots

L’observation, qu’elle soit ou non participante, fait désormais partie des méthodes canoniques des sciences sociales, transmises aux étudiants dans les enseignements de sociologie et d’anthropologie et utilisées dans un grand nombre de recherches et sur une multiplicité de terrains. En France, cette généralisation des usages de l’observation renvoie à ce que l’on pourrait appeler un « tournant et […] Lire la suite

RÉFLEXIVITÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 988 mots

La notion de réflexivité véhicule trois significations sociologiques majeures. Elle désigne d’abord une posture qui consiste à intégrer l’observateur dans le champ de l’observation. Comme l’a suggéré Norbert Elias dans Engagement und D istanzierung (1983), la pratique des sciences sociales doit composer avec les intérêts, les passions, les jugements et les partialités qui font le sel des confl […] Lire la suite

SCHÜTZ ALFRED (1899-1959)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

Sociologue et philosophe américain d'origine autrichienne, Alfred Schütz a élaboré une approche phénoménologique des sciences sociales. Né à Vienne le 13 avril 1899, Alfred Schütz émigre aux États-Unis en 1939. Il enseigne à la New School for Social Research de New York de 1943 à 1959. Il attire l'attention sur les présupposés sociaux qui sous-tendent la vie quotidienne et la création de la réal […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Études de laboratoire et « acteurs-réseaux » »  : […] Un autre courant, issu directement de la critique de la sociologie fonctionnaliste, viendra irriguer la sociologie des sciences des années 1980. Il s'agit de « l'ethnométhodologie », programme de recherche inauguré par Harold Garfinkel au milieu des années 1960 et qui met l'accent sur l'observation précise des nombreuses interactions entre agents sociaux qui construisent à chaque instant la soc […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Les paradigmes de la sociologie contemporaine »  : […] En perte de vitesse à compter des années 1970, les approches fonctionnalistes ne constituent qu'une pièce du puzzle que composent les divers paradigmes qui dominent la seconde moitié du xx e  siècle. L'absence de consensus parfait sur les objets, les méthodes et les théories à privilégier n'est pas en soi un problème. Signe de vitalité d'une discipline désormais bien ancrée dans le monde instituti […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ethnométhodologie »  : […] C'est Harold Garfinkel, ancien étudiant de Schütz (1899-1959) et ancien assistant de Talcott Parsons (1902-1979), qui a formulé, dans un livre célèbre Studies in ethnomethodology (1967), les principes et le programme de ce « courant » qui est parfois présenté comme extérieur à la sociologie mais qui, de fait, prolonge et radicalise l'interactionnisme précédent. En effet, si la nature « objectiv […] Lire la suite

SOCIOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Fabrice CLÉMENT
  •  • 2 957 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie et le rejet de la psychologie »  : […] À vrai dire, la sociologie s’est en grande partie constituée « contre » les sciences expérimentales de l’esprit qui se sont développées à la fin du xix e  siècle. Émile Durkheim, en particulier, a beaucoup œuvré pour fonder la sociologie en tant que discipline autonome. Mais il connaissait fort bien la psychologie, notamment grâce à un séjour qu’il effectua dans le laboratoire du fondateur de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis QUÉRÉ, « ETHNOMÉTHODOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnomethodologie/