ÉTHIQUE, Baruch SpinozaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du désir à la joie

Cette « ontologie » a des conséquences quant à la conception de l'homme, que le second livre (« Nature et origine de l'esprit ») va déployer. L'homme est défini non par la raison mais par le désir : « Le désir est l'essence même de l'homme. » Ce que l'homme désire est bon, et ce n'est pas le bien qu'il désire qui définit le bien. Persévérer dans son être (conatus) est son essence : tout ce qui accroît sa puissance d'être sera donc bon. La morale, ici, n'est en rien définie à partir d'un ordre transcendant à notre nature. Quant à la liberté, elle n'est qu'une illusion issue d'une fausse conception de l'acte volontaire : c'est l'ignorance des causes qui nous déterminent qui engendre cette méconnaissance (livre III, « Nature et origine des sentiments »). La vraie liberté, objet des deux derniers livres (« La servitude humaine ou les forces des sentiments » et « La puissance de l'entendement ou la liberté humaine »), repose sur la « connaissance du troisième genre » – différente de la connaissance par imagination (l'opinion), ou de la connaissance par les causes (la science). « Joie exempte de toute tristesse », « amour intellectuel de Dieu », elle nous permet de saisir tout dans son éternelle nécessité. Philosophie de l'affirmation du pouvoir d'être, libre de tout ressentiment, la pensée de Spinoza débouche sur une pensée de l'être-ensemble substantiellement anti-autoritaire instaurant la liberté, finalité de l'État, dans la paix. Parti du cartésianisme et de ses exigences de rationalité issues des sciences physiques, Spinoza débouche sur une sagesse dégrisée de toute illusion qui n'est pas sans annoncer Nietzsche, qui l'admirait.

Peu d'ouvrages auront eu autant de retentissements et suscité autant de lectures contradictoires : a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉTHIQUE, Baruch Spinoza  » est également traité dans :

LES LUMIÈRES RADICALES. LA PHILOSOPHIE, SPINOZA ET LA NAISSANCE DE LA MODERNITÉ 1650-1750 (J. I. Israel) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mogens LÆRKE
  •  • 885 mots

Le 21 février 1677, Baruch de Spinoza, philosophe et polisseur de lentilles, meurt d'une violente phtisie à son domicile de La Haye. L'écritoire qui contient ses écrits inédits, y compris son chef-d'œuvre, l' Éthique , est aussitôt transférée à son éditeur à Amsterdam. Mais qu'en faire ? Publier les textes de ce penseur réputé pour son athéisme notoire est à la fois délicat e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lumieres-radicales-la-philosophie-spinoza-et-la-naissance-de-la-modernite-1650-1750/#i_31347

STÉNON, STENONIS NICOLAS ou STEENSEN NIELS (1638-1686)

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 1 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vie consacrée à Dieu »  : […] Toute sa vie, Sténon sera, comme il le dit lui-même, « à la recherche de la vérité ». Cette exigence de certitude, son attachement à la philosophie de Descartes mais aussi le protestantisme auquel il est confronté aux Pays-Bas l’éloignent progressivement de sa foi luthérienne. Dans une lettre à Johannes Sylvius, Sténon explique son rapprochement avec le catholicisme par le mode de vie et de pensé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stenon-stenonis-steensen/#i_31347

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/