ÉTHIQUE, Baruch SpinozaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du désir à la joie

Cette « ontologie » a des conséquences quant à la conception de l'homme, que le second livre (« Nature et origine de l'esprit ») va déployer. L'homme est défini non par la raison mais par le désir : « Le désir est l'essence même de l'homme. » Ce que l'homme désire est bon, et ce n'est pas le bien qu'il désire qui définit le bien. Persévérer dans son être (conatus) est son essence : tout ce qui accroît sa puissance d'être sera donc bon. La morale, ici, n'est en rien définie à partir d'un ordre transcendant à notre nature. Quant à la liberté, elle n'est qu'une illusion issue d'une fausse conception de l'acte volontaire : c'est l'ignorance des causes qui nous déterminent qui engendre cette méconnaissance (livre III, « Nature et origine des sentiments »). La vraie liberté, objet des deux derniers livres (« La servitude humaine ou les forces des sentiments » et « La puissance de l'entendement ou la liberté humaine »), repose sur la « connaissance du troisième genre » – différente de la connaissance par imagination (l'opinion), ou de la connaissance par les causes (la science). « Joie exempte de toute tristesse », « amour intellectuel de Dieu », elle nous permet de saisir tout dans son éternelle nécessité. Philosophie de l'affirmation du pouvoir d'être, libre de tout ressentiment, la pensée de Spinoza débouche sur une pensée de l'être-ensemble substantiellement anti-autoritaire instaurant la liberté, finalité de l'État, dans la paix. Parti du cartésianisme et de ses exigences de rationalité issues des sciences physiques, Spinoza débouche sur une sagesse dégrisée de toute illusion qui n'est pas sans annoncer Nietzsche, qui l'admirait.

Peu d'ouvrages auront eu autant de retentissements et suscité autant de lectures contradictoires : athéisme, panthéisme, déisme. On a également souligné la proximité de la philosophie de Spinoza avec la pensée hébraïque, ainsi qu'avec le panthéisme d'un Giordano Bruno. Les philosophes du romantisme allemand (Herder, Jacobi, Lessing...) débattent à leur tour de l'Éthique. La singularité de l'œuvre demeure intacte, et les lecteurs savants (Guéroult, Alquié, Deleuze...) ou anonymes n'ont pas fini d'interroger l'une des plus étonnantes productions que l'esprit humain ait pu engendrer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉTHIQUE, Baruch Spinoza  » est également traité dans :

DÉMONSTRATION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 087 mots

Dans le chapitre « Intuition et déduction »  : […] N’existe-t-il pas cependant un moyen de contourner le caractère indémontrable des prémisses propre à ouvrir la voie aux arguties des sophistes ? Même si Euclide a pu se fourvoyer en considérant comme des évidences quelques-uns des points de départ posés par les géomètres, n’y a-t-il pas, si l’on se réfère à d’autres discours que le discours des mathématiciens, un accès possible à la vérité des pri […] Lire la suite

DÉSIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 097 mots

Dans le chapitre « Désir et autonomie »  : […] Contemporain de Hobbes, qui a lu ses œuvres, Baruch Spinoza (1632-1677) propose, dans l’ É thique (1677), des réflexions allant dans la même direction. S’il ne conteste pas qu’un grand nombre de nos désirs nous mettent sous la dépendance d’une réalité externe (objet ou personne), il refuse lui aussi de confondre désir et besoin. Tout ne provient pas du monde extérieur. La nature a mis en nous un […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « La raison peut-elle triompher des émotions ? »  : […] Les philosophes modernes emprunteront aux penseurs grecs l’idée d’un combat de la raison contre les émotions. Pour Baruch Spinoza (1632-1677), l’individu est malheureux lorsqu’il tombe sous l’emprise de ses émotions. Dépourvu de connaissances, l'homme se croit naïvement à l’origine de ses actes parce qu’il « ignore les causes qui le déterminent ». Nous retrouvons ici l’image de la boule de billar […] Lire la suite

LES LUMIÈRES RADICALES. LA PHILOSOPHIE, SPINOZA ET LA NAISSANCE DE LA MODERNITÉ 1650-1750 (J. I. Israel) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mogens LÆRKE
  •  • 885 mots

Le 21 février 1677, Baruch de Spinoza, philosophe et polisseur de lentilles, meurt d'une violente phtisie à son domicile de La Haye. L'écritoire qui contient ses écrits inédits, y compris son chef-d'œuvre, l' Éthique , est aussitôt transférée à son éditeur à Amsterdam. Mais qu'en faire ? Publier les textes de ce penseur réputé pour son athéisme notoire est à la fois délicat et coûteux : Spinoza lu […] Lire la suite

MATIÈRE/ESPRIT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 378 mots

Dans le chapitre « Du dualisme de René Descartes au monisme de Spinoza »  : […] Paradoxalement, c’est un penseur qualifié d’« idéaliste », René Descartes , qui fut indirectement à l’origine de ce retour du matérialisme antique. Il eut en effet le mérite d’accorder à la matière une existence et une intelligibilité indépendantes de la pensée. En élaborant un dualisme radical, sans doute davantage méthodologique que métaphysique, René Descartes suppose l’existence d’un monde m […] Lire la suite

POUVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 508 mots

Dans le chapitre « Le savoir, arme du pouvoir ? »  : […] Alors que les sociétés archaïques, qualifiées de « froides » par Claude Lévi-Strauss (1908-2009) – dans la mesure où elles n’évoluaient que très lentement et à un rythme imperceptible aux hommes –, ne connaissaient guère l’organisation très hiérarchisée des sociétés historiques, ce sont les sociétés « chaudes », nées avec l’écriture, qui ont vu l'émergence d’un pouvoir au sens fort du terme, cond […] Lire la suite

STÉNON, STENONIS NICOLAS ou STEENSEN NIELS (1638-1686)

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 1 955 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vie consacrée à Dieu »  : […] Toute sa vie, Sténon sera, comme il le dit lui-même, « à la recherche de la vérité ». Cette exigence de certitude, son attachement à la philosophie de Descartes mais aussi le protestantisme auquel il est confronté aux Pays-Bas l’éloignent progressivement de sa foi luthérienne. Dans une lettre à Johannes Sylvius, Sténon explique son rapprochement avec le catholicisme par le mode de vie et de pensé […] Lire la suite

Les derniers événements

3 novembre - 18 décembre 2021 Royaume-Uni. Affaiblissement du Premier ministre Boris Johnson visé par plusieurs scandales.

Cet amendement impose également une réforme de la commission d’éthique. Le 4, devant le tollé provoqué par ce vote, l’exécutif propose la tenue d’un nouveau scrutin sur la suspension d’Owen Paterson et renonce à demander la réforme de la commission d’éthique. Owen Paterson annonce sa démission. Ce scandale s’ajoute aux révélations de la presse, depuis plusieurs semaines, relatives aux lucratives activités de lobbying de nombreux députés conservateurs, à l’octroi du titre de lord à plusieurs donateurs du Parti conservateur, ainsi qu’aux vacances du Premier ministre et à la rénovation à grands frais de son appartement de fonction offertes par d’autres donateurs. […] Lire la suite

25 octobre 2021 Belgique. Rapport du Conseil supérieur de la santé sur l'énergie nucléaire.

Le Conseil supérieur de la santé (CSS), organe chargé de formuler des avis scientifiques pour le compte du service public fédéral de la santé, publie un rapport sur l’énergie nucléaire qui conclut que « sur le plan environnemental, éthique et sanitaire, l’énergie nucléaire de fission, telle que déployée actuellement, ne peut pas prétendre satisfaire aux principes du développement durable ». […] Lire la suite

29 juin 2021 France. Adoption de la loi bioéthique autorisant la PMA pour toutes les femmes.

Le Comité consultatif national d’éthique, saisi par le président Emmanuel Macron, avait rendu un avis favorable à cette disposition en juin 2017. La France est le onzième pays de l’Union européenne (UE) à autoriser la PMA pour toutes les femmes après les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, le Danemark, la Suède, la Finlande, l’Irlande, l’Espagne, le Portugal et Malte. […] Lire la suite

26 mai - 4 juin 2021 Suisse. Opération policière contre des militants proclimat.

En mai 2020, le mouvement avait appelé à ne pas payer la taxe militaire et à ne pas répondre à l’appel au service militaire « par éthique, morale, responsabilité écologique et sociale ». Le conseiller national Jean-Luc Addor (UDC) avait interpellé à ce sujet le Conseil fédéral qui avait refusé d’intervenir, invoquant « la liberté d’opinion ». L’élu avait alors saisi le Ministère public de la Confédération qui a ouvert une procédure « pour soupçon de provocation et incitation à la violation des devoirs militaires ». […] Lire la suite

13 mai 2021 Canada. Rapport du commissaire à l'éthique sur l'affaire UNIS.

Le Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique Mario Dion publie son rapport sur l’affaire UNIS, relatif à l’octroi sans appel d’offres à cet organisme caritatif, en juin 2020, par le gouvernement, du contrat de gestion d’un programme public, alors que les relations existant entre UNIS, le Premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Finances Bill Morneau pouvaient laisser supposer l’existence de conflits d’intérêts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/