ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers l'étude de constantes psychopathologiques

Au-delà de ces traits cliniques manifestes, la psychanalyse européenne explorera le développement de la relation d'objet dans l'organisation borderline. Après Helen Deutsch, qui décrit en 1942 les personnalités « comme si » (as if), Donald W. Winnicott, en Angleterre, étudie le « faux self » de sujets dont l'apparente adaptation à la réalité aurait valeur de structuration défensive contre la régression. Il attribue cette évolution à une perturbation du holding maternel qui altère la constitution d'un espace transitionnel de jeu et d'illusion entre l'enfant et sa mère, et compromet la mise en jeu de l'objet transitionnel (« Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », repr. in De la pédiatrie à la psychanalyse, 1969). C'est ce « tenant lieu de sein interne », ce « doudou », conditionnant pour l'enfant la consistance de ses limites propres et l'assurance de son existence au-delà des vicissitudes de la présence ou de l'absence de son premier autre, qui ferait défaut chez les sujets borderline. En France, Jean Bergeret (Psychologie pathologique, 1974) fait de l'organisation borderline une « astructuration » dont le défaut de maturation affective du moi résulterait d'un traumatisme psychique précoce qui précipite le sujet dans une pseudo-latence au moment de l'Œdipe et induit le développement d'une relation de dépendance anaclitique à l'autre. Pour André Green (« Le Concept de limite », 1976, repr. in La Folie privée, 1990) une double limite fait défaut dans ces pathologies, que ce soit la barrière du rêve qui sépare l'inconscient du préconscient ou celle qui différencie un dedans et un dehors (l'aire de jeu transitionnelle). Les sujets borderline sont la proie d'une dépression primitive, une « psychose blanche » qui rendrait tout deuil impossible par le fait d'une non-symbolisation de l'absence. Il sont proches de ces mélancoliques, dont Jacques Hassoun, (La Cruauté mélancolique, 1995) évoque le deuil inaccompli et éternisé d'un objet qui[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE  » est également traité dans :

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Les psychoses infantiles »  : […] à prédominance déficitaire aux formes pseudo-névrotiques ou caractérielles, cas limites, border line ou prépsychotiques selon la terminologie employée. On peut, schématiquement, distinguer les psychoses de développement, dans lesquelles la personnalité s'organise dès les premiers mois de la vie sur le mode pathologique (comme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_18560

Pour citer l’article

Rémi TEVISSEN, « ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-limites-borderline/