BURDEAU GEORGES (1905-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Georges Burdeau, qui fut dès l'origine directeur scientifique de l'Encyclopædia Universalis pour le droit public et la science politique, restera comme un des plus importants représentants de l'école française de science politique au xxe siècle. Fuyant la fausse gloire que procure la fréquentation des journalistes, il n'avait qu'une ambition : comprendre le phénomène social.

La politique, au sens où nous l'entendons communément, ne l'intéressait que médiocrement. Elle était seulement pour lui le point d'application d'une recherche plus ambitieuse sur les mécanismes qui fondent et gèrent les sociétés humaines. Ce qui l'intéressait, c'était le politique. En fait, Georges Burdeau était un philosophe.

Plus précisément, c'était un philosophe chrétien. Certes, les références explicites à Dieu sont rares dans son œuvre. Mais sa pensée trouve sa source dans la doctrine de l'Église selon laquelle le pouvoir politique a été créé par Dieu pour satisfaire ses desseins concernant la race humaine. Peu importe qu'il ait ensuite laïcisé cette donnée de base en faisant procéder le pouvoir de la société humaine... Pour lui, le pouvoir reste la pierre angulaire de toute organisation sociale, et l'État en est la forme la plus achevée.

Sa réflexion sur le pouvoir s'inscrit dans le débat qui, depuis toujours, oppose les juristes en deux camps : partisans du droit naturel d’un côté, positivistes de l’autre. G. Burdeau est trop subtil, et trop bon historien, pour adhérer aux thèses positivistes selon lesquelles le droit ne peut procéder que de la volonté de l'État. Mais l'idée contraire, selon laquelle il existerait un corps de règles qui s'imposent à l'État lui-même et sur lesquelles l'individu pourrait s'appuyer pour refuser l'obéissance aux lois positives, lui paraît éminemment dangereuse pour l'ordre social. Or cette idée, modernisée au début du siècle par l'éminent juriste Léon Duguit, exerce encore une grande attraction sur les esprits au moment où, en 1934, G. Burdeau est reçu, à vingt-neuf ans, au concours d'agrégation de droit public. C'est contre elle qu'il va réagir en publiant en 1942 son ouvrage Le Pouvoir politique et l'État, dont il reprendra les thèmes en les enrichissant sans cesse dans les éditions successives des tomes I et II, et, pour la dernière fois en 1986, dans le tome X de son Traité de science politique. Certes, dit-il, il est exact qu'il existe dans la société une représentation idéale du juste et de l'injuste, une image de l'ordre social qu'il conviendrait de réaliser en vue du bien commun du groupe, une idée de ce que devrait être le droit. Mais alors que l'école jusnaturaliste et Léon Duguit, partant de cette constatation, opposaient ce droit naturel ou ce droit objectif aux gouvernants, qui devenaient illégitimes s'ils s'en écartaient, G. Burdeau pose au contraire en principe qu'il ne peut y avoir de contradiction entre le droit qu'ils édictent et l'idée de droit engendrée par le corps social. L'idée de droit, en effet, recèle en elle un dynamisme fait de l'aspiration des membres du groupe à la voir se traduire en règles de droit. Et ce dynamisme est tel qu'il amène nécessairement la mise en place d'un pouvoir qui la réalisera. « Le pouvoir, c'est l'énergie de l'idée de droit [...]. Le conquérant peut croire qu'il doit sa fortune à son épée, le législateur à sa sagesse... En réalité, ils ne sont que l'instrument d'une idée qui trouve en eux l'occasion de développer sa puissance. » Le pouvoir et le droit ont donc la même origine et il ne peut y avoir conflit entre eux : « Le pouvoir, c'est la règle elle-même ; c'est l'exigence de la règle à être garantie par un procédé technique, un organisme social approprié au genre de rapport qu'elle régit. » Ce pouvoir a connu dans le passé des formes très diverses, restant diffus dans les groupes primitifs, puis s'incarnant dans un individu dans les sociétés traditionnelles. Aujourd'hui, le pouvoir s'est institutionnalisé : son titulaire est une entité, l'État, que G. Burdeau s'emploie à la fois à démythifier et à magnifier. Analysant les conditions de sa naissance, il montre que « les hommes ont inventé l'État pour ne pas obéir aux hommes » et qu'il constitue un « artifice », une « rationalisation de l'explication magique du pouvoir »... Mais, en même temps, il représente la forme la plus achevée de l'organisation politique parce qu'il interdit l'arbitraire du pouvoir et garantit les libertés individuelles : « L'effet essentiel de l'institutionnalisation du pouvoir se ramène à ceci que les gouvernants n'exercent pas le pouvoir à titre de prérogative personnelle [...]. Avant l'institutionnalisation, ils pouvaient encore, dans leur activité, mêler ce qui était l'accomplissement de l'idée de droit et ce qui était service de leurs intérêts personnels [...]. Leur titre de chef couvrait tout. Avec l'existence de l'État, il cesse d'en être ainsi [...]. Ils n'ont qualité pour agir que dans la mesure où ils servent l'institution... » Ainsi « l'État ne se limite point ; il naît limité ».

Ces analyses ne doivent cependant pasconduire à l'idée que G. Burdeau était un penseur optimiste, à la manière de ces political scientists d'outre-Atlantique qui s'appliquent à démontrer que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes américains possibles. La confiance qu'il manifeste dans les institutions lorsqu'il en analyse les fondements théoriques s'estompe lorsqu'il étudie leur fonctionnement concret et qu'il mesure alors l'écart entre la majesté du pouvoir et la médiocrité de la plupart de ceux qui l'exercent. Son pessimisme ne cessera de s'accuser avec le temps, quand il constatera que le délabrement du consensus social, consécutif notamment à la promotion des marginalités et des déviances par les sociétés contemporaines, ruine inexorablement toute idée de droit et ne peut que détruire, à terme, le pouvoir qui en procède et dont « la légitimité s'effondre faute d'une croyance ferme dans les valeurs qu'il défend ». Dépourvu de projet et donc incapable de mobiliser les gouvernés, l'État fonctionnel d'aujourd'hui, « marionnette sans ficelles », abandonné à des techniciens mal contrôlés par les gouvernants, ne peut que se cantonner dans la gestion du quotidien. L'activité politique n'a plus pour but de changer la finalité du pouvoir, mais de s'octroyer « les bénéfices que peut procurer son exercice ». Actuellement, constatait-il deux ans avant sa mort, « le pouvoir n'est plus l'énergie d'une idée ; il n'est que l'intendant d'une multiplicité d'intérêts qui le harcèlent. Or il est bien connu que l'intendance, si elle entretient parfois le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BURDEAU GEORGES (1905-1988)  » est également traité dans :

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « Pourquoi obéit-on ? »  : […] Le contrat théorisé par Thomas Hobbes semble pourtant laisser entièrement de côté une question essentielle : celle de l'obéissance de la majorité des individus à un petit nombre d’hommes de pouvoir. Aucun penseur n’a mieux décrit l’état paradoxal de cette obéissance qu’ Étienne de La Boétie (1530-1563), dans l’unique ouvrage qu’il nous a laissé, De la servitude volontaire . « Si deux, si trois, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CHANTEBOUT, « BURDEAU GEORGES - (1905-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-burdeau/