ROMANES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En vertu de certains critères linguistiques, on qualifie de roman l'ensemble des idiomes issus du latin, repérables dans le présent aussi bien que dans le passé. S'il est légitime de considérer comme romanes surtout les langues nationales et littéraires reconnues de nos jours – soit le portugais, l'espagnol, le français, l'italien et le roumain –, il faut également tenir compte des langues dont la fonction dans les sociétés respectives diffère plus ou moins : le galicien ou le catalan ; l'occitan ; les variantes écrites des parlers réto-romans en Suisse. Mais on doit se garder d'oublier les nombreux dialectes, même ceux qu'on ne connaît pas explicitement, comme le mozarabe de l'Espagne musulmane. Il est en effet fondamental, au point de vue linguistique, de constater que tel parler vosgien, tombé au niveau de patois sans prestige et en voie de disparition, est un idiome aussi parfaitement roman qu'une langue nationale.

L'inventaire et la description

C'est une coutume de la linguistique traditionnelle que d'aborder l'étude des langues romanes par un chapitre d'histoire plutôt que de linguistique pure. Le fait que la langue d'une minorité de représentants expansifs d'une seule et même ville s'impose à des sujets parlants et à des communautés linguistiques d'appartenance ethnique tout à fait différente ne laisse pas de fasciner ceux qui s'intéressent aux faits du langage. En outre, les domaines latin et roman sont parmi les mieux documentés, tant au point de vue des sources disponibles qu'en ce qui concerne l'effort critique dont ils ont été l'objet au cours des siècles.

Au point de vue de la méthode, l'étude des langues romanes, du moins quand elle se trouve orientée sur la diachronie et sur l'histoire plutôt que sur la description en phases synchroniques, tient naturellement compte du latin, ou plus exactement : elle opère sur un plan de reconstitution métalinguistique représenté par tout ce qui est latin. On notera que dans cette conception la notion de latin « vulgaire », qui introduit souvent un jugement de valeur par rapport au latin dit classique, est arbitraire.

Le point de vue extra-linguistique ainsi adopté permet d'établir une espèce de classement correspondant aux affinités structurales et typologiques des langues à l'étude.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROMANES LANGUES  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Aire et origines »  : […] Le catalan est une langue romane parlée par plus de sept millions de personnes, réparties en une aire qui comprend la Catalogne, la partie de l'Aragon (d'une largeur approximative de 14 km) qui la jouxte, le Roussillon, la province de Valence, les Baléares. Le catalan fut officiellement parlé dans cette aire jusqu'en 1716. Il fut à nouveau reconnu langue officielle de la Catalogne de 1931 à 1939. […] Lire la suite

CURTIUS ERNST ROBERT (1886-1956)

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 1 070 mots

S'il fallait écrire l'histoire de l'idée de l'unité européenne, Ernst Robert Curtius y tiendrait une place éminente. En effet, ce savant philologue et critique allemand rêve, depuis la Première Guerre mondiale, d'une Europe sans frontières, dont l'unité culturelle serait sauvegardée par une élite qui la dirigerait. Cette vieille Europe, et avec elle la culture occidentale, pourrait survivre malgré […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bernard POTTIER
  •  • 5 480 mots
  •  • 1 média

L'année 1492 est fondamentale pour la destinée de la langue espagnole. Avant cette date, la Péninsule connaissait une période de fort dialectalisme, et la littérature, très estimable, était cependant relativement peu abondante. À la fin du xv e et au début du xvi e  siècle, le castillan (espagnol) arrive à maturité et devient le moyen d'expression d'une littérature de prestige mondial, en même […] Lire la suite

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 463 mots

Dans le chapitre « Un art ou une science ? »  : […] D'origine probablement stoïcienne, le grec ἐτυμολογία fut formé, à partir de l'adjectif ἔτυμος (vrai), pour désigner un genre de spéculations déjà traditionnel au ii e  siècle avant notre ère. Le sens propre du mot est « recherche du vrai », ajoutons dans et par les mots : cette précision indique le but et le moyen de ce qui est moins alors une discipline qu'un mode de pensée, aux application […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du latin au français »  : […] L'histoire du français, langue romane, commence au latin, non pas au latin classique mais au latin « vulgaire » ou « populaire » ou encore « roman commun » : on appelle ainsi ce que l'on suppose avoir été la langue parlée dans la partie occidentale de l'Empire romain. De l'ancienne langue celtique gauloise, qui n'était pas écrite, il n'est resté que quelques mots. Les invasions germaniques en Gau […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « France métropolitaine  »  : […] –  Français et « langues d'oïl » . Parmi les langues issues du latin, on distingue classiquement la langue d'oïl (au singulier) au nord de l'ancienne Gaule et la langue d'oc , au sud. Le français standard est une forme codifiée de la langue d'oïl, issue principalement des parlers centraux de l'Île-de-France et de l'Orléanais (que certains linguistes appellent francien). Le terme de langues d'oïl […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « L'avènement des langues vernaculaires »  : […] Un fragment de manuscrit du x e  siècle donne, à la suite d'une pièce latine également en l'honneur de sainte Eulalie, une séquence de 29 vers qui célèbre, mais en langue vulgaire, en « roman », les mérites et le martyre de la sainte. Ce texte en vers assonancés n'est pas l'acte de naissance de la langue française : les Serments de Strasbourg, qui voient Charles le Chauve et Louis le Germanique s […] Lire la suite

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

La plupart des langues européennes (à l'exception du basque, du hongrois, du lapon, du finnois, de l'estonien et de quelques autres parlers locaux de la fédération de Russie), d'une part, et plusieurs langues de l'Asie, d'autre part, présentent entre elles, tant dans leur grammaire que dans leur vocabulaire, des correspondances systématiques et si nombreuses qu'il n'est possible de les expliquer q […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Héritage et création »  : […] Né, comme les autres langues romanes, du latin tardif, l'italien écrit est toscan par le vocabulaire, mais reste latin par la syntaxe : dès l'origine, le divorce entre langue écrite et langue parlée fut consommé, et, jusqu'à nos jours, la littérature italienne souffre de cette situation. L'italien écrit est un italien rhétorique, redondant, comme vaniteux de sa supériorité sur l'italien usuel. Le […] Lire la suite

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche de la linguistique historique »  : […] La méthode essentielle de la linguistique historique est le comparatisme : on recherche dans les langues dont on veut établir la parenté des similarités grammaticales, comme des analogies dans les systèmes de conjugaisons ou de déclinaisons, et des similarités lexicales, en établissant des listes des mots qui se correspondent de langue à langue, tant sur le plan phonétique que sémantique. Si ces […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La langue

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 2 737 mots

La langue latine, liée à une civilisation qui a tenu beaucoup de place dans l'histoire, mère des langues romanes, éducatrice de toutes celles de l'Europe, doit aussi être étudiée en elle-même, dans ses caractères spécifiques. Elle a fait de ce point de vue l'objet d'études nombreuses, mais qui se renouvellent sans cesse à mesure que la linguistique découvre d'autres méthodes et de nouveaux object […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le mot et son histoire »  : […] Le substantif français « prose » dérive de l’adjectif latin prorsus , proversus , dont le sens principal indique un mouvement vers l’avant ou une position avancée. Le mot est employé comme synonyme ou pour gloser l’expression oratio soluta , qui désigne un discours dépourvu de structure métrique. Les définitions médiévales remontent dans la plupart des cas à celle d’ Isidore de Séville ( Etym . […] Lire la suite

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le cadre de sa typologie linguistique, l'occitan ou langue d'oc correspond, parmi les langues romanes ou néo-latines, à un complexe parfaitement délimité, au même titre que le français, le franco-provençal, l'italien, l'espagnol, le portugais, le sarde, le roumain, le rhéto-frioulan et, parmi les langues mortes, le dalmate. À l'intérieur d'un domaine linguistique plus limité, celui de la Gal […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La romanisation »  : […] Dans le prolongement de la Mœsie et de la basse vallée du Danube, le latin pénètre en Dacie à l'occasion de la conquête de la province par les légions de Trajan en 107 après J.-C. Ses locuteurs sont aussi bien les vétérans romains qui y font souche que la population dace, également appelée gète par les Grecs et sans doute apparentée aux Thraces, qui offre la langue de substrat. Le poète Ovide, exi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gustav INEICHEN, « ROMANES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-romanes/