Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUERBACH ERICH (1892-1957)

Né à Berlin, ce professeur à l'université de Marburg, chassé par les nazis, réfugié à Istanbul puis aux États-Unis, est l'auteur de travaux sur Dante, le symbolisme chrétien, la littérature latine médiévale, la littérature française. Il est surtout universellement connu depuis la publication, en 1946, de Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale (Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur). Par sélection et comparaison de quelques productions phares, ce monument de la critique littéraire moderne embrasse la totalité de l'histoire des grandes œuvres occidentales, depuis Homère jusqu'à Virginia Woolf, en passant par Dante, Rabelais, Cervantès, Montaigne ou Stendhal.

La méthode d'Auerbach implique une interprétabilité historique de la littérature, c'est-à-dire la possibilité d'analyse d'un lien entre le discours littéraire et les conditions générales, socio-culturelles, de son environnement. La tâche du critique est donc de décrypter les signes d'un univers mental collectif, à travers telle ou telle réalisation artistique. Ce postulat est lui-même solidaire d'un autre, selon lequel on peut voir dans la suite des créations poétiques la chaîne des signes d'une organisation rationalisable interne à l'histoire de la culture des sociétés. À travers le texte étudié, le critique décèle une évolution extra-littéraire, orientée selon une continuité visant de plus en plus nettement à la représentation d'un univers particulier. Une telle évolution peut entrer en concurrence avec des lignes de force idéologiques ou sociales. À la tendance des niveaux stylistiques de l'Antiquité et du classicisme s'opposent à la fois le réalisme figuratif du Moyen Âge qui culmine avec Dante et l'inflexion encore nouvelle du réalisme moderne qui chemine, dès le xve siècle, avant d'éclater dans Zola.

L'intéressant, chez Auerbach, c'est d'abord la vision d'ensemble, assortie de la conscience de la sélectivité inhérente au traitement factuel des œuvres étudiées. C'est aussi le prix affiché de l'approche stylistique. Il ne faut pas se méprendre sur l'emploi qui est fait de cet adjectif : il désigne à la fois, sous la plume d'Erich Auerbach, des déterminations langagières précises (marques d'une manière littéraire particulière) et des contraintes génériques larges, qui imposent des pratiques rhétorico-discursives fixes. Il est donc vraiment excitant d'établir des relations entre tous ces conditionnements stylistiques, qui dessinent les traits d'une esthétique donnée, et les contours les plus nets d'une sensibilité dont le goût est inséparable de l'état culturel d'une société. On notera également le parti pris résolument non réductionniste de cette méthode : il ne s'agit ni d'établir un rapport de cause à effet entre les superstructures et la littérature, ni de réduire celles-là aux seules conditions économiques. Auerbach s'écarte aussi nettement de l'histoire littéraire que de la critique biographique ou psychologique : de toute façon, ce n'est pas l'auteur qui l'intéresse à travers l'œuvre. Somme toute, on a ainsi affaire à une critique assez périlleuse, qui eût sans doute gagné à se doubler d'une esthétique comparée des autres arts : mais c'est à tout le moins une lecture-construction d'une réelle profondeur, même si elle mesure plus — et avec quel talent — les conditions mentales et formelles de la littérarité, qu'elle n'en décrit, pour chaque œuvre, le singulier éclat.

— Georges MOLINIÉ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, docteur ès lettres, professeur des Universités, université de Paris-IV-Sorbonne, directeur de l'Institut de langue française

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 787 mots

    Vaste enquête consacrée, comme son sous-titre l'indique, à « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », Mimésis –  « imitation » en grec, concept clé de la Poétique d'Aristote – fut écrit dans des conditions difficiles, pendant la Seconde Guerre mondiale,...

  • ALLÉGORIE, notion d'

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 1 454 mots
    ...L'historien d'art Émile Mâle (1862-1954) emploie spontanément le terme de symbolisme pour qualifier l'esthétique médiévale. Cependant le romaniste Erich Auerbach (Figura, 1938) considère qu'il y a une différence essentielle entre la mise en rapport, dans l'allégorie profane, du concret avec l'abstrait,...
  • CRITIQUE LITTÉRAIRE

    • Écrit par Marc CERISUELO, Antoine COMPAGNON
    • 12 918 mots
    • 4 médias
    ...textuels et se rattache à la Weltliteratur de Goethe, posant l'unité de toutes les littératures occidentales par-delà les différences nationales. Erich Auerbach, étudiant l'imitation du réel (la mimésis) depuis Homère jusqu'à Joyce, et Ernst Robert Curtius, démontrant la survivance...
  • RÉALISME (art et littérature)

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN, Henri MITTERAND
    • 6 499 mots
    • 4 médias
    ...occidentale sur la littérature, et qu'un des plus grands livres d'histoire et de critique littéraire publiés au xxe siècle porte ce titre même : le Mimesis d'Eric Auerbach. Celui-ci y montre que la littérature occidentale, par-delà les frontières et les nationalités, s'est construite sur l'approfondissement...
  • STYLISTIQUE

    • Écrit par Georges MOLINIÉ
    • 6 198 mots
    ...cette stylistique définissent des acquis essentiels de la discipline. Parallèlement aux travaux de Spitzer a surgi d'un seul bloc en 1946 Mimesis d' Erich Auerbach, traduit vingt ans plus tard en français. L'horizon culturel s'élargit à nouveau : Auerbach embrasse la totalité de la littérature...

Voir aussi