AUERBACH ERICH (1892-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Berlin, ce professeur à l'université de Marburg, chassé par les nazis, réfugié à Istanbul puis aux États-Unis, est l'auteur de travaux sur Dante, le symbolisme chrétien, la littérature latine médiévale, la littérature française. Il est surtout universellement connu depuis la publication, en 1946, de Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale (Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur). Par sélection et comparaison de quelques productions phares, ce monument de la critique littéraire moderne embrasse la totalité de l'histoire des grandes œuvres occidentales, depuis Homère jusqu'à Virginia Woolf, en passant par Dante, Rabelais, Cervantès, Montaigne ou Stendhal.

La méthode d'Auerbach implique une interprétabilité historique de la littérature, c'est-à-dire la possibilité d'analyse d'un lien entre le discours littéraire et les conditions générales, socio-culturelles, de son environnement. La tâche du critique est donc de décrypter les signes d'un univers mental collectif, à travers telle ou telle réalisation artistique. Ce postulat est lui-même solidaire d'un autre, selon lequel on peut voir dans la suite des créations poétiques la chaîne des signes d'une organisation rationalisable interne à l'histoire de la culture des sociétés. À travers le texte étudié, le critique décèle une évolution extra-littéraire, orientée selon une continuité visant de plus en plus nettement à la représentation d'un univers particulier. Une telle évolution peut entrer en concurrence avec des lignes de force idéologiques ou sociales. À la tendance des niveaux stylistiques de l'Antiquité et du classicisme s'opposent à la fois le réalisme figuratif du Moyen Âge qui culmine avec Dante et l'inflexion encore nouvelle du réalisme moderne qui chemine, dès le xve siècle, avant d'éclater dans Zola.

L'intéressant, chez Auerbach, c'est d'abord la vision d'ensemble, assortie de la conscience de la sélectivité inhérente au traitement factuel des œuvres étudiées [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, docteur ès lettres, professeur des Universités, université de Paris-IV-Sorbonne, directeur de l'Institut de langue française

Classification


Autres références

«  AUERBACH ERICH (1892-1957)  » est également traité dans :

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Vaste enquête consacrée, comme son sous-titre l'indique, à « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », Mimésis – « imitation » en grec, concept clé de la Poétique d'Aristote – fut écrit dans des conditions difficiles, pendant la Seconde Guerre mondiale, à Istanbul, où Erich Auerbarch (1892-1957), d'origine juive, chassé d'Allemagne p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimesis-erich-auerbach/#i_93795

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_93795

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Stylistique et tropologie »  : […] Apparue au xix e  siècle, la stylistique s'est opposée à la rhétorique comme une discipline historique à une théorie générale. Stylistique de la parole plutôt que de la langue, elle a occupé le vide laissé par la rhétorique et la poétique. Parallèlement, la stylistique d'inspiration phénoménologique de Leo Spitzer remontait des faits de style à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_93795

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La littérature comme reflet de la réalité »  : […] Pourtant, cette étiquette a fait fortune au xix e  siècle, et encore au xx e . Les points de repère abondent. C'est Stendhal, définissant le roman comme un miroir que l'on promène le long d'une grande route. C'est Balzac, se donnant dans l'avant-propos à La Comédie humaine « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_93795

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et critique littéraire »  : […] Voilà comment s'est dessinée la rencontre entre la stylistique et l'histoire littéraire ou la critique. Le jugement sur la qualité d'une œuvre littéraire s'appuie effectivement, entre autres, sur des évaluations d'ordre stylistique. La stylistique est alors considérée comme ancillaire à l'égard d'une discipline directrice, à titre d'adjuvant parmi d'autres : c'est la démarche de Frédéric Deloffre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_93795

Pour citer l’article

Georges MOLINIÉ, « AUERBACH ERICH - (1892-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-auerbach/