ERGONOMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects institutionnels de l’ergonomie

Le titre d’ergonome européen

La profession s’est dotée de règles de reconnaissance du titre d’ergonome au niveau européen dans les années 1990. Il s’agit d’une certification de qualité qui distingue, parmi les professionnels se déclarant ergonomes, ceux qui possèdent une formation et une expérience professionnelles répondant à des critères reconnus par la profession au niveau européen. L’Association pour la reconnaissance du titre d’ergonome européen en exercice (A.R.T.E.E.) est chargée de représenter les ergonomes français auprès du Centre for Registration of European Ergonomists – (C.R.E.E., établi aux Pays-Bas) l’organisme européen seul habilité à délivrer le titre d’ergonome européen.

Formation à l’ergonomie en France

Dès son implantation, l’approche ergonomique a connu une diffusion continue dans l’industrie et les services. Cette diffusion fut possible grâce à l’existence d’une activité de recherche qui, d’abord cantonnée à Paris, s’est rapidement étendue au reste de la France, entraînant la création de différentes formations (bac +5). Plusieurs masters d’ergonomie, avec des spécialisations différentes selon les universités, permettent de nos jours une formation au métier d’ergonome. Des formations à l’ergonomie sont également dispensées dans des cursus d’ingénieur.

La recherche française en ergonomie

Il existe plusieurs laboratoires universitaires ayant une forte activité de recherche en ergonomie. D’autres organismes tels l’Institut national de la recherche sur la sécurité (I.N.R.S.) ou l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (I.F.S.T.T.A.R.) intègrent des équipes d’ergonomes spécialisées sur les problèmes de sécurité et de conditions de travail ou sur l’ergonomie de la conduite automobile. L’Institut national de la recherche en informatique et en automatique (I.N.R.I.A.) comprend aussi une équipe spécialisée dans les recherches sur l’interaction homme-machine. Des équipes d’ergonomes existent en outre chez des constructeurs industriels (Airbus, Renault, PSA, Orange, etc.).

Une ergonomie diversifiée par champs disciplinaires de référence

En cherchant à comprendre les interactions entre l’homme et son environnement tant physique qu’humain afin d’en optimiser le bien-être et la performance, l’ergonomie est une discipline singulière. Par la diversité de ses terrains d’application, de ses formes d’intervention, ou encore des connaissances et des techniques qu’elle mobilise, elle devient une discipline plurielle et ramifiée en spécialités.

L’ergonomie physique est née d’une part des contraintes perceptives qui se sont posées dans la conception des cockpits d’avion (lisibilité des instruments de bord) lors de la Seconde Guerre mondiale, et, d’autre part, des conditions de travail imposées aux travailleurs devenues au fil du temps socialement inacceptables. Elle s’attache à préciser les relations entre les caractéristiques de l’activité physique et perceptive qu’exige la réalisation d’une tâche et les données anatomiques, anthropométriques, biomécaniques et physiologiques. Elle contribue également à définir des normes. Plus récemment, la modélisation informatique a permis, dès le stade de la conception, de représenter virtuellement des caractéristiques de l’opérateur dans son futur environnement. Des modèles de biomécaniques autorisent la simulation de chocs, les déplacements au sein de l’espace de travail, etc.

Au début des années 1990, l’ergonomie physique fut confrontée à une forte augmentation des troubles musculo-squelettiques (TMS) dus à l’extension du travail sur ordinateur et à la répétitivité des gestes. L’augmentation massive de cette pathologie fait de la prévention des TMS un important enjeu de santé publique. Des études ont été menées notamment sur l’analyse des facteurs à l’origine de pathologies musculo-squelettiques des membres supérieurs. En découlent des recommandations visant leur prévention.

L’ergonomie physique fait appel à des connaissances issues de la physiologie, de la médecine, de la biomécanique et de la physique.

L’ergonomie cognitive, ou psychologie ergonomique, est apparue lors de la généralisation de l’informatique dans les milieux professionnels. Organisée au plan européen depuis le début des années 1980, son objet d’étude, centré à l’origine sur le travail sur ordinateur (programmation informatique), s’est rapidement orienté vers l’étude de l’homme dans son [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ERGONOMIE  » est également traité dans :

AUTOMOBILE - Conception

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MANCEAU, 
  • Alfred MOUSTACCHI, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  •  • 10 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contraintes géométriques liées au client »  : […] Une automobile est un espace confiné dans lequel le client accepte d'entrer pour se déplacer. L'architecte va donc installer le nombre de passagers prévu, dans le volume de confort correspondant au niveau demandé de prestations (par exemple, plus d'espace pour les passagers à l'arrière dans une voiture haut de gamme). Il va veiller à l'accessibilité pour monter ou descendre du véhicule, à la vis […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Communication homme-machine, ergonomie »  : […] La communication entre l'homme et la machine, contrairement à la communication entre l'homme et l'homme, appelle des applications immédiates et certainement bénéfiques. En mettant au jour certains mécanismes à l'œuvre chez l'homme, les sciences cognitives permettent à la machine de s'adapter à l'homme, pour la première fois dans l'histoire de manière systématique. Dans le même temps, en inventan […] Lire la suite

COULOMB CHARLES AUGUSTIN (1736-1806)

  • Écrit par 
  • C. Stewart GILLMOR
  •  • 2 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ingénieur »  : […] Précédant ses recherches en physique, les travaux de Coulomb en tant qu'ingénieur l'avaient amené à publier des mémoires fondamentaux sur la résistance des matériaux (rupture de poutres et de pieux en maçonnerie), la mécanique des sols et la théorie des frottements. Il fut l'un des premiers à appliquer le calcul des variations à des problèmes pratiques. Dans un mémoire sur la flexion des poutres, […] Lire la suite

FATIGUE

  • Écrit par 
  • Hugues MONOD
  •  • 1 923 mots

Dans le chapitre « Les remèdes »  : […] Les remèdes dépendent de la nature et des causes de la fatigue. Le repos permet une récupération complète. Le changement d'activité (musculaire ou nerveuse, professionnelle ou ludique...) est favorable : d'où l'importance des violons d'Ingres et des activités culturelles. Pour une activité donnée, la fatigue peut être évitée en diminuant le régime adopté ou en augmentant l'aptitude au travail par […] Lire la suite

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 556 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Changements d'horaires de travail (travail posté ou en quarts) ; vols transméridiens »  : […] La vie moderne peut exposer l'homme aux effets des manipulations de ses synchroniseurs ; c'est ce qui se passe dans le travail de nuit (avec repos et sommeil de jour) comportant une rotation des équipes. On dit encore travail posté, travail en quart, travail en équipes alternantes, etc. Ce type de contraintes horaires intéressait, en 1981, un million de travailleurs en France. Des estimations don […] Lire la suite

SONS - Bruit

  • Écrit par 
  • Pierre BUGARD, 
  • Claude CARLES, 
  • Gérard MANGIANTE
  • , Universalis
  •  • 8 927 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les problèmes spécifiques au milieu industriel »  : […] Du point de vue physiologique, lors de l'évaluation du déficit de l'audition dû au travail en milieu bruyant, plusieurs éléments cliniques doivent être pris en compte : – Le vieillissement : la presbyacousie qui est une diminution de l'acuité auditive due au vieillissement tient à des lésions dégénératives des cellules sensorielles partant de la base du limaçon – siège de la perception des sons a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie CELLIER, « ERGONOMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ergonomie/