ÉPIGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épigraphie grecque

L'épigraphie grecque étudie les inscriptions gravées sur matière non périssable : pierre, métal, argile, bois. Ce qui exclut les textes enregistrés sur papyrus ou parchemin, réservés aux spécialités que sont la papyrologie et la paléographie. En très grande majorité, ces documents se présentent de manière uniforme : le texte est gravé en majuscules, sans séparation entre les mots. En outre, d'une extrémité à l'autre du monde où l'on écrit le grec, depuis les frontières de l'Inde jusqu'aux landes d'Écosse, l'écriture évolue, en dépit de variantes infinies, selon des lois qui demeurent assez constantes. On peut parler à juste titre de graphie archaïque, classique, hellénistique, impériale, et même, à l'intérieur de ces catégories, préciser une chronologie que dérobe souvent la nature du document ou la différence des calendriers. La tâche de l'épigraphiste consiste donc à déchiffrer ces documents, à les dater, autant que faire se peut, à les expliquer, à les situer dans l'histoire.

Le nombre des inscriptions grecques est tel que l'on a pu parler d'une « civilisation de l'épigraphie » ; les textes jusqu'alors connus se montent à plusieurs centaines de mille, et chaque année apporte sa moisson de nouveautés : plusieurs milliers sont dans les réserves des musées ou demeurent sur les champs de fouilles, et font l'objet, après des délais plus ou moins longs, de publications savantes. Comparés aux textes littéraires, ces documents offrent le grand avantage d'apporter un témoignage authentique, tel que les contemporains l'établirent, sans qu'aucune altération ne lui fasse écran. Leur défaut n'est pas moins certain : il ne s'agit jamais que de documents fragmentaires, soit en raison de leur isolement, soit à cause de leur sujet ou de leur mutilation. Pourvu de ces seules inscriptions, l'historien de la Grèce n'aurait que grains de sable pour reco [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lyon

Classification

Autres références

«  ÉPIGRAPHIE  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le sudarabique »  : […] Dans la période historique la plus ancienne, l'arabe proprement dit n'occupait pas l'ensemble de la péninsule. L' épigraphie permet de reconnaître deux grands ensembles dialectaux assez différents l'un de l'autre pour qu'il ne soit pas possible de les considérer comme les deux aspects d'une même langue : le sudarabique et l'arabe du Nord. C'est de ce dernier que procède l'arabe actuel. Le sudarab […] Lire la suite

CAILLOU MICHAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 218 mots

Acquis en 1800 par le cabinet des Antiquités sur instruction du ministre de l'Intérieur, et aujourd'hui conservé au cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France, le caillou Michaux porte le nom de son inventeur, le botaniste André Michaux (1746-1802) qui l'avait ramené dans ses bagages en 1786 au retour d'une expédition accomplie en Mésopotamie et en Perse. Il date du xi e  siècle […] Lire la suite

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Celtes face au modèle méditerranéen »  : […] Les contacts réguliers et directs avec les sociétés méditerranéennes ont également eu de profondes répercussions sur la culture et la société laténiennes. La rapidité de diffusion de certaines innovations à l'intérieur du grand domaine laténien montre combien les déplacements d'individus et de peuples comptent dans l'histoire des Celtes. On suppose ainsi que le va-et-vient constant de mercenaires […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Épigraphie des Shang (xive-xie s. av. J.-C.) »  : […] Certains des historiens chinois actuels prétendent que l'origine de la littérature chinoise est à chercher dans les chants du peuple au travail se plaignant de l'oppression qu'il subit. Cela rejoint la théorie qui veut que les premiers modes d'expression de l'homme aient été la musique, la danse et des phrases dont le rythme correspondait à celui de la musique et de la danse. Mais ces auteurs chi […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monuments et offrandes »  : […] Plus qu'aucun autre site archéologique, Delphes permet de suivre le développement de la grande architecture sacrée en pierre, à travers les quelques types de bâtiments et les modes de construction (ordres) auxquels elle s'est très vite limitée. En dépit de la ruine très avancée de presque tous les monuments, la régularité de tous ces édifices est telle qu'on peut reconstituer avec une quasi-certi […] Lire la suite

DUPONT-SOMMER ANDRÉ (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Marc PHILONENKO
  •  • 763 mots

Né à Marnes-la-Coquette, André Dupont-Sommer entre en 1919 au séminaire Saint-Sulpice, à Issy-les-Moulineaux. Sa formation sera très complète. Il passe une licence ès lettres (1923-1924) et une licence en théologie (1927). Il devient membre de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem (1928-1929). L'année passée à Jérusalem aura pour lui une importance décisive. Elle fortifiera sa […] Lire la suite

GALLO-ROMAINE RELIGION

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 730 mots

Les documents directs que nous ont laissés les Celtes (et donc les Gaulois) antérieurement à la conquête romaine sont archéologiques et relèvent de la protohistoire. Ils excluent également les témoignages littéraires et la sculpture monumentale. La civilisation matérielle des Celtes a été à l'origine une civilisation du bois et du métal, fer et bronze. On a parlé d'« aniconisme », ce qui n'est que […] Lire la suite

GAULOISE LANGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  •  • 639 mots

Au moment de la conquête romaine, la langue celtique qui était parlée en Gaule cisalpine et transalpine est le gaulois. C'est l'un des témoins connus du « celtique continental », avec le celtibère et le lépontique. Tandis que les différents rameaux du celtique insulaire sont attestés plus tardivement et par des documents abondants (certains rameaux sont encore vivants), les documents du celtique c […] Lire la suite

HELLÉNISTIQUE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 8 767 mots

Entré dans l'usage dans la seconde moitié du xix e  siècle, l'adjectif « hellénistique » est appliqué par convention à la période de trois siècles séparant la mort d'Alexandre le Grand (— 323) de celle de la dernière reine macédonienne, Cléopâtre (— 30). Les découvertes archéologiques (en particulier les fouilles de Délos, de Pergame et de Priène, mais aussi celles d'Herculanum et de Pompéi), l'e […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La numération positionnelle décimale, une invention du sous-continent indien? »  : […] L’un des enjeux de l’histoire des mathématiques du sous-continent, et qui a intrigué à partir de la fin du xviii e   siècle orientalistes et mathématiciens, concerne l’invention du système de numération positionnelle décimale, qui serait à l’origine de celui que nous utilisons aujourd’hui. Il faut distinguer ici ce que disent les textes savants de ce que transmettent les inscriptions épigraphiques […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond BLOCH, Jean POUILLOUX, « ÉPIGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epigraphie/