PALÉOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'objet de la paléographie est, comme son nom l'indique, l'étude des anciennes écritures. Tout historien, tout philologue doit donc être paléographe, et il y a autant de paléographies qu'il y a d'écritures. Cependant, la paléographie n'est pas seulement l'art de déchiffrer les textes, c'est aussi celui de les dater, de les localiser, d'en critiquer l'authenticité : tel a même été le but des travaux du premier paléographe, le Français dom Mabillon au xviie siècle. Par la suite, une division du travail s'est opérée entre les érudits ; la critique des « documents », diplômes, chartes, actes notariés, etc., s'est constituée en discipline particulière, la diplomatique, tandis que la paléographie, étendant ses observations aux écritures « livresques », conquérait son autonomie et tendait à retracer l'histoire d'une écriture déterminée.

À l'origine, la paléographie a étudié toutes les formes de l'écriture, que celle-ci soit gravée sur pierre ou sur bronze, écrite au style sur les stucs, sur l'argile (graffiti) ou sur la cire, ou à l'encre sur poterie (ostracon), papyrus, parchemin ou papier ; au cours du xixe siècle, les paléographes ont été amenés à négliger les écritures gravées au profit des seules écritures « écrites » à l'encre alors connues, c'est-à-dire des documents et des manuscrits médiévaux ; le paléographe est devenu un médiéviste. L'étude des documents gravés s'est détachée de la paléographie sous le nom d'épigraphie ; au milieu du xixe siècle, celle-ci était encore l'art de rédiger des « épigraphes » (Dictionnaire de la conversation, t. VIII, 1854) ; elle est devenue l'étude des inscriptions et tout spécialement de celles des antiquités gréco-romaines.

La découverte des papyrus a ouvert à la paléographie un nouveau domaine : désormais, le paléographe ne peut plus se contenter d'être un médiéviste ; par là même, il est conduit à ne plus se désintéresser des inscriptions : il doit envisager l'histoire de l'écriture dans sa totalité. Mais, par ailleurs, l'étude plus approfondie de la confection des manuscrits a provoqué la création d'une nouvelle discipline : la codicologie.

Ce morcellement des disciplines était inévitable et s'est révélé fécond, mais il ne doit pas faire perdre de vue l'unité foncière de l'histoire de l'écriture : paléographie, épigraphie, papyrologie, codicologie sont des disciplines connexes qui étudient les mêmes documents sous des points de vue différents et qui, par conséquent, ne peuvent vivre qu'en symbiose.

Historiquement, les premières paléographies ont été grecques et latines ; actuellement encore, malgré l'existence de paléographies sémitiques, hébraïques, etc., lorsqu'on parle de paléographie, c'est le plus souvent aux écritures grecques ou latines que l'on pense. Loin de se distendre, les rapports entre les deux paléographies sont au contraire devenus plus étroits depuis la découverte des papyrus. L'écriture latine étant, originairement, une écriture grecque, les contacts entre les deux écritures n'ayant été rompus que tardivement, leurs évolutions ont été parallèles : elles se sont influencées mutuellement ; écrites avec les mêmes instruments sur les mêmes supports, elles relèvent des mêmes méthodes et l'on parle aujourd'hui non pas seulement d'une paléographie comparée du grec et du latin, mais même d'une paléographie gréco-latine.

Les écritures grecques (IVe s. av.-XVe s. apr. J.-C.)

Le fondateur de la paléographie grecque a été dom Bernard de Montfaucon, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, qui publia en 1707 une Palaeographia graeca : il a inventé le mot – qu'il emploie en français (« paléographie ») pour la première fois dans une lettre du 14 janvier 1708 – et il lui a donné une extension très large, qui englobe à la fois la codicologie et l'étude des écritures livresques ; la diplomatique et les écritures documentaires sont traitées accessoirement. Il distingue deux grandes catégories d'écritures : l'onciale (majuscules, ou capitales), dont il emprunte le nom aux latinistes et qu'il connaît mal, les exemples en étant alors à Paris peu nombreux, et les écritures liées, c'est-à-dire les minuscules, dont il possède une connaissance incomparable, le Cabinet du roi et la collection du duc de Coislin étant sur ce point d'une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur d'étude à l'École pratique des hautes études (sciences historiques et philologiques)

Classification

Autres références

«  PALÉOGRAPHIE  » est également traité dans :

CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 1 685 mots
  •  • 2 médias

Un peu avant midi, le 14 septembre 1822, Jean-François Champollion fait irruption dans le bureau de son frère Jacques-Joseph dans la bibliothèque de l'Institut de France et déclare triomphant : « Je tiens l'affaire. » La tradition veut que le déchiffreur de la langue égyptienne tombe sans connaissance, épuisé par ses recherches, et ne reprenne conscience qu'au bout de cinq jours. Le 27 septembre e […] Lire la suite

ÉCRITURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 602 mots
  •  • 7 médias

L’invention de l’écriture a permis aux hommes de fixer leur histoire. Elle coïncide avec la formation des premières civilisations. L’histoire de l’écriture, des transformations de l’image figurée en symbole graphique, se déroule sur plusieurs millénaires. Le passage des systèmes idéographiques aux systèmes alphabétiques n’obéit pas à une évolution nécessaire. Si le Moyen-Orient et l’Égypte ont ab […] Lire la suite

ERLANDE-BRANDENBURG ALAIN (1937-2020)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LENIAUD
  •  • 950 mots

Alain Brandenburg, dit Alain Erlande-Brandenburg, naquit le 2 août 1937 à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), où son grand-père maternel était médecin. Son autre grand-père, Albert-Jacques Brandenburg, avait pris le pseudonyme d’Albert Erlande pour la publication de son œuvre littéraire. Il comptait parmi ses parents l’égyptologue Eugène Revillout (1843-1913), spécialiste de l’écriture démotique. Sa […] Lire la suite

MANUSCRITS - Histoire

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Geneviève HASENOHR, 
  • Jean VEZIN
  •  • 7 358 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution du codex »  : […] À partir du i er  siècle de notre ère, en revanche, s'est produite à l'intérieur de l'Empire romain une évolution qui durera trois siècles pour aboutir à la substitution du codex au volumen . Jusqu'alors, dans le bassin méditerranéen, le livre était ordinairement copié sur un rouleau de papyrus, le volumen, dont l'origine est presque contemporaine de l'apparition de l'écriture en Égypte. Le code […] Lire la suite

PARCHEMIN

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 435 mots

Peau de mouton, de veau ou de chèvre spécialement préparée pour recevoir l'écriture. La peau de très jeune veau, d'une grande finesse, est dite « vélin ». L'invention du parchemin, attribuée par la légende aux habitants de Pergame (d'où le nom de pergamenum ), date sans doute du début de l'ère chrétienne. C'est vers le iv e siècle qu'il a commencé à concurrencer le papyrus, dont la fabrication s' […] Lire la suite

TEXTES (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 798 mots

Jusqu'au xix e siècle, la connaissance de la civilisation grecque reposa avant tout sur la tradition manuscrite ; depuis lors, l'essor de l'archéologie a fourni une masse sans cesse accrue d'objets de tous ordres qui ont révélé une « civilisation matérielle » qui n'apparaissait qu'allusivement dans les textes. Quel que soit l'intérêt historique et esthétique de tous ces objets, qui ont ouvert nom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARICHAL, « PALÉOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paleographie/