ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence d'Épictète

Dans l'Antiquité, Épictète a exercé une influence sur Marc Aurèle, puis sur le néoplatonisme tardif. On peut dire que la clef des Pensées de Marc Aurèle réside dans la théorie des trois « lieux » philosophiques que l'on trouve chez Épictète : chaque sentence rédigée par l'empereur-philosophe est, en effet, un exercice qui se rapporte à un, deux ou trois de ces lieux (cf. P. Hadot). Vers la fin de l'Antiquité, c'est surtout le Manuel qui devait remporter un très grand succès. Tout d'abord, il s'intégra au programme d'études des néoplatoniciens. Ceux-ci exigeaient, en effet, de leurs disciples, au début du cursus de l'enseignement, la méditation et la pratique d'ouvrages d'éthique non techniques, de recueils de maximes morales en forme de courtes sentences ou de vers, capables de se graver commodément dans la mémoire. C'est pourquoi Simplicius a rédigé un commentaire sur le Manuel (cf. I. Hadot, Le Problème du néoplatonisme alexandrin : Hiéroclès et Simplicius, pp. 147-165).

Dans la tradition du monachisme byzantin, le Manuel sera repris presque littéralement, dans une forme christianisée, au service de l'ascèse monastique (Migne, P.G. 79, 1285) ; il sera paraphrasé (vers le ixe siècle) et cette paraphrase elle-même fera très tôt l'objet d'un commentaire chrétien (cf. M. Spanneut), qui, lui, utilisera occasionnellement le commentaire de Simplicius sur le Manuel d'Épictète. Cet intérêt des chrétiens pour Épictète s'inscrit dans le phénomène général de l'intégration, dans la spiritualité chrétienne, des exercices spirituels de la tradition hellénique (cf. P. Hadot).

Il est remarquable qu'en 1605, pour préparer les lettrés chinois au christianisme, le fameux père Ricci composa un Livre des 25 paragraphes qui était en grande partie une traduction paraphrasée de différents paragraphes du Manuel d'Épictète, adaptée à la fois au christianisme et au confucianisme. Il n'y a peut-être pas de plus belle preuve de la profondeur humaine de l'enseignement d'Épictète.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)  » est également traité dans :

MANUEL, Épictète - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 634 mots

Exclusivement oral, l'enseignement d'Épictète (50 env.-130 env.) nous est parvenu par l'intermédiaire de son disciple Arrien (105 env.-180 env.), qui nous a conservé des Entretiens et le Manuel : ce dernier est, avec les Pensées de Marc Aurèle, le plus co […] Lire la suite

ARRIEN, lat. FLAVIUS ARRIANUS (105 env.-env. 180)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 362 mots

Historien et philosophe de nationalité romaine, mais d'origine et de langue grecques, Flavius Arrianus est né à Nicomédie, en Bithynie. Il fait de solides études de philosophie à Rome où il a pour maître Épictète dont la pensée et la culture auront une profonde influence sur l'empereur Marc Aurèle. Ouvert à l'hellénisme dont Arrien est un des représentants, l'empereur Hadrien l'accueille à sa cour […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « Puissance de la raison, passivité de l’émotion »  : […] Les penseurs de l’Antiquité grecque ont presque tous été sévères à l’égard de la passion et des émotions. Alors qu’on a souvent considéré comme antithétiques les morales stoïcienne et épicurienne , réduisant la première à une éthique austère prêchant une extrême sobriété, et limitant la seconde à une doctrine qui valoriserait le plaisir, elles sont en réalité tout à fait proches sur de nombreux p […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le stoïcisme moyen et le stoïcisme impérial »  : […] Après Chrysippe, l'école fut successivement dirigée par Zénon de Tarse, puis par Diogène de Babylone (qui fut en 155, avec l'académicien Carnéade et le péripatéticien Critolaos, envoyé par Athènes en ambassade à Rome ; la philosophie grecque fit alors son entrée dans le monde latin), enfin par Antipater de Tarse. Ces philosophes eurent notamment à défendre le stoïcisme contre la polémique acérée […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ilsetraut HADOT, « ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epictete/