ENTREPRISESociologie de l'entreprise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sociologie de l'entreprise est enseignée comme telle et fait l'objet de manuels depuis les années 1990. Elle permet de réunir des connaissances accumulées tout au long du xxe siècle. Auparavant, les pères fondateurs de la sociologie avaient une vision trop large pour s'intéresser de près au fonctionnement des entreprises. Au xixe siècle, Marx ne voit que des étapes historiques déterminées par l'évolution des rapports de production. Au début du xxe siècle, Weber prend le contre-pied du matérialisme marxiste et voit le protestantisme souffler sur l'esprit du capitalisme. Mais, pour opposées qu'elles soient, ces deux visions n'entrent pas dans le détail de ce qui se passe dans chaque entreprise. Ensuite, durant le cours du xxe siècle, les sociologues visent souvent soit trop court, soit trop long pour cerner l'entreprise. La sociologie du travail permet d'approcher du travailleur sans s'occuper trop du propriétaire et encore moins du client. La sociologie des organisations permet d'étudier certes l'entreprise mais aussi les administrations et les associations pour en établir le dénominateur commun. C'est à partir des années 1980 qu'une synthèse spécifiquement consacrée à la sociologie de l'entreprise est amorcée.

On retrouve la même évolution en économie. Les classiques avec Walras, au xixe siècle ou les macro-économistes avec Keynes, au xxe siècle, négligent ce « rouage » qu'est l'entreprise. À la notable exception de l'école autrichienne, il faut attendre les théories des droits de propriété, de l'agence ou des coûts de transaction pour voir que, entre les individus et le marché, il y a des entreprises dans toute leur consistance.

Chez les juristes, c'est net. Encore aujourd'hui, il y a un droit commercial pour les clients, un droit social pour les travailleurs, un droit des sociétés pour les propriétaires, mais il n'y a pas à proprement parler de droit de l'entreprise. Certains juristes plaident d'ailleurs pour qu'il n'y en ait jamais, l'entreprise étant considérée plus comme un « nœud de contrats » que comme une véritable « institution ».

En fait, l'entreprise est pour tous une entité difficile à cerner. Dans un pays comme la France, il y a les grands groupes connus, mais 95 p. 100 des entreprises sont petites ou moyennes. On se polarise encore souvent sur l'industrie ou la technologie, mais la majorité des activités sont dans les services. On parle de pérennité, mais des milliers d'entreprises se créent ou disparaissent dans un renouvellement incessant. Il y a la réalité locale, mais aussi un contexte mondial y compris dans les domaines où « l'exception culturelle » est revendiquée (J.-P. Warnier, 1999). Il y a la « nouvelle économie » apportée par Internet, mais elle n'enterre pas « l'ancienne » : si le consommateur ne pousse plus son chariot dans un supermarché parce qu'il fait ses courses depuis son ordinateur personnel, il faut continuer à lui garantir une logistique, une sécurité de paiement et de livraison qui, elles, n'ont rien de « virtuel ».

Ajoutons que l'idéologie ambiante ne facilite pas une approche neutre de l'entreprise. Toute tentative interfère avec des discours aussi bien managériaux que critiques qui évoluent en outre en profondeur. Dès le milieu des années 1970, les managers abandonnent le discours de l'exécution et du contrôle dans des hiérarchies où règne la division des tâches. Le discours prévalent est désormais celui de l'autonomie et de l'initiative dans des réseaux où se développent des projets. Cela permet de récupérer la critique « artistique » qui revendiquait une libération des salariés et une authentique qualité des produits. Cela disqualifie aussi la critique « sociale » qui dénonçait la misère et l'exploitation (L. Boltanski et E. Chiapello, 1999). Ce n'est plus l'exploitation de l'ouvrier dans l'entreprise qui révolte (M. Pialoux, 1999). Désormais, c'est l'exclusion hors de l'entreprise qui désole (S. Karsz, 2000).

On peut retracer finalement la constitution d'une sociologie de l'entreprise en suivant la grille de Scott (1978) qui distingue quatre étapes dans l'approche de l'entreprise :

– un système fermé, avec des acteurs fermés (années 1910-1920) ;

– un système fermé, avec des acteurs ouverts (années 1930-1950) ;

– u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur en sociologie, maître de conférences à l'université de Paris-V

Classification

Autres références

«  ENTREPRISE  » est également traité dans :

ENTREPRISE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 1 277 mots

Les entreprises sont des organisations, des groupes humains structurés et finalisés. Fondées sur des liens juridiques, techniques, sociaux et psychologiques, elles assument des fonctions économiques de production, de distribution de biens ou de services, afin d'assurer leur survie et d'atteindre des objectifs de développement et de rémunération de leurs ayants droit.Même si elle relève aujourd'hui […] Lire la suite

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Au-delà de l'interrogation première sur la nature de la firme, une théorie de la firme doit répondre à deux grandes catégories de questions. Elles sont soit internes et portent sur l'architecture et le fonctionnement de l'entreprise, soit externes et concernent la place et le rôle de l'entreprise dans l'organisation économique et sociale.Selon […] Lire la suite

ENTREPRISE - Financement

  • Écrit par 
  • Michel ALBOUY, 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 7 611 mots
  •  • 9 médias

Tout au long de leur existence, d'abord lors de leur création, puis pour assurer leur fonctionnement et leur développement, les entreprises ont besoin de fonds. L'entreprise doit se doter d'un outil de production et financer son cycle d'exploitation, notamment ses stocks et ses créances clients. Le financement des entreprises désigne l'ensemble des ressou […] Lire la suite

ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 747 mots

Le champ de la corporate governance, du « gouvernement » ou de la « gouvernance » d'entreprise s'est constitué principalement au cours des années 1990. On en attribue cependant l'origine à la thèse d'Adolf Berle et Gardiner Means (The Modern Corporation and Private Property, 1932) : au début du xxe siècle, selon […] Lire la suite

ENTREPRISE - Gestion d'entreprise

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 6 975 mots
  •  • 1 média

Les références à la gestion se multiplient dans des usages familiers comme dans des contextes professionnels ou universitaires. La diversité de ces usages n'exclut pas une certaine confusion, car les contenus et les connotations associés à cette notion demeurent complexes et parfois disparates.La notion de gestion se réfère à la fois à un ensemble de pratiques spontanées ou structurées (les techni […] Lire la suite

ENTREPRISE - Les relations interentreprises

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 622 mots

Les entreprises fabriquent rarement l'intégralité de leurs produits intra-muros. Leurs moyens sont trop limités pour qu'elles puissent élaborer seules tous les éléments qui composent leurs produits ; elles recourent donc au marché et à des accords qui obéissent à des procédures distinctes des opérations banales d'achat-vente pratiquées par les particuliers. L […] Lire la suite

ENTREPRISE - Communication d'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DÉCAUDIN
  •  • 6 719 mots
  •  • 3 médias

Il est aujourd'hui admis par tous que les entreprises doivent communiquer. En effet, si certains consommateurs peuvent leur reprocher d'augmenter leurs prix de vente pour financer les budgets de communication, il convient aussi de noter que cet investissement, qui contribue à développer le volume des vente […] Lire la suite

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit au cœur de la croissance »  : […] Le livre s'écarte de la théorie néo-classique en ne considérant pas le taux d'intérêt comme le paramètre essentiel du processus d'expansion. Joan Robinson constate que la vision néo-classique part de l'idée que les entreprises n'ont aucun autofinancement, ou, tout au moins, que leur mode de décision dépend exclusivement de leurs conditions de financement. Or, pour une entreprise, le financement, […] Lire la suite

ACTIONNAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre BALLEY
  •  • 8 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'actionnariat populaire »  : […] On n'entendra pas ici par actionnariat populaire la diffusion progressive de l'actionnariat dans des couches de plus en plus modestes de la population, à la faveur de l'enrichissement général des nations industrielles et de l'extension de la classe moyenne, mais un effort conscient entrepris de longue date pour essayer de surmonter la méfiance, voire l'hostilité foncière du monde du travail salar […] Lire la suite

ACTUALISATION, économie

  • Écrit par 
  • Alain COTTA
  •  • 746 mots

Le terme actualisation désigne, en économie, un procédé qui permet de comparer l'évaluation d'un même bien ou celle des services qu'il rend en différents moments du temps. Quelle que soit l'évaluation d'un bien (prix de marché, coût de production, etc.), il est en effet très souvent nécessaire, notamment lorsqu'il s'agit d'établir des prévisions, de comparer l'évaluation de ce bien en différents m […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel MORIN, « ENTREPRISE - Sociologie de l'entreprise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-sociologie-de-l-entreprise/