Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FLUIDE CALOPORTEUR

Articles

  • ÉNERGIES RENOUVELABLES

    • Écrit par Daniel CLÉMENT
    • 15 637 mots
    • 22 médias
    ...produire de l’électricité à partir d’un fluide qui est porté à haute température (de 150 0C à 500 0C) grâce à l’énergie rayonnée par le Soleil. Ce fluide caloporteur cède ses calories à un fluide secondaire, en général de l’eau, qui est vaporisé. La vapeur sous pression entraîne une turbine qui fait...
  • NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

    • Écrit par Jean BUSSAC, Frank CARRÉ, Robert DAUTRAY, Jules HOROWITZ, Jean TEILLAC
    • 12 438 mots
    • 9 médias
    Le fluide caloporteur est un liquide ou un gaz qui circule à grande vitesse au contact des éléments de combustible. Il doit autant que possible posséder une capacité calorifique importante, une bonne conductivité thermique et un faible pouvoir d'absorption neutronique. Les seuls gaz utilisés sont le...
  • NUCLÉAIRE - Sûreté des centrales nucléaires

    • Écrit par Bernard LAPONCHE
    • 2 321 mots
    ...être du graphite, de l'eau ordinaire ou encore de l'eau lourde. Enfin, on fait circuler entre les éléments combustibles, dans le cœur du réacteur, un fluide caloporteur afin de récupérer la chaleur produite par les fissions. Chaque filière de réacteurs est caractérisée par une combinaison du combustible,...
  • RÉACTEURS NUCLÉAIRES À SELS FONDUS

    • Écrit par Daniel HEUER, Elsa MERLE-LUCOTTE
    • 2 731 mots
    ...de physique subatomique et de cosmologie (L.P.S.C.) de Grenoble, constituent donc une alternative aux réacteurs à neutrons rapides caloportés au sodium. Ils ont pour principale caractéristique d'utiliser un combustible sous forme liquide, un sel fluorure, celui-ci jouant aussi le rôle de caloporteur.
  • SODIUM

    • Écrit par Luc AUFFRET, Albert HÉROLD, André METROT, Bernard PIRE
    • 4 651 mots
    • 2 médias
    Possédant une bonne conductivité thermique, une chaleur spécifique importante, une viscosité et une densité faibles, compatible avec les aciers jusqu'à des températures élevées (plus de 600 0C), bon marché enfin (de l'ordre de 10 à 15 francs le kilogramme en 1984) et après une épuration...