GHANA EMPIRE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Almoravides et la chute du Ghāna

La domination du Ghāna avait irrité les Sanhadja qui se sentaient frustrés au moment où le triomphe des Fāṭimides suscitait une grave crise morale dans l'Islam occidental. On comprend donc que ces Berbères aient adhéré avec ardeur à la réforme orthodoxe de ‘Abd Allāh ben Yāsīn (1042). Inspirés par cet ascète, ils entrèrent dans la guerre sainte, créant ainsi l'empire des Almoravides (al-Murābiṭūn, « ceux du ribat » ou couvent militaire). Si le gros de leurs forces s'orienta vers le Maroc et l'Espagne, ils n'épargnèrent pas leurs adversaires soudanais. Les Soninké furent ainsi chassés d'Awdaghost en 1054 et le tunka Bassi, ami notoire des musulmans, fut remplacé en 1061 par son neveu Menin, qui incarnait l'intransigeance animiste. Ce dernier fut tué quand la capitale tomba aux mains des musulmans, en 1076. Appuyée par certains États noirs déjà islamisés comme le Tekrur (Sénégal), la domination des Almoravides s'étendit alors largement sur le Sahel soudanais. Restée pourtant fragile, elle s'effondra peu après 1087, quand son chef Abū Bakr ibn ‘Umar fut tué au combat.

Dès le début du xiie siècle, les peuples noirs s'étaient donc affranchis, et particulièrement les Soninké, mais l'empire du Ghāna était bien mort. Les Soninké constituaient désormais de nombreux petits États dont le Ghāna se distinguait seulement par une nouvelle dynastie musulmane, alors que partout ailleurs la classe politique demeurait animiste. De plus, l'idée d'État qui avait triomphé chez eux s'était largement diffusée à travers les savanes soudanaises. Les Soninké subirent ainsi l'hégémonie du Sosso au xiie siècle, puis celle du Mali du xiiie au xve, enfin celle du Songhay.

Cependant, le dessèchement des franges nord du pays obligeait les cultivateurs à se replier, abandonnant leurs terres aux nomades, tandis que les routes caravanières se détournaient vers la boucle du Niger dans l'Est (Oualata, Tombouctou) et le bas Sénégal dans l'Ouest. C'est ainsi que le Ghāna disparut obscurément, relayé par un nouveau royaume soninké, celui de Dyara, qui connut quelque puissance au xviie siècle avant de subir l'hégémonie des Bambara, puis des Toucouleurs (xviiie-xixe siècle).

Les Soninké et surtout des Dyula ont quitté nombreux ce pays appauvri, qui devenait marginal car, dès le xiiie siècle, l'axe de la civilisation soudanaise s'était définitivement établi sur le cours du Niger. Ces émigrés ont vite perdu leur personnalité en adoptant la langue mandingue, mais leurs descendants ont continué à jouer un rôle de ferment. L'un des plus illustres a été Samori Turé, dans la seconde moitié du xixe siècle.

Le rôle du peuple soninké a été fondamental dans la formation de la civilisation soudanaise. Ce n'est pourtant pas en s'inspirant de ce fait, mais en adoptant une interprétation abusive de l'origine des peuples akan (Ashanti, Baulé, etc.) que le président Nkrumah a rejeté en 1957 le nom colonial de Gold Coast au profit de celui de Ghāna. Il eût été préférable d'invoquer simplement sa volonté de lier l'émancipation de l'Afrique moderne aux souvenirs de ses gloires les plus anciennes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GHANA EMPIRE DU  » est également traité dans :

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 485 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des peuples divers »  : […] On peut faire remonter l'histoire des peuples de Guinée jusqu'au ix e , voire au vii e  siècle avec les Baga, les Nalou et les Landouman. Premiers autochtones ? Vinrent cohabiter avec eux, au xi e  siècle sans doute, les Jalonké, d'origine mande. Leur nom devint celui d'une région de Guinée, le Fouta-Djalon. Cette partie du pays connut de nombreuses migrations au fil des siècles. Des Peuls animis […] Lire la suite

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 522 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les grands empires soudanais »  : […] On a trouvé sur le territoire du Mali plusieurs sites datant du paléolithique et du néolithique, avec des outillages de pierre taillée ou polie. Les restes osseux sont cependant peu nombreux (nécropole dite de la Frontière au nord de Tessalit, par exemple). On est beaucoup mieux renseigné sur les États médiévaux qui ont fasciné les voyageurs arabes et européens. L'empire du Ghana est signalé et d […] Lire la suite

MOUVEMENT ALMORAVIDE

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 178 mots

En 1048, des Berbères sanhaja de l'ouest du Sahara (actuelle Mauritanie) se coalisèrent sous l'impulsion d'un prédicateur malikite marocain, Abdallah ibn Yasin, et d'un chef local. On les a appelés Almoravides, de al-murabitun , « ceux du ribat  » (« forteresse », ou « monastère »). Leur territoire était traversé par l'un des grands axes commerciaux du monde musulman qui apportait l'or du Ghana au […] Lire la suite

SONINKÉ ou SARAKHOLÉ

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 766 mots
  •  • 1 média

Les Soninké (comme ils se nomment eux-mêmes : un Soninké, des Soninko), appelés Sarakholé (ou Sarakolé) par les Wolof, occupent une place exceptionnelle dans l'histoire de l'Afrique de l'Ouest. Considérés comme les fondateurs du premier des grands empires soudanais, le Ghāna, le fameux « pays de l'or », ils sont mentionnés dès le ix e  siècle par l'historien et géographe arabe Al-Yaqubi. Longtemps […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves PERSON, « GHANA EMPIRE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-du-ghana/