SONINKÉ ou SARAKHOLÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Soninké (comme ils se nomment eux-mêmes : un Soninké, des Soninko), appelés Sarakholé (ou Sarakolé) par les Wolof, occupent une place exceptionnelle dans l'histoire de l'Afrique de l'Ouest. Considérés comme les fondateurs du premier des grands empires soudanais, le Ghāna, le fameux « pays de l'or », ils sont mentionnés dès le ixe siècle par l'historien et géographe arabe Al-Yaqubi. Longtemps dominés par les Mandingue, puis par les Toucouleur, les Soninké retrouvent, dans la seconde moitié du xixe siècle, une hégémonie dans la région du haut Sénégal, grâce à Samory, le dernier des grands bâtisseurs d'État de la période précoloniale.

Les Soninké constituent, sur le plan ethnique et linguistique, la branche du nord du groupe mandé. Le plus souvent mêlés à d'autres populations, ils sont pour la plupart localisés dans la haute vallée du Sénégal. Au Mali, ils constituaient, dans les années 1990, 9 p. 100 de la population, soit 700 000 personnes ; au Sénégal, (2 p. 100 de la population, 150 000) ; ils sont également présents dans le sud de la Mauritanie et au Burkina Faso, et leur population totale est estimée à un million de personnes au début du xxie siècle. Aux Soninké proprement dits, population à dominante agricole, on rattache souvent les Marka (ou Maraka) et certains groupes Dioula, deux populations plus étroitement spécialisées dans les activités commerciales.

L'agriculture pratiquée par les Soninké présente, sur le plan technique, des aspects divers selon les régions : elle demeure, dans l'ensemble, rudimentaire et de type autarcique, le mil, le maïs, l'arachide et le riz constituant les principales cultures. L'élevage des bovins est pratiqué sur une échelle limitée, parfois avec le concours des pasteurs peul. La famille étendue constitue l'unité économique de base ; elle se caractérise par la coopération des hommes dans les tâches agricoles et par une divis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  SONINKÉ ou SARAKHOLÉ  » est également traité dans :

GHANA EMPIRE DU

  • Écrit par 
  • Yves PERSON
  •  • 2 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrôle des routes de l'or »  : […] Le Ghāna n'est connu que très imparfaitement, grâce aux renseignements, souvent difficiles à interpréter, des anciens géographes arabes ( viii e - xi e  siècle), à de vagues allusions dans des textes ultérieurs ( xii e - xvii e  siècle) et enfin à des traditions orales, qui sont très schématiques en raison de l'ancienneté des événements auxquels elles se rapportent. L'archéologie devrait assez vit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-du-ghana/#i_32380

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les grands empires soudanais »  : […] On a trouvé sur le territoire du Mali plusieurs sites datant du paléolithique et du néolithique, avec des outillages de pierre taillée ou polie. Les restes osseux sont cependant peu nombreux (nécropole dite de la Frontière au nord de Tessalit, par exemple). On est beaucoup mieux renseigné sur les États médiévaux qui ont fasciné les voyageurs arabes et européens. L'empire du Ghana est signalé et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/#i_32380

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « SONINKÉ ou SARAKHOLÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soninke-sarakhole/