ARTIN EMIL (1898-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travaux divers et enseignement

Disons quelques mots des autres travaux algébriques d'Artin. Dans un mémoire de 1928, il étend certains résultats de la théorie des algèbres aux anneaux commutatifs dans lesquels il n'existe pas de chaîne infinie décroissante d'idéaux à gauche ; ces anneaux sont appelés artiniens. Il appartenait aussi à Artin, en collaboration avec O. Schreier, de montrer l'importance des corps ordonnés. Pour résoudre par l'affirmative le problème XVII de Hilbert (qui demandait s'il est toujours possible d'écrire une fraction rationnelle F(x1, ..., xn), à coefficients rationnels, qui ne prend de valeur négative pour aucune valeur réelle des variables, comme somme de carrés de fonctions rationnelles à coefficients rationnels), Artin et Schreier ont élaboré, dans une suite de mémoires publiés de 1924 à 1927, la théorie des corps réels, qui sont les corps dans lesquels − 1 ne peut pas s'écrire comme somme de carrés. Ces auteurs ont montré que, si un tel corps réel n'admet pas d'extension algébrique stricte qui possède cette propriété, il peut être muni d'une manière et d'une seule d'une structure d'ordre compatible avec sa structure de corps ; dans un tel corps, les théorèmes usuels de l'algèbre (réelle) sont applicables.

Ce sont là les travaux d'algèbre d'Artin, mais il a abordé des domaines variés des mathématiques ; par exemple, dans une série de mémoires échelonnés de 1925 à 1950, il n'a cessé de s'intéresser à la théorie des nattes, chapitre de la topologie où interviennent de nombreux résultats de la théorie des groupes.

Artin a exposé sous une forme souvent nouvelle ou définitive dans ses cours et dans ses livres de nombreuses questions d'arithmétique ou d'algèbre. Typique de l'originalité de son enseignement est son exposé de la théorie de Galois : si un corps K est une extension d'un corps k, Artin considère K comme un espace vectoriel sur k et déduit toute la théorie des extensions de cette situation d'algèbre linéaire. Son livre Algèbre géométrique est une claire introduction à la conception mo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  ARTIN EMIL (1898-1962)  » est également traité dans :

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 17 : fonctions rationnelles positives sur Rn »  : […] Après avoir remarqué l'existence de polynômes de deux variables (à coefficients réels) positifs sur R 2 qui ne sont pas sommes de carrés de polynômes, Hilbert demande si une fonction rationnelle (quotient de deux polynômes) f  ( x 1 , ...,  x n ) qui ne prend que des valeurs positives […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_24081

NŒUDS (THÉORIE DES)

  • Écrit par 
  • Jean BRETTE
  •  • 1 926 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Nœuds, chaînes, tresses et polynômes »  : […] Intuitivement et mathématiquement, deux nœuds sont dits équivalents si l'on peut déformer l'un pour lui donner la forme de l'autre. Si l'on s'en tient au sens commun, tous les nœuds sont équivalents : on peut toujours défaire un nœud quelconque et le transformer ainsi en un segment, que l'on peut alors renouer pour obtenir n'importe quel autre nœud ! Il en va différemment si l'on recolle au préala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noeuds-theorie-des/#i_24081

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Corps de classes »  : […] La difficile théorie du corps de classes tire son origine de plusieurs résultats établis au cours du xix e  siècle. Nous avons vu que Gauss avait associé, à tout nombre premier impair p , une somme : corps des racines p -ièmes de 1, dont le carré est (− 1) ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_24081

ZÊTA FONCTION

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Fonctions zêta et fonctions L sur une variété algébrique définie sur un corps fini »  : […] Depuis les travaux de E.  Artin, on sait que tous les résultats de la théorie des nombres algébriques se transportent (avec des expressions plus simples, dues à l'absence des « places infinies ») aux « corps de fonctions algébriques d'une variable sur un corps fini F q  », c'est-à-dire les extensions algébriques finies du corps des fractions rationnelles F q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-zeta/#i_24081

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « ARTIN EMIL - (1898-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-artin/