ÉLECTROCHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électrolyse

L'électrolyseur type est représenté en figure, où est détaillé le principe du procédé électrolytique chlore-soude. Il est généralement constitué d'une cuve remplie d'un conducteur ionique liquide, soit un solvant polaire additionné d'un électrolyte, soit un sel fondu, dans lequel sont plongées deux pièces métalliques : les électrodes. Lorsque c'est nécessaire, on peut empêcher le mélange par diffusion ou convection des produits formés aux électrodes ou leur réaction à l'autre électrode, au moyen d'une membrane ou d'une paroi de porcelaine perméable aux ions. La cellule est dans ce cas divisée en deux compartiments : l'un contient l'anolyte constituant le conducteur dans lequel baigne l'anode (signe +) et l'autre le catholyte associé à la cathode (signe —).

Déplacement d'électrons et ions dans un électrolyseur

Dessin : Déplacement d'électrons et ions dans un électrolyseur

Dessin

Représentation schématique du déplacement des électrons et des ions Na+, Cl-, OH-dans un électrolyseur chlore (Cl2)-soude (NaOH). Le séparateur (ou diaphragme) n'a pas ici de propriétés sélectives. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Électrolyse

Vidéo : Électrolyse

Vidéo

Exemple de l'eau salée.Lorsqu'un composé chimique déterminé se dissout dans l'eau, par exemple le sel, ses molécules libèrent des ions de charges électriques opposées ; la solution qui en résulte est conductrice d'électricité.En introduisant dans cette solution une paire d'électrodes... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Les anions migrent vers l'anode où ils se déchargent éventuellement, alors que, inversement, les cations sont attirés par l'électrode de signe —, c'est-à-dire la cathode.

L'électrolyse de l'eau

Ainsi, l'eau additionnée d'un sel dissocié correspondant à un électrolyte fort dont les constituants ioniques sont nettement moins réactifs vis-à-vis des électrodes que l'eau elle-même peut être décomposée électrolytiquement :

On remarque que, dans une cellule à compartiment séparé, le catholyte devient progressivement basique par l'accumulation des ions hydroxyle au cours de l'électrolyse alors que l'anolyte devient acide par l'augmentation de la concentration des protons. Ce phénomène ne peut se produire avec une cellule à un seul compartiment, puisque ici les effluents anodiques et cathodiques se neutralisent. Dans le cas de solutions non neutres – catholyte et anolyte séparés –, le transfert d'électron intervient en fonction du pH de H3O+ (milieu acide-anode) ou de OH (milieu basique-cathode). Il y a variation du potentiel d'électrode avec le pH.

La dissociation électrolytique de l'eau réalisée dans des conditions idéales avec un rendement électrique quantitatif pourrait constituer une solution élégante au stockage de l'énergie. La formation d'électricité à partir de H2 et de O2 serait inversement et respecti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Potentiels standards

Potentiels standards
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interphase métal-électrolyte liquide

Interphase métal-électrolyte liquide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pile en régime galvanique

Pile en régime galvanique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réponse courant-tension en régime stationnaire

Réponse courant-tension en régime stationnaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉLECTROCHIMIE  » est également traité dans :

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les méthodes électrochimiques »  : […] Les méthodes électrochimiques sont basées sur des réactions d'oxydoréduction. Elles mettent en jeu des échanges d'électrons. Un oxydant est une molécule ou un ion capable de capter un ou plusieurs électrons. En revanche, un réducteur est une molécule ou un ion qui peut donner un ou des électrons. Les réactions étant réversibles, un oxydant qui a capté un ou des électrons (e — ) devient un réduct […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 545 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le potentiel des piles à combustible en tant que générateur d'électricité à bord »  : […] Le véhicule électrique peut porter sa propre génération d'électricité avec un générateur électrique non basé sur un moteur thermique mais sur une pile à combustible. Qu'est ce qu'une pile à combustible ? C'est un dispositif électrochimique qui utilise directement l'énergie dégagée par une réaction chimique pour la transformer en énergie électrique. Par exemple, la recombinaison de l'hydrogène a […] Lire la suite

BECQUEREL ANTOINE CÉSAR (1788-1878)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 344 mots

Ancien élève de l'École polytechnique (où il entre en 1806), sorti dans le corps des ingénieurs militaires, Becquerel, après la chute de Napoléon, se consacre uniquement à la science et il est le premier à occuper la chaire de physique au Muséum d'histoire naturelle de Paris (1838). Il est le chef de file de toute une dynastie d'hommes de science : son fils Alexandre Edmond lui succède au Muséum n […] Lire la suite

BERZELIUS JÖNS JACOB (1779-1848)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classification électrochimique »  : […] La fascination qu'exerçaient, à la fin du xviii e  siècle, les phénomènes électriques est à l'origine de plusieurs tentatives d'interprétation de l'affinité chimique. Ritter avait remarqué que la sériation des métaux par Volta, dans l'ordre des tensions de contact, coïncide avec la série des affinités pour l'oxygène. Cependant, l'électrolyse se révélait un puissant agent de décomposition ; en 180 […] Lire la suite

BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 472 mots
  •  • 1 média

Après sa thèse de doctorat, Enumeratio ac descriptio hygrometrorum (1830), Bunsen est nommé privat dozent à Göttingen (1833), puis il succède à Wöhler à l'école polytechnique de Kassel (1836). En 1838, il est professeur extraordinaire à Warburg, puis professeur en titre (1842) ; dix ans plus tard, il succède à Léopold Gmelin à Heidelberg, où il a séjourné jusqu'à sa mort. C'est en 1851 qu'il fai […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chimie des interfaces »  : […] Elle concerne toutes les réactions et plus généralement tous les phénomènes qui s'effectuent à l' interface de deux milieux : liquide-solide, solide-solide, solide-gaz. Elle joue un très grand rôle en biologie ainsi que dans de nombreux domaines de la chimie (catalyse hétérogène, électrochimie, science des matériaux, membranes, problèmes d'adhésion, de collage, etc.). La catalyse hétérogène conce […] Lire la suite

CINÉTIQUE CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Lucien SAJUS
  •  • 9 661 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'activation électrochimique »  : […] Alors que l'utilisation d'électrons de haute énergie peut être assimilée au cas précédent par ses défauts (effluves électriques), l'activation par électron peut être réalisée de façon contrôlée et sélective par l'utilisation de l'électrochimie, l'électron étant introduit dans le système à la cathode où il réduit un composé A (A + e → Α - ), tandis qu'il est repris à l'autre électrode, l'anode, où […] Lire la suite

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 140 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moyens de lutte contre la corrosion »  : […] Trois méthodes principales sont utilisées : la première consiste à choisir un métal ou un alliage qui n'est pas attaqué ou peu attaqué par le milieu extérieur, la deuxième à modifier très légèrement la composition du réactif par addition de faibles quantités de corps appelés inhibiteurs ; enfin, la troisième, de caractère électrochimique, consiste à imposer au métal un potentiel qui lui permet d […] Lire la suite

HEYROVSKY JAROSLAV (1890-1967)

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 195 mots

Chimiste tchèque, Jaroslav Heyrovsky reçut le prix Nobel de chimie en 1959 pour sa découverte de la polarographie. Né à Prague, où il passa sa vie, Heyrovsky était le fils d'un professeur de droit de l'université Charles de Prague. Il est diplômé de cette même université en 1910, année où il vient à Londres et travaille avec Ramsey et Donnan. En 1920, il est assistant à l'Institut de chimie analyt […] Lire la suite

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le courant électrique  »  : […] Depuis Thalès de Milet ( vi e  siècle av. J.-C.) jusqu'à l'orée du xix e  siècle (Alessandro Volta en 1800), l'électricité demeura statique. Sa connaissance n'en progressa pas moins de façon significative : invention de la « bouteille de Leyde » (Petrus van Musschenbroek en 1745), ancêtre du condensateur ; construction de « machines électrostatiques » (Otto von Guericke vers 1640), dont on tira d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques SIMONET, « ÉLECTROCHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/