Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLECTIONS Histoire des élections

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Envisagée sous l'angle des pratiques électorales, l'histoire des élections est tout à la fois une histoire des techniques électorales, l'étude des comportements des agents impliqués dans le processus électif et la sociogenèse d'une forme singulière qui nous est aujourd'hui familière : l'élection libre et concurrentielle. C'est dire que cette histoire des élections ne peut se réduire à un relevé des résultats (qui a gagné), à l'exégèse des règles (qui peut gagner) ou à l'affirmation d'un credo démocratique (qui doit gagner). L'étude historique d'un tel phénomène donne à voir, bien au contraire, des pratiques et des enjeux diversifiés et permet de préciser les conditions optimales d'un modèle spécifique dont on peut espérer, en cernant ses contours, mieux en comprendre les logiques de fonctionnement. Étudier les élections dans une perspective historique apparaît ainsi comme une démarche indispensable à la compréhension de l'émergence de la politique comme activité spécialisée.

L'élection doit être analysée comme un fait social. À ce titre, il est nécessaire de préciser tout d'abord ce qui informe notre point de vue ou, si l'on préfère, les limites du cadre de l'étude.

En tant que pratique sociale, l'élection est aujourd'hui banalisée et ritualisée. Elle est présente dans beaucoup d'institutions : l'école, l'entreprise, les collectivités territoriales, les associations, etc. Toutefois, certaines institutions l'ignorent ou y ont recours avec parcimonie : l'armée, la justice, l'Église, la famille, les sectes, etc. Quoi qu'il en soit, beaucoup de postes ou de positions sociales ne sont pas déterminés ou accessibles par le moyen d'une élection. La plupart des situations de la vie courante sont déterminées par d'autres procédés : l'arrêté de nomination, le contrat de travail, les usages du droit de propriété, l'accord verbal, etc.

L'élection est traditionnellement identifiée, et ce de manière spontanée, à des positions d'État, c'est-à-dire à des positions de pouvoir dont les règles de dévolution sont définies par l'État : l'élection du président de la République, des députés à l'Assemblée nationale, etc. Bien souvent d'ailleurs, l'histoire des élections se résume à ces élections d'un type particulier. Or les techniques de vote qui concernent ces élections « politiques » sont largement diffusées dans d'autres espaces sociaux. En tant que moyen de prise de décision, le vote n'est d'ailleurs pas synonyme d'élection. Il y a des élections sans vote, par acclamation ou tirage au sort, et des votes sans élection, celui d'un jury d'assises qui se prononce sur la culpabilité d'un accusé. Comme l'a montré Olivier Ihl dans Le Vote, l'histoire du vote ne peut être confondue avec celle des élections.

L'élection est aujourd'hui considérée comme une pratique par essence démocratique, proposition dont on peut déduire deux conséquences. Premièrement, la démocratie, en tant que régime politique, est en partie définie par l'élection libre et concurrentielle. Deuxièmement, les élus, c'est-à-dire les vainqueurs des compétitions électorales, bénéficient, sous réserve que les règles électorales aient été – au moins en apparence – respectées, d'une forte légitimité, suffisante la plupart du temps pour jouir des prérogatives associées aux fonctions électives.

Il n'en a pas toujours été ainsi. Le périmètre de l'élection, c'est-à-dire le nombre et la variété des postes soumis à élection, les techniques et les méthodes utilisées ont beaucoup changé depuis l'Antiquité. La légitimité électorale, qui nous semble aujourd'hui aller de soi, n'est qu'une construction[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-Ouest Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Christophe VOILLIOT. ÉLECTIONS - Histoire des élections [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 28/07/2015

Autres références

  • ABSTENTIONNISME

    • Écrit par
    • 6 313 mots
    • 3 médias

    Le droit de vote est une prérogative essentielle des citoyens dans un régime démocratique. On appelle participation électorale le fait de l'exercer dans les bureaux de vote ou par correspondance. L'abstentionnisme est pour sa part l'attitude de ceux qui s'abstiennent d'exercer...

  • AGENDA POLITIQUE, sociologie

    • Écrit par
    • 548 mots

    La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse...

  • ALLEMAGNE - Les institutions

    • Écrit par
    • 4 249 mots
    Le principe général de la représentation proportionnelle personnalisée (personalisierte Verhältniswahl) prévoit que les élections se déroulent en un seul tour. Chaque électeur dispose d’un bulletin de vote unique lui permettant d’exprimer deux choix distincts lors de la même opération de vote...
  • ASSEMBLÉE NATIONALE (France - Ve République)

    • Écrit par
    • 5 795 mots
    • 2 médias

    L’Assemblée nationale est l’une des deux chambres composant le Parlement français, sous la Ve République, l’autre étant le Sénat.

    Cette dénomination provient du tout début de la Révolution française, lorsque les députés du tiers état, rejetant la division de la société en ordres,...

  • Afficher les 48 références