ÉLECTIONSHistoire des élections

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Envisagée sous l'angle des pratiques électorales, l'histoire des élections est tout à la fois une histoire des techniques électorales, l'étude des comportements des agents impliqués dans le processus électif et la sociogenèse d'une forme singulière qui nous est aujourd'hui familière : l'élection libre et concurrentielle. C'est dire que cette histoire des élections ne peut se réduire à un relevé des résultats (qui a gagné), à l'exégèse des règles (qui peut gagner) ou à l'affirmation d'un credo démocratique (qui doit gagner). L'étude historique d'un tel phénomène donne à voir, bien au contraire, des pratiques et des enjeux diversifiés et permet de préciser les conditions optimales d'un modèle spécifique dont on peut espérer, en cernant ses contours, mieux en comprendre les logiques de fonctionnement. Étudier les élections dans une perspective historique apparaît ainsi comme une démarche indispensable à la compréhension de l'émergence de la politique comme activité spécialisée.

L'élection doit être analysée comme un fait social. À ce titre, il est nécessaire de préciser tout d'abord ce qui informe notre point de vue ou, si l'on préfère, les limites du cadre de l'étude.

En tant que pratique sociale, l'élection est aujourd'hui banalisée et ritualisée. Elle est présente dans beaucoup d'institutions : l'école, l'entreprise, les collectivités territoriales, les associations, etc. Toutefois, certaines institutions l'ignorent ou y ont recours avec parcimonie : l'armée, la justice, l'Église, la famille, les sectes, etc. Quoi qu'il en soit, beaucoup de postes ou de positions sociales ne sont pas déterminés ou accessibles par le moyen d'une élection. La plupart des situations de la vie courante sont déterminées par d'autres procédés : l'arrêté de nomination, le contrat de travail, les usages du droit de propriété, l'accord verbal, etc.

L'élection est traditionnellement identifiée, et ce de manière spontanée, à des positionsd'État, c'est-à-dire à des positions de pouvoir dont les règles de dévolution sont définies par l'État : l'élection du président de la République, des députés à l'Assemblée nationale, etc. Bien souvent d'ailleurs, l'histoire des élections se résume à ces élections d'un type particulier. Or les techniques de vote qui concernent ces élections « politiques » sont largement diffusées dans d'autres espaces sociaux. En tant que moyen de prise de décision, le vote n'est d'ailleurs pas synonyme d'élection. Il y a des élections sans vote, par acclamation ou tirage au sort, et des votes sans élection, celui d'un jury d'assises qui se prononce sur la culpabilité d'un accusé. Comme l'a montré Olivier Ihl dans Le Vote, l'histoire du vote ne peut être confondue avec celle des élections.

L'élection est aujourd'hui considérée comme une pratique par essence démocratique, proposition dont on peut déduire deux conséquences. Premièrement, la démocratie, en tant que régime politique, est en partie définie par l'élection libre et concurrentielle. Deuxièmement, les élus, c'est-à-dire les vainqueurs des compétitions électorales, bénéficient, sous réserve que les règles électorales aient été – au moins en apparence – respectées, d'une forte légitimité, suffisante la plupart du temps pour jouir des prérogatives associées aux fonctions électives.

Il n'en a pas toujours été ainsi. Le périmètre de l'élection, c'est-à-dire le nombre et la variété des postes soumis à élection, les techniques et les méthodes utilisées ont beaucoup changé depuis l'Antiquité. La légitimité électorale, qui nous semble aujourd'hui aller de soi, n'est qu'une construction sociale fragile, fruit d'un travail collectif de mise en forme symbolique et matérielle. Dans ces conditions, l'histoire de l'élection doit avant tout être celle du travail de son invention et ne peut se résumer au récit linéaire de la découverte des vertus de la désignation démocratique, conception restée pendant longtemps dominante en science politique et que l'on peut associer aux travaux de Stein Rokkan.

La genèse de l'élection

Une procédure de désignation aristocratique

À [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-Ouest Nanterre

Classification

Autres références

«  ÉLECTIONS  » est également traité dans :

ÉLECTIONS - Modes de scrutin

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 2 099 mots

Qu'est-ce qu'un mode de scrutin ? On peut le définir comme un ensemble de règles de droit visant à traduire, dans le cadre d'une élection, les suffrages obtenus par les différents candidats ou listes en présence en sièges à pourvoir. Ces règles figurent dans des textes de loi ou dans les constitutions nationales. Le choix d'un mode de scrutin n'est jamais neutre […] Lire la suite

ÉLECTIONS - Sociologie électorale

  • Écrit par 
  • Patrick LEHINGUE
  •  • 5 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les œuvres pionnières »  : […] Les élections sont-elles « un domaine d'incohérence et de fantaisie ? En les observant à la fois de près et de haut, je suis arrivé à une conclusion contraire » car « si selon le mot de Goethe, l'enfer même a ses lois, pourquoi la politique n'aurait-elle pas les siennes ? » Par ces lignes ouvrant le Tableau politique de la France de l'Ouest sous la III e  République (1913), André Siegfried signa […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Le droit de vote est une prérogative essentielle des citoyens dans un régime démocratique. On appelle participation électorale le fait de l'exercer dans les bureaux de vote ou par correspondance. L'abstentionnisme est pour sa part l'attitude de ceux qui s'abstiennent d'exercer leur droit de vote. Les électeurs régulièrement inscrits sur les listes électorales qui ne prennent pas part au scrutin s […] Lire la suite

AGENDA POLITIQUE, sociologie

  • Écrit par 
  • Nicolas HUBÉ
  •  • 545 mots

La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse échoue le plus souvent à dire aux gens « comment » il faut penser, mais elle réussit le plus souvent […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du suffrage indirect au suffrage direct »  : […] Dès lors qu'il s'agit de représenter une entité infra-étatique reconnue, le suffrage indirect s'impose, tout du moins théoriquement. En effet, on peut penser que les représentants des États fédérés ou des collectivités territoriales sont plus liés à l'entité qu'ils représentent lorsqu'ils sont désignés ou élus par les organes exprimant politiquement la volonté de cette entité. S'ils sont élus dir […] Lire la suite

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 326 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les défis de la réconciliation politique : entre espoirs et dérives autoritaires »  : […] Les élections de 2005 ouvrent une période politique originale et historique vers une sortie de guerre consensuelle. Celle-ci repose sur trois aspects fondamentaux. Tout d’abord, un régime politique inclusif est mis en place avec l’adoption, en février 2005, d’une Constitution consociative (pour gouverner par consensus tout en respectant les droits des minorités) et une nouvelle gouvernance pour un […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 678 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité politique »  : […] En proclamant la souveraineté du citoyen, les révolutionnaires posaient un principe de transcendance des particularismes. Constitués en « nation », pour reprendre la formule de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les citoyens cessaient d'être des individus concrets pour agir dans l'espace public en tant que citoyens. C'est pourquoi ils devenaient en principe citoyen […] Lire la suite

CONSTITUTIONNEL DROIT

  • Écrit par 
  • André DEMICHEL
  •  • 2 612 mots

Dans le chapitre « Un ensemble de techniques »  : […] Le droit constitutionnel peut être défini, de ce point de vue, comme l'étude des techniques permettant à un groupe de s'organiser et de se gouverner. Ainsi comporte-t-il l'étude des procédures d'élection, des rapports entre les électeurs et les élus (mandat donné par les électeurs aux élus, responsabilité des élus devant les électeurs), de la structure et du fonctionnement des organes élus. Cette […] Lire la suite

CONVENTION ÉLECTORALE AMÉRICAINE

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 704 mots

Aux États-Unis, la convention est le congrès d'une organisation, par exemple un parti politique. Les deux grands partis nationaux (le Parti républicain et le Parti démocrate) sont en fait composés d'une multitude de partis locaux qui ont leurs intérêts et leur vie propres. C'est ainsi que, au niveau de chaque État, les partis, avant tout organismes électoraux, se réunissent régulièrement pour dési […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 octobre 2022 Suède. Élection d'Ulf Kristersson au poste de Premier ministre.

Après les élections législatives de septembre, son parti a formé une coalition de gouvernement avec les Chrétiens-démocrates et les Libéraux, qui bénéficie du soutien sans participation des Démocrates de Suède (extrême droite). Le programme de coalition accorde une large place aux thèmes défendus par cette dernière formation, notamment dans les domaines de l’immigration et de la sécurité. […] Lire la suite

7-30 juin 2022 France. Élections législatives.

Le score d’Ensemble ! est en baisse par rapport à celui de la totalité de ses composantes au premier tour des élections législatives de juin 2017 et à celui du premier tour de l’élection présidentielle de mai. Le score de la NUPES est à peine supérieur à celui de l’ensemble de ses composantes en 2017. Le Rassemblement national (RN) réalise son meilleur score à un premier tour d’élections législatives avec 18,7 % des suffrages. […] Lire la suite

2-14 mai 2022 États-Unis. Révélation d'un projet d'abrogation du droit à l'avortement par la Cour suprême.

Le 3, le président Joe Biden prend position en faveur du maintien du droit à l’avortement et appelle les électeurs à « élire des représentants pro-choix en novembre », lors des élections de mi-mandat. De son côté, le chef de file des républicains au Sénat Mitch McConnell dénonce dans cette fuite « une escalade dans la campagne actuelle de la gauche radicale pour harceler et intimider les juges fédéraux et substituer à l’État de droit le droit de la rue ». […] Lire la suite

22 mars 2022 Canada. Accord entre le gouvernement et le Nouveau Parti démocratique.

Premier ministre d’un gouvernement minoritaire, Justin Trudeau conclut une entente avec Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), en vue d’obtenir le soutien de ce dernier en contrepartie de la mise en œuvre de mesures sociales et environnementales, et de l’engagement à ne pas provoquer d’élections anticipées avant la fin du mandat en cours, en 2025. […] Lire la suite

26 septembre 2021 Allemagne. Victoire du Parti social-démocrate aux élections législatives.

Le Parti social-démocrate (SPD, centre gauche) du vice-chancelier et ministre des Finances Olaf Scholz, en progrès, remporte les élections législatives avec 25,7 % des suffrages et 206 sièges sur 736 L’Union chrétienne démocrate-Union chrétienne-sociale (CDU-CSU, centre droit) d’Armin Laschet enregistre le pire score de son histoire avec 24,1 % des voix et 197 élus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe VOILLIOT, « ÉLECTIONS - Histoire des élections », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elections-histoire-des-elections/