MANET ÉDOUARD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps défini par sa modernité et quelque peu statufié dans ce rôle, Édouard Manet se situe toujours au cœur d'une interprétation générale de l'art du xixe siècle, mais exposé de manière plus libre à l'exercice du jugement avec le renouveau des études historiques consacrées à ses contemporains, ses amis comme Alfred Stevens, Carolus-Duran ou Gervex, ou bien ses censeurs comme Gérôme, Cabanel ou Bouguereau. Sa peinture ne fait que retrouver ainsi un espace de controverses qui lui est profondément naturel, car il est peu d'œuvres qui furent à ce point confrontés aux opinions ou aux conventions d'une époque, aux préjugés comme aux données les plus partagées de l'expérience. Le journaliste Albert Wolff avait dit de Manet, en 1879, qu'il montrait le chemin de l'avenir, qu'il était le « poteau indicateur ». Ce dernier se moquait de cette idée un peu perfide en s'immobilisant, le bras tendu comme un cantonnier au bord d'une route, dès qu'il rencontrait le chroniqueur du Figaro sur le boulevard. Cette caricature résume la valeur polémique d'une notion de progrès lourde de malentendus et de confusion. Vers la fin de sa vie, alors qu'il était malade, Manet exprimait devant son ami Antonin Proust, ministre des Arts de Gambetta, ses réserves à l'égard de la dispersion de ses tableaux dans les musées : « Je ne veux pas figurer sur une carte d'échantillons », disait-il. S'il a tant lutté de son vivant et, pour reprendre une expression qui lui était familière, s'il a toujours navigué au plus près, c'est pour son œuvre, son succès, l'intensité de création qu'il savait en tirer. La rencontre avec Méry Laurent en 1876, devant Le Linge exposé dans l'atelier, souligne la valeur que prenait à ses yeux le moment présent. Certes le peintre avait trouvé une amie dont il fera, à plusieurs reprises, le portrait au pastel, mais surtout il n'avait pas désespéré de ses contemporains : « leur œil se fera », telle était sa conviction. « M. Manet a les qualités qu'il faut pour être refusé à l'unanimité par tous les jurys du monde ; ses personnages se découpent à l'emporte-pièce, avec une crudité qu'aucun compromis n'adoucit. Il a toute l'âpreté de ces fruits verts qui ne doivent jamais mûrir. » Ce jugement, attribué par certains à Delacroix et publié dans la Gazette de France, le 21 juillet 1863, définit de façon durable une personnalité qui, après l'accueil flatteur fait au Guitarero (Salon de 1861, Metropolitan Museum, New York), crée l'événement du Salon des Refusés.

La célébrité de Manet

Au sens propre, les succès de l'artiste portent sur deux ou trois tableaux, L'Enfant à l'épée (1861, Metropolitan Museum, New York), Le Bon Bock (1873, Museum of Art, Philadelphie), Le Printemps (Salon de 1882, coll. part.). Le véritable rythme de sa création repose sur le scandale, Le Déjeuner sur l'herbe (1863, musée d'Orsay, Paris), Olympia (Salon de 1865, musée d'Orsay, Paris), Argenteuil (Salon de 1875, musée des Beaux-Arts, Tournai) ; sur les envois refusés en bloc par le jury (Salons de 1866 et de 1876) ; sur les portraits refusés par leurs modèles (Jean-Baptiste Faure, Rochefort) ; sur les tableaux critiqués et par la suite découpés en morceaux (Les Gitanos, Épisode d'un combat de taureaux) ; sur d'autres abandonnés ou détruits, c'est-à-dire sur une masse de réactions qui, des plus hostiles aux plus favorables, n'a jamais pu véritablement fléchir une volonté artistique singulière. On ne parvenait pas à comprendre qu'un peintre aussi doué ne pût s'amender au fil des années. Manet n'était pas entouré d'hostilité et d'ennemis, il était victime d'une sympathie déçue par autant d'obstination. L'évolution de sa personnalité va dans le sens de l'intransigeance ; même si le cercle des amateurs s'élargit et si le goût évolue, le désaccord entre Manet et son temps reste plus ou moins entier jusqu'à la fin. Le régime républicain durcit plutôt les conditions d'une carrière qui s'était imposée sous le second Empire. L'ami de Gambetta, d'Antonin Proust, de Clemenceau, de Rochefort, de Zola indisposait. L'ami des impressionnistes également. L'administration ne lui confia aucune commande et l'État ne donna aucune suite à ses velléités d'achat. Manet ne participe pas à l'Exposition universelle de 1878, Le Bal masqué à l'Opéra (National Gallery, Washington) et Les Hirondelles (coll. Bührle, Zurich) sont écartés par le jury en 1874, Nana (Kunsthalle, Hambourg) en 1877 ; les rires saluent Pertuiset en 1881, les sifflets la médaille obtenue la même année. Un bar aux Folies-Bergère (Courtauld Institute, Londres) permet de mesurer la stupeur du public devant une image que certains jugent « incompréhensible » tout en l'admirant. En avril 1880, l'exposition dans les locaux de la revue la Vie moderne attira la foule et plus encore celle dans l'atelier en 1876 alors qu'en 1867 l'exposition particulière, au pont de l'Alma, fut un échec. Manet fut très célèbre, très controversé, mais l'opinion ne désirait pas le voir écarté des cimaises officielles. Refusé, il manquait soudain. En janvier 1884, moins d'un an après sa mort, son œuvre exposé quai Malaquais retint l'attention d'un immense public. Car Manet, en dépit de ses déboires, bénéficia de l'attention passionnée de ses contemporains, parmi ceux-ci les écrivains avant tout, Gautier, Baudelaire, Zola, Banville, Duranty, Cros, Mallarmé, Huysmans, mais aussi les critiques, et les plus grands.

Le Dimanche sur la Seine (Argenteuil), É. Manet

Photographie : Le Dimanche sur la Seine (Argenteuil), É. Manet

Édouard Manet, «Le Dimanche sur la Seine (Argenteuil)», 1874. Huile sur toile, 149 cm × 115 cm. Musée des Beaux-arts, Tournai. 

Crédits : P. M. R. Maeyaert/ AKG

Afficher

Bal masqué à l'Opéra, É. Manet

Photographie : Bal masqué à l'Opéra, É. Manet

Édouard Manet, Bal masqué à l'Opéra. 1872-1873. Huile sur toile. 60 cm x 73 cm. National Gallery of Art, Washington. 

Crédits : Gift of Mrs. Horace Havemeyer in memory of her mother-in-law Louisine W. Havemeyer, © 2000 Board of Trustees, National Gallery of Art, Washington

Afficher

Le Corbeau, E. Manet

Photographie : Le Corbeau, E. Manet

Une longue amitié a lié Stéphane Mallarmé et Édouard Manet. Lorsque le premier entreprend de publier sa traduction du Corbeau d'Edgar Poe, c'est tout naturellement que le second illustre le poème. La traduction paraît en 1875 dans une luxueuse plaquette. Cette collaboration se poursuivra... 

Crédits : Heritage Art/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

On lui reprochait un style lâché, le manque de fini, des contrastes d'intensité, l'absence de composition, des « morceaux », également son réalisme, des types bas, grossiers, le manque d'idée ou d'expression, l'inertie des figures. Plusieurs critiques montraient-ils le bénéfice d'une modération, aussitôt le Parisien charmant et spirituel devenait dur et cassant. Dès qu'il percevait un accommodement possible entre l'opinion et sa peinture, l'artiste semble s'ingénier à produire un démenti. Déjà maître de l'antithèse et du contraste des valeurs, il est aussi un expert dans l'art du contre-pied : après le portrait d'Antonin Proust (1880, Museum of Art, Toledo), celui de Rochefort (1881, Kunsthalle, Hambourg) son adversaire. Après le soleil du Père Lathuille (Salon de 1880, musée des Beaux-Arts, Tournai), l'Algérie lie-de-vin du « grotesque » Pertuiset (Salon de 1881, Museu de Arte, São Paulo). On comprenait mal une des constantes de son art que l'on pourrait définir par la distinction dans la vulgarité : « Voilà le portrait de ses parents ; on dirait deux concierges ! », s'écriait devant J.-E. Blanche une vieille amie de la mère de Manet. Comme dans La Prune, exposé en 1880 (National Gallery, Washington), une fille sur une banquette de café, l'image tend à déborder les frontières morales, l'ordre convenu du jugement. Le sujet, qu'il soit conventionnel ou osé, tend à imposer une rencontre formelle qui reste un élément premier [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Le Dimanche sur la Seine (Argenteuil), É. Manet

Le Dimanche sur la Seine (Argenteuil), É. Manet
Crédits : P. M. R. Maeyaert/ AKG

photographie

Bal masqué à l'Opéra, É. Manet

Bal masqué à l'Opéra, É. Manet
Crédits : Gift of Mrs. Horace Havemeyer in memory of her mother-in-law Louisine W. Havemeyer, © 2000 Board of Trustees, National Gallery of Art, Washington

photographie

Le Corbeau, E. Manet

Le Corbeau, E. Manet
Crédits : Heritage Art/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Émile Zola, É. Manet

Émile Zola, É. Manet
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MANET ÉDOUARD (1832-1883)  » est également traité dans :

MANET À LA MARGE DE L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 346 mots

1859 Après avoir étudié dans l'atelier de Thomas Couture (1850-1856), Manet (1832-1883), qui a l'habitude de faire des copies au Louvre, y rencontre Fantin-Latour (1857) puis Degas.1861 Manet expose pour la première fois au Salon. Il cherchera toujours à participer à cette manifestation, malgré les refus du jury ou les incompréhensions des critique […] Lire la suite

MANET. LES NATURES MORTES (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 955 mots

Les natures mortes occupent dans l'œuvre de Manet une place considérable : un cinquième de ses tableaux relèvent spécifiquement de ce genre, qui est également présent dans certains portraits ou certaines compositions plus ambitieuses de l'artiste. L'une de ses œuvres les plus célèbres, Le Déjeuner sur l'herbe, autrefois dénommée par l'artiste lui-même Le Bain […] Lire la suite

UN BAR AUX FOLIES-BERGÈRE (E. Manet)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 225 mots

Même s'il fut toujours très proche des membres du groupe impressionniste et s'il lui arriva, au cours de sa carrière, de travailler assez étroitement avec eux, en particulier avec Monet, Renoir et Caillebotte à Argenteuil, en 1874, Manet ne participa jamais aux différentes expositions que ses amis organisèrent à partir de 1874 et qui se poursuivirent jusqu'en 1886 après la mort du peintre. Manet é […] Lire la suite

CHABRIER EMMANUEL (1841-1894)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 466 mots

Dans le chapitre « Un musicien français »  : […] On remarquera que Chabrier ne s'intéressa jamais aux grandes formes musicales romantiques. Il ne fut attiré ni par la symphonie ni par aucun des nombreux aspects de la musique de chambre. Cet ami de Franck et de ses disciples ne se laissa pas distraire de sa « vocation ». Il revêtit allégrement ces habits apparemment désuets que sont la romance, les courtes pièces de piano, l'opérette, l'opéra-co […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] Manet, si l'on en croit les Souvenirs de son ami Antonin Proust (1913), aurait pensé que « sans le cadre, la peinture perd cent pour cent ». Le cadre est le signe de l'achèvement de l'œuvre. Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés trop goûtés par les collectionneurs de son temps, pré […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « La question de la durée »  : […] Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous ce rapport aussi, surmonte la nature » ( Cours d'e […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 470 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aussi, un réaliste, peut-être de façon encore plus af […] Lire la suite

L'ACTION RESTREINTE. L'ART MODERNE SELON MALLARMÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 1 131 mots

L'art de l'âge moderne avait fini par être écrasé sous sa propre vulgate. L'exposition L'Action restreinte. L'art moderne selon Mallarmé , au musée des Beaux-Arts de Nantes du 9 avril au 3 juillet 2005 (catalogue de Jean-François Chevrier, Musée des Beaux-Arts de Nantes-Hazan, Paris), après le MACBA, musée d'Art contemporain de Barcelone, aura constitué une étape décisive du renouvellement de notr […] Lire la suite

LE MODÈLE NOIR DE GÉRICAULT À MATISSE (exposition)

  • Écrit par 
  • Julie RAMOS
  •  • 1 325 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modèle noir et modèle féminin »  : […] Dès la première œuvre de l’exposition, le Portrait de Madeleine par Marie-Guillemine Benoist, la relation (aujourd’hui encore discutée) entre le statut des Noirs et celui des femmes est interrogée . La poitrine dénudée du modèle la confinerait à son statut de corps-objet si elle ne questionnait l’exclusion des Noirs du canon classique, auquel son style et les draperies renvoient, et si l’échange […] Lire la suite

LITHOGRAPHIE ORIGINALE AU XIXeSUP SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 423 mots

1819 Francisco Goya exécute sa première lithographie. Mais c'est en France, durant son exil, qu'il pratiqua véritablement la nouvelle technique, à Paris mais surtout à Bordeaux, où il réside et où il exécute la série des Taureaux dits de Bordeaux (1825). 1820 Début de la publication des Voyages pittoresques dans l'ancienne France dirigés par le baron Taylor et Charles Nodier, qui ne s'achèver […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric DARRAGON, « MANET ÉDOUARD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-manet/