ÉDITION ÉLECTRONIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant plus de cinq siècles, notre culture de l'écrit a été façonnée par les caractéristiques matérielles du support papier, ses pratiques de conception et de réception. Aujourd’hui encore, beaucoup de lecteurs ont fait leurs premières expériences de déchiffrage du texte et de l’image par le biais des supports imprimés. L’édition sur support numérique est venue transformer progressivement ces pratiques. Sans pour autant mettre en péril l’édition papier : depuis plusieurs années, des journaux, des revues, des magazines proposent des versions sur Internet, et le livre se donne aussi à lire sur les écrans d’ordinateur, de tablette et de liseuse.

La tablette tactile, le numérique au quotidien

Photographie : La tablette tactile, le numérique au quotidien

Facilement transportable, aisée à manipuler, la tablette tactile modifie en profondeur notre rapport au numérique. La variété des contenus multimédias auxquels elle permet d'accéder accentue un peu plus la fusion entre texte, image et son. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En passant du papier au numérique, le texte et l’image changent de support et de nature. À travers l’hyperlien, ils se connectent à d’autres textes et rentrent avec ceux-ci dans diverses relations de (dé-)cohérence. Ils deviennent manipulables, mobilisant des gestes de plus en plus diversifiés qui dépassent de loin le simple clic. Notamment sur les réseaux dits « sociaux », les textes s’ouvrent à la contribution, voire à la collaboration. L’animation, explorée par exemple dans la poésie numérique, le livre de jeunesse « enrichi » ou les bannières publicitaires en ligne, inscrit textes et images dans une temporalité qui les rapproche de l’expérience filmique. Leur nature programmée les rend calculables, modifiables, mais aussi traçables : nos pratiques de lecture laissent des « empreintes digitales » qui peuvent enrichir les connaissances, mais qui s’exploitent aussi à des fins parfois purement marchandes.

Édités à l’aide d’outils de conception et de lecture, textes et images numériques sont formatés par des « architextes » logiciels (Y. Jeanneret et E. Souchier) généralement invisibles à la surface de l’écran, et par des formes graphiques sur lesquelles l’auteur a parfois peu d’influence. Désormais, dépendants de l’actualisation par la machine, avec ses systèmes d’exploitation et ses outils en continuelle transformation, textes et images numériques deviennent instables, éphémères. Les pratiques de réception s’en trouvent modifiées, même si le recul manque encore pour évaluer les conséquences précises de ces changements sur les facultés de concentration, de raisonnement et d’argumentation.

Face aux métamorphoses de la matérialité du texte et de l’image et de leurs pratiques, le monde de l'édition imagine depuis plusieurs décennies des formats de publication qui tantôt essaient de conforter les habitudes séculaires acquises sur support papier, tantôt modélisent de nouvelles pratiques.

Le livre numérisé

Un large pan de l’édition électronique repose sur la numérisation de livres initialement édités sur papier, qui sont codés en une suite de 0 et de 1 manipulables par l’ordinateur. Il existe deux grandes façons de procéder. La première, désormais moins employée, consiste à coder le document en mode image : la page est analysée en points (pixels) plus ou moins nombreux auxquels correspondent des valeurs numériques indiquant leur position et leur couleur. On obtient ainsi une reproduction électronique du document qui en restitue fidèlement la mise en page. La deuxième technique consiste à coder les caractères selon une norme qui attribue à chacun une valeur numérique déterminée. Ce mode rend possible l'automatisation de pratiques comme la recherche de tous les contextes d'un mot ou d'une chaîne de caractères. Il présente cependant l'inconvénient de faire disparaître la forme propre du texte qui, par les polices de caractère, les couleurs et la mise en espace, influe pourtant fondamentalement sur l’émergence du sens.

En effet, le livre « homothétique », dont on parle parfois pour laisser croire que le texte numérique peut constituer une copie conforme du texte papier, n’existe pas si l’on considère la matérialité du texte et de l’image comme une composante aussi importante que ce qu’ils disent ou représentent. On ne lit pas le même texte dans un livre papier ou sur une liseuse, même si le nombre et l’enchaînement des mots et phrases sont les mêmes.

Le livre numérisé, en conquérant de plus en plus de lecteurs, conserve certes des caractéristiques rappelant l’héritage du papier, qui peuvent constituer des repères rassurants : généralement proposé en noir sur blanc, il se « feuillette » par un geste qui imite celui fait sur papier ; doté d’une couverture et d’un sommaire et paginé, il est signé par un auteur et souvent commercialisé par un éditeur. Certaines fonctionnalités du livre numérisé s’efforcent de pallier des manques que le lecteur habitué au livre papier peut ressentir devant sa copie-écran : sur liseuse notamment, l’épaisseur et le volume peuvent être ainsi compensés par l’indication du temps de lecture restant. Enfin, d’autres caractéristiques du livre numérisé sont authentiquement numériques et ne peuvent donc se retrouver sur papier : la possibilité de changer la police et la taille des caractères, des modes de recherche automatisée, d’annotation partagés en réseau, et bien sûr le faible « poids » qui permet de stocker une bibliothèque entière sur un microsupport comme la liseuse… Font cependant également partie de ces caractéristiques le besoin matériel d’électricité, le risque de dysfonctionnement technique, l’obsolescence plus ou moins programmée des formats du livre numérisé et de ses supports.

L’édition du livre numérisé a été peu à peu investie par les grands et petits éditeurs papier. Elle se trouve régie par de nouvelles règles de distribution en vigueur sur les plates-formes de vente de nouveaux acteurs industriels : celles-ci ont tendance à verrouiller les aspects techniques et commerciaux. Ainsi, il est parfois impossible de s'approvisionner ailleurs que chez le distributeur de la marque d’une liseuse donnée. Elles ne tiennent pas compte non plus des pratiques de partage, d’échange et de don symboliquement liées au livre. Nombreux sont les lecteurs qui s'interrogent sur la patrimonialisation possible de ces bibliothèques numériques. De nouvelles structures d’édition s’inscrivant dans la volonté de casser les monopoles se mettent néanmoins en place. Et des réseaux militant pour le téléchargement gratuit proposent des formats libres de droit.

Pour les textes du patrimoine culturel tombés dans le domaine public, des bibliothèques numériques portées par des institutions culturelles comme la Bibliothèque nationale de France mettent depuis de nombreuses années gratuitement à disposition des centain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

La tablette tactile, le numérique au quotidien

La tablette tactile, le numérique au quotidien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

photographie

Gallica, bibliothèque numérique de la B.N.F.

Gallica, bibliothèque numérique de la B.N.F.
Crédits : Gallica

photographie

Pédagogie et interactivité

Pédagogie et interactivité
Crédits : Joue Avec

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'information et de la communication, université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  ÉDITION ÉLECTRONIQUE  » est également traité dans :

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'avenir des bibliothèques »  : […] Placées au centre de la révolution des communications et de la globalisation de la documentation dont le monde est le théâtre, les bibliothèques se trouvent désormais confrontées à des problèmes d'autant plus redoutables qu'elles sont appelées à assurer des missions d'importance croissante. D'ores et déjà, ces institutions ont beaucoup avancé dans une tâche essentielle : l'organisation de catalog […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Yannick MAIGNIEN
  •  • 5 183 mots
  •  • 1 média

Dans sa réflexion sur la bibliothèque comme espace de savoir et de recherche, l'historien du livre Henri-Jean Martin s'interroge : « Le problème de l'avenir des bibliothèques se pose en fait aujourd'hui en d'autres termes. Quel rôle joueront-elles dans l'élaboration, la diffusion et la conservation de la documentation électronique à l'heure de la communication à distance ? » (« Bibliothèques », […] Lire la suite

CULTURE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MOLLIER
  •  • 4 525 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un auteur évanescent? »  : […] Si le débat sur la « mort » de l'auteur fut lancé en 1968-1969 par Roland Barthes et Michel Foucault dans un contexte qui n'avait rien à voir avec l'ordinateur et, encore moins Internet, il paraît retrouver une véritable actualité depuis que les « chats », les « blogs » et surtout les « wikis » permettent à chacun de participer à la construction d'un texte ou à la rédaction d'une notice encyclop […] Lire la suite

DARNTON ROBERT (1939- )

  • Écrit par 
  • Roger CHARTIER
  •  • 1 021 mots

L’historien du xviii e  siècle Robert Darnton a entrepris dès les années 1960 une grande recherche sur les Lumières et leur rôle dans la fin de l'Ancien Régime. Diplômé de Harvard et d'Oxford, Robert Darnton, après avoir enseigné l'histoire européenne à Princeton de 1968 à 2007, est directeur de la Harvard University Library (qui réunit plusieurs dizaines de bibliothèques spécialisées). Ce spécia […] Lire la suite

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « « Nouvelle lexicographie » et « Nouveaux dictionnaires » »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, le dictionnaire connaît d'importants développements. Les nouveaux rôles qu'il est appelé à jouer dans la société de l'information et de la communication renforcent l'intérêt qu'on lui portait jusque-là. Reconsidéré, son usage dans l'enseignement amène à produire des dictionnaires d'apprentissage d'un type nouveau, conçus comme compléments des grammaires scol […] Lire la suite

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 418 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une écriture interactive »  : […] Mobilité, instantanéité, virtualité, calculabilité autorisent de nouveaux modes d' interactivité. Si l'écriture a toujours été interactive parce que tout scripteur réagit à ce qu'il écrit pour le transformer, la rapidité des transformations informatiques en modifie les conséquences. L'interactivité informatique change toute opération, même la plus élémentaire, en terrain permanent d'expérimentatio […] Lire la suite

ÉDITION

  • Écrit par 
  • Robert ESCARPIT, 
  • Philippe SCHUWER
  •  • 11 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel avenir pour l'édition ? »  : […] Les sombres prédictions de McLuhan annonçant la lente disparition du livre face à l'électronique ne se sont pas confirmées. La création, dans le cinéma, a été infiniment plus atteinte. Mais les éditeurs, à travers le monde, sont désormais conscients qu'ils doivent veiller à l'érosion de leurs parts de marché et trouver des solutions pour compenser la baisse des tirages. L'audiovisuel incarne une r […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 701 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Multipédia » »  : […] La révolution informatique et le développement mondial d'Internet ayant constitué une révolution technique et culturelle plus profonde encore que celle de l'imprimerie, elle ne pouvait épargner ni l'encyclopédisme ni, pratiquement, les encyclopédies. Tout d'abord, outre ses fonctions explicitement commerciales et idéologiques, l'espace électronique mondial peuplé de textes écrits, d'images et de […] Lire la suite

HUMANITÉS NUMÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Thierry POIBEAU
  •  • 5 444 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire du domaine »  : […] On l’a dit, les humanités numériques concernent les analyses, dans le domaine des lettres et des SHS, conduites avec des moyens informatiques. Dès le début, l’informatique a été considérée comme un outil extrêmement puissant pour mener à bien des tâches mécaniques et peu intéressantes. Les chercheurs travaillant sur des sources textuelles ont ainsi souvent besoin de « concordances », ce qui consis […] Lire la suite

INTERNET - Les usages sociaux

  • Écrit par 
  • Dominique CARDON
  •  • 3 205 mots

Dans le chapitre « Un média de conversation »  : […] Les technologies d'Internet se revendiquent fréquemment comme « participatives ». À travers les forums, les blogs ou les chats, les utilisateurs peuvent dialoguer beaucoup plus facilement entre eux ou avec les institutions, les entreprises ou les médias. Le développement de l'interactivité a facilité la création d'espaces d'échanges dans lesquels se redéfinissait profondément la place des personn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexandra SAEMMER, « ÉDITION ÉLECTRONIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-electronique/