ÉCONOMIE SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économie sociale comme secteur économique

L'approche contemporaine de l'économie sociale considère celle-ci comme un secteur spécifique. C'est une construction d'inspiration française qui se concentre sur l'analyse de l'économie sociale en tant que regroupement d'organisations économiques spécifiques, distinctes à la fois des entreprises capitalistes et des administrations publiques. Pour marquer cette double distinction, dans certains pays ou chez certains auteurs, les expressions « tiers-secteur » ou « troisième secteur » sont également utilisées. Ce type d'approche a donné lieu à plusieurs courants, recouvrant des objets plus ou moins distincts et utilisant des terminologies différentes selon les sensibilités et les contextes juridiques et fiscaux propres à chaque pays : secteur à but non lucratif (nonprofit sector) aux États-Unis, secteur volontaire (voluntary sector) au Royaume-Uni, économie populaire dans les pays d'Amérique latine, économie communautaire au Canada.

Le rapport que rédige Charles Gide lors de l'Exposition universelle de 1900 marque déjà une volonté d'identifier un ensemble d'organisations et de pratiques et oriente ainsi l'évolution du vocable économie sociale vers son sens « moderne ». C'est ensuite, en 1935, l'ouvrage de Georges Fauquet sur le secteur coopératif qui donne une formalisation plus théorique à cette orientation. Puis la combinaison de facteurs politiques (l'arrivée au pouvoir des socialistes en France en 1981) et institutionnels (la volonté des organisations elles-mêmes de se rapprocher), à quoi s'ajoute la rencontre entre Henri Desroche et Michel Rocard, fournissent à cette approche la légitimité et la reconnaissance suffisantes pour s'imposer sur le plan légal.

Le constat d'un double échec

L'analyse de l'entreprise a été presque exclusivement développée en référence au modèle de l'entreprise de capitaux, dont l'objectif ultime est de maximiser son profit et le dividende qu'elle verse à ses actionnaires (modèle de la corporate governance). Pourtant, dès les années 1970, des travaux comme ceux de Burton Weisbrod, Estelle James ou Henry Hansmann ont montré qu'il existait certaines situations dans lesquelles l'entreprise à but non lucratif pouvait apporter une réponse plus satisfaisante que l'entreprise de capitaux traditionnelle ou que l'entreprise publique généralement envisagée comme seule alternative aux situations d'échecs du marché.

Ces travaux ont notamment mis en avant l'inefficacité des entreprises classiques et de l'État dans certaines situations de demandes non solvables ou d'asymétries d'information (inégalité dans l'accès à l'information entraînant une incertitude sur les caractéristiques du service acheté). Dans ce type de situations, le marché de concurrence pure et parfaite, qui néglige les demandes non solvables et suppose égal l'accès à l'information, et le secteur public, qui n'apporte une réponse qu'aux préférences les plus largement partagées dans la population (celles de l'électeur « médian »), ne permettent ni l'un ni l'autre d'aboutir à une allocation optimale des ressources. Les organisations d'économie sociale, parce qu'elles sont parfois capables de produire à moindre coût et sont perçues comme dignes de confiance, apparaissent alors de nature à fournir une réponse plus satisfaisante. L'analyse historique montre effectivement que les organisations d'économie sociale émergent le plus souvent pour répondre à des besoins non satisfaits et remédier à certaines insuffisances du modèle dominant. Au xixe siècle, les coopératives de consommateurs sont créées pour permettre aux classes laborieuses de se procurer certains biens essentiels (denrées alimentaires et vêtements), les coopératives de crédit mutuel agricole sont mises en place pour fournir aux paysans les moyens financiers de rester propriétaires de leur outil de production, les sociétés de secours mutuel apparaissent pour couvrir des risques susceptibles de faire basculer les travailleurs dans la misère (accidents du travail et maladie). Plus récemment, de nombreuses associations ou coopératives se sont développées pour apporter une réponse aux problèmes d'exclusion sociale (insertion économique, aides aux plus démunis ou aux personnes handicapées), pour répondre à des besoins émergents liés aux évolutions démographiques et socio-économiques (services aux personnes âgées) ou pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université du Mans

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE SOCIALE  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des enjeux économiques »  : […] Sur le plan économique, les agricultures urbaines impliquent des formes de commercialisation originales et des investissements importants en travail et souvent en capital. Ces derniers peuvent être de type conventionnel ou de type start-up – faisant appel à du capital - risque extérieur au monde agricole . Localement, des apports de financement relevant de l’économie sociale ou solidair […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « Les régimes dérogatoires »  : […] Toutefois, par dérogation, les pouvoirs publics peuvent instituer unilatéralement des associations obligatoires soumises en principe à la loi de 1901 mais dont les modalités d'organisation et de fonctionnement, fixées impérativement par la loi, ne suivent guère les schémas traditionnels. Tel est le cas de l'association sportive, créée par la loi du 16 juillet 1984 dans tous les établissements du s […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une approche holistique, systémique et multiéchelles »  : […] L’économie circulaire implique ainsi d’entrer dans une logique de cycle de vie complet du produit : depuis l’écoconception, avec des entreprises qui s'approvisionnent en matériaux recyclés ou qui refabriquent à partir de produits en fin de vie, en passant par l'accès, avec des modèles de location dans l’industrie automobile ou spatiale, et jusqu’au recyclage de produits en fin de vie pour utilise […] Lire la suite

GIDE CHARLES (1847-1932)

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 765 mots

Charles Gide est né le 29 juin 1847 à Uzès (Gard). Selon la tradition familiale – mais contre ses goûts – il fait des études de droit à Paris où son frère Paul – le père d'André Gide – était professeur, et soutient en 1872 une thèse sur La liberté d'association en matière religieuse . En 1874, il réussit l'agrégation mais, peu attiré par le droit, choisit d'enseigner l'économie politique que l'on […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le métier d’imprimeur  »  : […] Les entreprises sont souvent familiales. Ainsi, les Didot ont donné leur nom à un caractère de typographie. Cette grande famille d’imprimeurs fut aussi libraire, graveur, fondeur de caractères et papetier. Elle débute au xviii e et s’arrête au xx e  siècle. À chaque génération, un fils a poursuivi l’œuvre de ses ancêtres. Ils sont les imprimeurs privilégiés des rois et des institutions comme le S […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les enquêtes sociales »  : […] Cette réflexion théorique a un pendant empirique : les « enquêtes sociales », dont les premières sont mises en œuvre en Angleterre dès la fin du xviii e  siècle, alors que l'industrialisation et l'exode rural font apparaître un paupérisme urbain. En France, l'essor des enquêtes sociales doit beaucoup à l'Académie des sciences morales et politiques, créée par François Guizot en 1832 pour fournir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-23 août 2021 Tunisie. Prolongation de l'état d'exception.

Le 2, le président Kaïs Saïed, qui a limogé le Premier ministre, suspendu les travaux du Parlement et écarté deux ministres en juillet, remplace les ministres de l’Économie et des Technologies de communication par de hauts fonctionnaires. Le 3, le puissant syndicat de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle le chef de l’État à mettre en place un « gouvernement de sauvetage réduit et harmonieux » afin de ne pas « rendre difficile la sortie de crise sociale et économique ». […] Lire la suite

4 octobre 2020 Église catholique. Publication de l'encyclique Fratelli tutti.

Le pape François publie l’encyclique Fratelli tutti, consacrée à « la fraternité et l’amitié sociale », qui traite de tous les aspects de la mondialisation. Appelant à « faire renaître un désir universel d’humanité », François dénonce les « nationalismes étriqués », les effets néfastes des réseaux sociaux et de l’information numérique sur les relations humaines, le populisme qui « instrumentalise politiquement la culture du peuple », tout comme le « libéralisme individualiste » et la « notion magique » du ruissellement en économie. […] Lire la suite

15-29 avril 2020 Allemagne. Annonce d'un plan de sortie du dispositif de prévention de l'épidémie de Covid-19.

Le 29, le ministre de l’Économie Peter Altmaier annonce une contraction probable du PIB de 6,3 p. 100 en 2020. […] Lire la suite

9-29 mars 2020 États-Unis. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 27, le Congrès adopte un plan de sauvetage de l’économie de quelque 2 000 milliards de dollars (1 845 milliards d’euros). Celui-ci prévoit notamment des garanties de crédit pour les entreprises, des aides directes aux ménages modestes et une hausse des indemnités chômage. Au cours des deux dernières semaines du mois, quelque dix millions de chômeurs, pour une partie d’entre eux mis à pied temporairement par leur entreprise, s’inscrivent pour toucher des indemnités. […] Lire la suite

21 février 2020 Suisse. Bilan de l'opération Papyrus à Genève.

Trois ans après le lancement de l’opération Papyrus, qui s’est achevée fin décembre 2019, le Conseil d’État genevois tire un bilan positif de cette initiative qui visait à faciliter la régularisation des immigrés clandestins, qui travaillent majoritairement dans l’économie domestique. Deux mille trois cent quatre-vingt-dix personnes ont été régularisées – sept cent quarante attendent encore une décision. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric BIDET, « ÉCONOMIE SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/