ÉCONOMIE SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’économie sociale comme rupture avec la tradition économique

À la fin du xixe siècle, Gide et Walras font de l'économie sociale un des éléments d’une nouvelle théorie économique générale et s'attachent à définir son objet d'étude et à expliciter sa méthodologie. L'économie sociale est alors mise en avant par des économistes qui entendent marquer ainsi une rupture avec le modèle d'analyse dominant. Gide était réputé pour ses thèses hétérodoxes remettant en cause la légitimité supposée de la concurrence, du profit, de la propriété foncière ou du salariat. C'est en réaction aux économistes libéraux qui dominent le milieu académique qu'il crée en 1887 la Revue d'économie politique. Gide devient rapidement un économiste majeur, auteur de plusieurs ouvrages de référence, dont Principes d'économie politique, qui sera réédité vingt-six fois de son vivant et traduit dans dix-neuf langues.

Quant à Walras, même s'il est surtout connu aujourd'hui pour être un des fondateurs de l'analyse néo-classique, sa pensée s’inscrit dans une double rupture : avec la tradition classique, en préconisant l'introduction des mathématiques en économie, et avec une conception libérale de l'économie, en montrant que l'intervention étatique est nécessaire afin de conjuguer « l'intérêt et la justice ». Dès 1862, inspiré par les idées de John Stuart Mill, Walras distingue trois registres d'analyse économique : l'économie politique pure – le « domaine du vrai » –, qui s'attache à la définition et à l'identification des lois naturelles, l'économie politique appliquée – le « domaine de l'utile » –, qui désigne l'étude des moyens les plus économiques d'utilisation de ces lois naturelles, et l'économie sociale – le « domaine du juste » –, qui focalise son attention sur l'appréciation de la valeur morale de ces applications.

Gide reprendra ce découpage mais donnera au niveau « économie sociale » un périmètre beaucoup plus large que la vision walrassienne qui la limite essentiellement à l'intervention des pouvoirs publics. Chez Walras, l'économie sociale renvoie en effet à la question du principe de justice qui doit gouverner la répartition de la richesse entre les individus et l'État et non au rôle que peuvent jouer les institutions philanthropiques, mutualistes ou coopératives qu'il considère comme relevant du principe de charité ou de fraternité, c'est-à-dire du domaine de l'économie politique appliquée. Par la suite, Walras introduira une distinction entre l'économie sociale pure, qui s'attache à la définition de l'idéal de justice, et l'économie sociale appliquée, qui traite de l'application de cet idéal et l'amène à se pencher sur des questions plus spécifiques comme la propriété ou l'impôt).

Négligée au tournant du xxe siècle à la fois par Walras et par Gide qui constatera en 1911 que le terme demeure « trop vague », la construction théorique de l'économie sociale ne se poursuit pas et pâtit même de la confusion qui découle de l'utilisation du vocable dans des travaux ultérieurs qui s’inscrivent dans une perspective économique tout à fait différente, comme ceux de Gustav Cassel, qui publie The Theory of Social Economy (1918), ou de Friedrich von Wieser, auteur de Social Economics (1914).

Même si rien ne permet d’indiquer une continuité avec la réflexion de Gide et Walras sur l’économie sociale, la proximité est plus évidente chez Max Weber, qui utilise aussi la terminologie « économie sociale » (Sozialökonomie) en 1909. Le rapprochement est d’autant plus intéressant que Weber se place, comme Gide et Walras, dans la perspective d’une théorie économique générale, dont les champs d'observation principaux seraient l'étude des événements économiques, celle des phénomènes qui interviennent dans l'économie et celle des phénomènes qui dépendent de l'économie. L'économie sociale de Weber relève à la fois de la théorie économique – étude des « phénomènes économiques » –, de l'histoire économique – observation des « faits historiques concrets » – et de la sociologie – analyse de la « signification culturelle » des faits observés. La perspective qu’il propose, et que reprendra plus tard l'anthropologue hongrois Karl Polanyi, est de « dépasser la définition formelle de l'économie centrée sur le marché [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université du Mans

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE SOCIALE  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des enjeux économiques »  : […] Sur le plan économique, les agricultures urbaines impliquent des formes de commercialisation originales et des investissements importants en travail et souvent en capital. Ces derniers peuvent être de type conventionnel ou de type start-up – faisant appel à du capital - risque extérieur au monde agricole . Localement, des apports de financement relevant de l’économie sociale ou solidair […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « Les régimes dérogatoires »  : […] Toutefois, par dérogation, les pouvoirs publics peuvent instituer unilatéralement des associations obligatoires soumises en principe à la loi de 1901 mais dont les modalités d'organisation et de fonctionnement, fixées impérativement par la loi, ne suivent guère les schémas traditionnels. Tel est le cas de l'association sportive, créée par la loi du 16 juillet 1984 dans tous les établissements du s […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une approche holistique, systémique et multiéchelles »  : […] L’économie circulaire implique ainsi d’entrer dans une logique de cycle de vie complet du produit : depuis l’écoconception, avec des entreprises qui s'approvisionnent en matériaux recyclés ou qui refabriquent à partir de produits en fin de vie, en passant par l'accès, avec des modèles de location dans l’industrie automobile ou spatiale, et jusqu’au recyclage de produits en fin de vie pour utilise […] Lire la suite

GIDE CHARLES (1847-1932)

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 765 mots

Charles Gide est né le 29 juin 1847 à Uzès (Gard). Selon la tradition familiale – mais contre ses goûts – il fait des études de droit à Paris où son frère Paul – le père d'André Gide – était professeur, et soutient en 1872 une thèse sur La liberté d'association en matière religieuse . En 1874, il réussit l'agrégation mais, peu attiré par le droit, choisit d'enseigner l'économie politique que l'on […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le métier d’imprimeur  »  : […] Les entreprises sont souvent familiales. Ainsi, les Didot ont donné leur nom à un caractère de typographie. Cette grande famille d’imprimeurs fut aussi libraire, graveur, fondeur de caractères et papetier. Elle débute au xviii e et s’arrête au xx e  siècle. À chaque génération, un fils a poursuivi l’œuvre de ses ancêtres. Ils sont les imprimeurs privilégiés des rois et des institutions comme le S […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les enquêtes sociales »  : […] Cette réflexion théorique a un pendant empirique : les « enquêtes sociales », dont les premières sont mises en œuvre en Angleterre dès la fin du xviii e  siècle, alors que l'industrialisation et l'exode rural font apparaître un paupérisme urbain. En France, l'essor des enquêtes sociales doit beaucoup à l'Académie des sciences morales et politiques, créée par François Guizot en 1832 pour fournir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-23 août 2021 Tunisie. Prolongation de l'état d'exception.

Le 2, le président Kaïs Saïed, qui a limogé le Premier ministre, suspendu les travaux du Parlement et écarté deux ministres en juillet, remplace les ministres de l’Économie et des Technologies de communication par de hauts fonctionnaires. Le 3, le puissant syndicat de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle le chef de l’État à mettre en place un « gouvernement de sauvetage réduit et harmonieux » afin de ne pas « rendre difficile la sortie de crise sociale et économique ». […] Lire la suite

4 octobre 2020 Église catholique. Publication de l'encyclique Fratelli tutti.

Le pape François publie l’encyclique Fratelli tutti, consacrée à « la fraternité et l’amitié sociale », qui traite de tous les aspects de la mondialisation. Appelant à « faire renaître un désir universel d’humanité », François dénonce les « nationalismes étriqués », les effets néfastes des réseaux sociaux et de l’information numérique sur les relations humaines, le populisme qui « instrumentalise politiquement la culture du peuple », tout comme le « libéralisme individualiste » et la « notion magique » du ruissellement en économie. […] Lire la suite

15-29 avril 2020 Allemagne. Annonce d'un plan de sortie du dispositif de prévention de l'épidémie de Covid-19.

Le 29, le ministre de l’Économie Peter Altmaier annonce une contraction probable du PIB de 6,3 p. 100 en 2020. […] Lire la suite

9-29 mars 2020 États-Unis. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 27, le Congrès adopte un plan de sauvetage de l’économie de quelque 2 000 milliards de dollars (1 845 milliards d’euros). Celui-ci prévoit notamment des garanties de crédit pour les entreprises, des aides directes aux ménages modestes et une hausse des indemnités chômage. Au cours des deux dernières semaines du mois, quelque dix millions de chômeurs, pour une partie d’entre eux mis à pied temporairement par leur entreprise, s’inscrivent pour toucher des indemnités. […] Lire la suite

21 février 2020 Suisse. Bilan de l'opération Papyrus à Genève.

Trois ans après le lancement de l’opération Papyrus, qui s’est achevée fin décembre 2019, le Conseil d’État genevois tire un bilan positif de cette initiative qui visait à faciliter la régularisation des immigrés clandestins, qui travaillent majoritairement dans l’économie domestique. Deux mille trois cent quatre-vingt-dix personnes ont été régularisées – sept cent quarante attendent encore une décision. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric BIDET, « ÉCONOMIE SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/