ÉCONOMIE SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économie sociale, progrès social et utilité sociale

L'économie sociale est née au xixe siècle d'une volonté de progrès social. À ce titre, elle est porteuse d'un projet politique et se présente comme une alternative, globale ou très partielle, institutionnalisée ou non, au système économique dominant.

Gide, dans son programme de « République coopérative » qu'il expose en 1889, assigne ainsi à la coopération un rôle de transformation sociale à travers une réorganisation de la société sur une base coopérative devant conduire à l'abolition du salariat et à l'émancipation sociale. Le projet ne se réalisera pas, mais il inspirera tant le socialisme de Jean Jaurès, qui considère la coopération comme un « élément nécessaire à la transformation sociale » et crée en 1895 la Bourse coopérative, que le solidarisme de Léon Bourgeois, qui marque, au milieu des années 1890, un tournant dans la réflexion sur la solidarité. Pour autant, il faut reconnaître que, depuis la fin du xixe siècle, la place accordée à l'économie sociale au sein de la pensée économique et, plus largement, dans les grands débats théoriques, intellectuels et politiques est finalement demeurée assez marginale.

À la fin des années 1980, l'effondrement des systèmes collectivistes et le constat que le système capitaliste libéral ne parvient pas à éradiquer durablement la question de la pauvreté et de l'injustice sociale ont donné une nouvelle légitimité à une possible « troisième voie ». Émerge également, dans le sillage du rapport Meadows (1972) dénonçant les dangers de la croissance économique pour l'environnement, une remise en cause, timide mais grandissante, des modèles de développement dominants et un regain d'intérêt pour le small is beautiful et pour un modèle économique davantage centré sur le local et respectueux de l'environnement.

Des initiatives nouvelles germent alors dans différents domaines et se positionnent comme représentant une « autre économie ». Ce mouvement très disparate, peu organisé, s'appuie notamment sur une double critique : une critique du modèle capitaliste et de la société de consommation, d'une part ; une critique du service public, d'autre part, qui est accusé de favoriser l'inertie et le clientélisme électoral. Cette double critique amène à valoriser la capacité d'innovation sociale et la souplesse d'initiatives locales, participatives, quelquefois autogérées, émanant le plus souvent de la société civile. Elle s'inspire, notamment, des réflexions que diffusent des philosophes comme Ivan Illich ou André Gorz ou des sociologues s'inscrivant, comme Henri Lefebvre ou Jean Baudrillard, dans le prolongement des travaux de l'école de Francfort (Adorno, Marcuse...).

On parle d'abord d'économie alternative pour valoriser ces initiatives, relativement marginales, qui émanent pour la plupart de petits groupes de citoyens, qu'ils soient salariés, consommateurs, usagers... Les plus emblématiques sont les premières expériences de commerce équitable ou de coopératives de produits biologiques dans les années 1970, la création des clubs d'investisseurs pour une gestion alternative et locale de l'épargne solidaire (Cigales) ou l'apparition des systèmes d'échanges locaux (S.E.L.) dans les années 1980.

L'économie solidaire va se développer à partir des années 1980 dans ce contexte, auquel s'ajoute le constat d'une « crise de l'État-providence » à laquelle Pierre Rosanvallon donne en 1981 un large écho. L'émergence croissante de demandes sociales non satisfaites par les institutions traditionnelles que sont l'État et la famille contribue au développement de nombreux services, appelés d'abord services de proximité, puis, plus récemment, services à la personne.

Le concept d'économie solidaire est formalisé sur la plan théorique par le sociologue Jean-Louis Laville, qui souligne notamment que l'économie solidaire s'inscrit dans le cadre explicatif proposé par Polanyi au milieu du xxe siècle, en illustrant le fait que « le marché est l'une des composantes des comportements et des activités économiques qui, tout en étant une composante majeure, n'est en rien la composante unique ». L'influence croissante des Verts dans le champ politique apporte ensuite à cette vision une reconnaissance institution [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université du Mans

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE SOCIALE  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des enjeux économiques »  : […] Sur le plan économique, les agricultures urbaines impliquent des formes de commercialisation originales et des investissements importants en travail et souvent en capital. Ces derniers peuvent être de type conventionnel ou de type start-up – faisant appel à du capital - risque extérieur au monde agricole . Localement, des apports de financement relevant de l’économie sociale ou solidair […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « Les régimes dérogatoires »  : […] Toutefois, par dérogation, les pouvoirs publics peuvent instituer unilatéralement des associations obligatoires soumises en principe à la loi de 1901 mais dont les modalités d'organisation et de fonctionnement, fixées impérativement par la loi, ne suivent guère les schémas traditionnels. Tel est le cas de l'association sportive, créée par la loi du 16 juillet 1984 dans tous les établissements du s […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une approche holistique, systémique et multiéchelles »  : […] L’économie circulaire implique ainsi d’entrer dans une logique de cycle de vie complet du produit : depuis l’écoconception, avec des entreprises qui s'approvisionnent en matériaux recyclés ou qui refabriquent à partir de produits en fin de vie, en passant par l'accès, avec des modèles de location dans l’industrie automobile ou spatiale, et jusqu’au recyclage de produits en fin de vie pour utilise […] Lire la suite

GIDE CHARLES (1847-1932)

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 765 mots

Charles Gide est né le 29 juin 1847 à Uzès (Gard). Selon la tradition familiale – mais contre ses goûts – il fait des études de droit à Paris où son frère Paul – le père d'André Gide – était professeur, et soutient en 1872 une thèse sur La liberté d'association en matière religieuse . En 1874, il réussit l'agrégation mais, peu attiré par le droit, choisit d'enseigner l'économie politique que l'on […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le métier d’imprimeur  »  : […] Les entreprises sont souvent familiales. Ainsi, les Didot ont donné leur nom à un caractère de typographie. Cette grande famille d’imprimeurs fut aussi libraire, graveur, fondeur de caractères et papetier. Elle débute au xviii e et s’arrête au xx e  siècle. À chaque génération, un fils a poursuivi l’œuvre de ses ancêtres. Ils sont les imprimeurs privilégiés des rois et des institutions comme le S […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les enquêtes sociales »  : […] Cette réflexion théorique a un pendant empirique : les « enquêtes sociales », dont les premières sont mises en œuvre en Angleterre dès la fin du xviii e  siècle, alors que l'industrialisation et l'exode rural font apparaître un paupérisme urbain. En France, l'essor des enquêtes sociales doit beaucoup à l'Académie des sciences morales et politiques, créée par François Guizot en 1832 pour fournir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-23 août 2021 Tunisie. Prolongation de l'état d'exception.

Le 2, le président Kaïs Saïed, qui a limogé le Premier ministre, suspendu les travaux du Parlement et écarté deux ministres en juillet, remplace les ministres de l’Économie et des Technologies de communication par de hauts fonctionnaires. Le 3, le puissant syndicat de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle le chef de l’État à mettre en place un « gouvernement de sauvetage réduit et harmonieux » afin de ne pas « rendre difficile la sortie de crise sociale et économique ». […] Lire la suite

4 octobre 2020 Église catholique. Publication de l'encyclique Fratelli tutti.

Le pape François publie l’encyclique Fratelli tutti, consacrée à « la fraternité et l’amitié sociale », qui traite de tous les aspects de la mondialisation. Appelant à « faire renaître un désir universel d’humanité », François dénonce les « nationalismes étriqués », les effets néfastes des réseaux sociaux et de l’information numérique sur les relations humaines, le populisme qui « instrumentalise politiquement la culture du peuple », tout comme le « libéralisme individualiste » et la « notion magique » du ruissellement en économie. […] Lire la suite

15-29 avril 2020 Allemagne. Annonce d'un plan de sortie du dispositif de prévention de l'épidémie de Covid-19.

Le 29, le ministre de l’Économie Peter Altmaier annonce une contraction probable du PIB de 6,3 p. 100 en 2020. […] Lire la suite

9-29 mars 2020 États-Unis. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 27, le Congrès adopte un plan de sauvetage de l’économie de quelque 2 000 milliards de dollars (1 845 milliards d’euros). Celui-ci prévoit notamment des garanties de crédit pour les entreprises, des aides directes aux ménages modestes et une hausse des indemnités chômage. Au cours des deux dernières semaines du mois, quelque dix millions de chômeurs, pour une partie d’entre eux mis à pied temporairement par leur entreprise, s’inscrivent pour toucher des indemnités. […] Lire la suite

21 février 2020 Suisse. Bilan de l'opération Papyrus à Genève.

Trois ans après le lancement de l’opération Papyrus, qui s’est achevée fin décembre 2019, le Conseil d’État genevois tire un bilan positif de cette initiative qui visait à faciliter la régularisation des immigrés clandestins, qui travaillent majoritairement dans l’économie domestique. Deux mille trois cent quatre-vingt-dix personnes ont été régularisées – sept cent quarante attendent encore une décision. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric BIDET, « ÉCONOMIE SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/