ÉCONOMIE MONDIALE1990 : de l'euphorie à la crainte

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nouvelle crise pétrolière

Tel était le climat lorsque éclata brutalement, le 2 août 1990, la nouvelle crise du Moyen-Orient ; l'annexion du Koweït par l'Irak et l'état de guerre qui s'ensuivit devaient profondément secouer l'univers, sans que l'on pût, sur le moment, en évaluer toutes les conséquences, ni même estimer l'ampleur véritable du séisme.

Il était clair toutefois que le climat d'euphorie du premier semestre était vite oublié : les États-Unis se lançaient dans un effort de guerre sans précédent depuis la Corée et l'Indochine et les Bourses mondiales enregistraient une chute qui rappelait le krach d'octobre 1987. Le prix du baril de pétrole augmentait très vite de près de 30 p. 100 et des inquiétudes se manifestaient quant à la pérennité des approvisionnements pétroliers dans le moyen terme. L'élan des investisseurs semblait brisé, ne serait-ce que par l'anéantissement des espoirs concernant la baisse des taux d'intérêt, amorcée timidement au début de l'été.

Par la faute d'un dictateur irakien pratiquant la prise d'otages à grande échelle, le monde entrait à nouveau dans une phase de fortes turbulences, dont personne n'était capable de prédire l'ampleur ni la durée. L'ébranlement était profond, risquant même d'introduire de nouveaux désaccords entre Européens.

Reste qu'une page essentielle était tournée et que s'offraient, par-delà les circonstances angoissantes du moment, de solides motifs d'espérance. En effet, pour la première fois, l'O.N.U. jouait véritablement son rôle, en décidant à l'unanimité l'embargo contre l'agresseur irakien. Pour la première fois également, l'Union soviétique adoptait, dans le concert des nations, une attitude constructive. Un dialogue confiant était rétabli entre les deux Grands, le Royaume-Uni et la France apportant leur contribution à la consolidation de ce climat nouveau comme à la protection des pays modérés du Moyen-Orient. Enfin, les économies industrialisées paraissaient beaucoup moins vulnérables à cette crise pétrolière qu'elles ne l'avaient été lors des deux premiers chocs ; la situation était d'ailleurs si différente que la plupart des observateurs s'accordaient pour refuser de la considérer, sauf accident majeur, comme un « troisième choc pétrolier ».

L'expérience des quinze dernières années est, en effet, plutôt rassurante : malgré les deux chocs pétroliers, les pays industrialisés n'ont-ils pas accru leur richesse, dans l'ensemble, de plus de 25 p 100 ? Beaucoup moins dépendantes du pétrole qu'elles ne l'étaient quinze années plus tôt, les économies occidentale et japonaise affrontaient en outre cette nouvelle crise dans un contexte beaucoup plus sain : tendances inflationnistes mieux maîtrisées, activité industrielle modérée, stabilité mieux assurée des marchés financiers grâce notamment aux progrès de la concertation internationale.

Celle-ci devait se prolonger, comme en chaque début d'automne, par les réunions du F.M.I. à Washington, où les ministres procédaient à leurs discussions habituelles dans un climat d'attentisme inquiet, redoutant à la fois l'inflation et la récession sur les marchés financiers : la rentrée s'est en effet accomplie sous le signe d'une faiblesse persistante du dollar, jugée excessive et dangereuse, même si elle allège pour l'Europe les effets pernicieux de la hausse du prix du pétrole. De leur côté, les pays membres de la Communauté européenne avaient à préparer l'étape décisive qu'ils se sont fixée, à savoir les deux conférences intergouvernementales, l'une sur l'union monétaire, convoquée pour le 14 décembre, et l'autre sur l'union politique, convoquée pour le 15 décembre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Écrit par :

  • : directeur de cabinet du président du Conseil économique et social.

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis PARANQUE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1990-de-l-euphorie-a-la-crainte/