ÉCONOMIE MONDIALE1990 : de l'euphorie à la crainte

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le triomphe modeste du moins mauvais des mondes

Année bouleversée par le coup de force de Saddam Hussein, 1990 a montré que la fin du marxisme et le retour entrevu de l'U.R.S.S. dans le camp occidental ne suffisaient pas à garantir la paix et la tranquillité. On avait un peu trop vite parlé de la fin de l'histoire et de la mort des idéologies, oubliant que les peuples, surtout lorsqu'ils sont pauvres, ont besoin d'idéologie : faute de mieux, le fanatisme religieux ou l'aventurisme politique sont toujours prêts à renaître et à occuper le vide de la pensée pour entraîner les peuples.

Le pragmatisme, la tolérance et l'humanisme, en revient-on à penser en 1990, ont du mal à être reconnus comme les seules vraies valeurs de toute civilisation : ils n'offrent pas le confort d'un système et exigent de l'individu responsabilité et remise en cause permanente. L'attrait des systèmes, si justement dénoncé au début du xxe siècle par le philosophe Alain, n'a sans doute pas fini d'exercer ses ravages. En témoignent la difficulté qu'éprouvent les meilleurs esprits à retrouver leurs marques entre capitalisme et socialisme et la gêne qu'ils ont à débattre d'une « troisième voie ». Oubliant trop souvent que Marx avait conclu son œuvre en affirmant : « Je ne suis par marxiste », les uns se jettent dans le capitalisme et le culte du marché avec le même esprit de système que celui qu'ils avaient mis à défendre leurs précédentes idoles ; d'autres ne veulent ou ne peuvent pas comprendre que, pour survivre, le capitalisme a besoin de mouvement et de remise en cause.

C'est d'une trop rare modestie que fait preuve l'économiste américain Herbert Stein, qui, ancien conseiller des présidents conservateurs Nixon et Reagan, souligne, au printemps de 1990 (« The Triumph of the adaptative society », in The American Economist), que le New Deal de Roosevelt, tant décrié à l'époque par la droite américaine, a profondément transformé le capitalisme américain. Il montre que Richard Nixon a, en fait, continué d'agir dans la même voie, bien que se réclamant d'une pensée politique adverse, et que « l'essentiel de ce qu'il est advenu de l'économie américaine dans les années Kennedy, Johnson, Nixon subsiste » ; si le capitalisme a triomphé, ajoute-t-il, « c'est un capitalisme qui a autant été transformé dans ces années-là que dans les années Roosevelt ». Ce qui l'a donc emporté, selon Herbert Stein, c'est « le monde industriel non communiste, de Singapour à la Suède, avec son extrême diversité » : des dépenses gouvernementales qui atteignent 60 p. 100 du P.N.B. en Suède, contre 17 p. 100 au Japon ; des transferts sociaux proches de 30 p. 100 aux Pays-Bas, et inférieurs de moitié aux États-Unis ; un niveau de contrôle de l'économie beaucoup plus élevé en fait au Japon que dans la plupart des autres pays capitalistes. Ce qui l'a donc emporté, commente l'économiste français Michel Beaud dans le prolongement de la pensée d'Herbert Stein (« Le Moins Mauvais des Mondes ? », in Le Monde du 21 août 1990), « c'est un ensemble complexe de libre entreprise, d'économie de bien-être social, de gestion de la stabilité et de réglementation, le tout dans une atmosphère irremplaçable de liberté ». Mais les libéraux purs et durs répugneront toujours à admettre qu'il s'agit là d'un capitalisme largement mâtiné d'interventionnisme et de social-démocratie, autrement dit, fortement pragmatique.

Ce qui a perdu les économies collectivistes, c'est principalement leur rigidité, leur incapacité à évoluer, à intégrer toute mutation. On est loin des doctrinaires de l'un ou de l'autre des deux systèmes, fussent-ils qualifiés de « nouveaux ». Comme l'indique l'ancien conseiller des présidents américains républicains, c'est une société adaptative, mobile, qui, au seuil des années 1990, alors que grandissent les menaces et croissent les incertitudes, apparaît comme le moins mauvais des mondes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Écrit par :

  • : directeur de cabinet du président du Conseil économique et social.

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis PARANQUE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1990-de-l-euphorie-a-la-crainte/