ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Marché au poissons, Tōkyō

Marché au poissons, Tōkyō
Crédits : AFP/ Getty

photographie

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Réserve de biosphère du mont Ventoux

Réserve de biosphère du mont Ventoux
Crédits : P. Aguilar/ SMAEMV

photographie

Agriculture : révolutions verte et doublement verte

Agriculture : révolutions verte et doublement verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


La biodiversité ébranlée

Tissu vivant de la planète, la biodiversité est constituée d'un réseau de millions d'espèces en interaction directe ou indirecte. L'homme fait partie intégrante de ce réseau ; il en dépend et, surtout, le menace : morcellement et dégradation des écosystèmes et des paysages, pollution des eaux et des sols, propagation d'espèces exotiques qui deviennent envahissantes, surexploitation des populations d'espèces ressources et changements climatiques. Autant de facteurs qui conduisent à une érosion accélérée de la biodiversité. On parle de sixième extinction en masse. Les cinq premières, reconnues par les paléontologues au cours de ces 700 derniers millions d'années, ont fait disparaître, à chaque fois, de 70 à 95 p. 100 des faunes et flores de ces lointaines époques. Mais ces crises biologiques s'étalaient sur des centaines de milliers d'années, voire des millions d'années.

Marché au poissons, Tōkyō

Marché au poissons, Tōkyō

Photographie

Le marché aux poissons de Tsukiji à Tōkyō (Japon), où passent chaque jour quelque 2 000 tonnes de produits de la mer. Dans les océans, les stocks de thons et autres grandes espèces s'effondrent, et c'est tout l'écosystème marin qui est ébranlé. 

Crédits : AFP/ Getty

Afficher

Bien différente est la crise actuelle, provoquée par le succès démesuré et les excès d'une seule espèce, Homo sapiens, et non par quelques cataclysmes géologiques (éruptions volcaniques de grande ampleur par exemple) ou astronomiques (impacts d'astéroïdes). Une crise qui accompagne l'homme et s'apprécie à l'échelle des décennies antérieures et du siècle en cours, ce qui est bien loin des milliers de siècles évoqués pour les extinctions précédentes. Les taux d'extinction des espèces animales et végétales actuels sont de l'ordre de 100 à 1 000 fois supérieurs aux taux moyens « naturels » estimés pour des groupes comparables à partir des registres fossiles. Les pertes concernent plus ou moins tous les groupes et toutes les régions avec cependant des pics dans quelques cas particuliers – primates dans les pays tropicaux et espèces des milieux d'eau douce, par exemple. Des quelque mille cas d'extinctions historiques recensés, la plus grande part touche les milieux insulaires. Actuellement et pour les décennies à venir, les espèces les plus exposées sont celles qui sont inféodées à des habitats menacé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert BARBAULT, « ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/