Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

L'écologie, foyer d'effervescence scientifique

Science du xxie siècle par excellence, l'écologie connaît, dans la mouvance évoquée ci-dessus, un renouveau sans précédent. De nouveaux champs de recherche s'ouvrent, souvent à l'interface de plusieurs disciplines, tandis que de nouvelles disciplines s'affirment pour mieux répondre aux défis de la planète Terre.

Résumer une telle effervescence – et qui plus est une effervescence en cours, non encore stabilisée – est un exercice risqué dans lequel il est difficile de faire la part de l'objectif et du subjectif, de ce qui est acquis et de ce qui est projeté. Mais c'est déjà, en soi, la preuve qu'une dynamique profonde est amorcée. Pour l'illustrer, on insistera sur les cristallisations qui s'inscrivent implicitement ou explicitement dans la perspective d'une réconciliation de l'homme avec la nature, parce que là en est le moteur. Trois de ces foyers de renouveau sont évoqués ici :

– Le premier, marqué par un tel objectif, regroupe divers courants touchant à un même champ scientifique et opérationnel, celui de la sauvegarde de la biodiversité, c'est-à-dire du vivant dans toute sa diversité. Qu'on l'appelle aujourd'hui biodiversité et non plus nature ne change rien au problème, à ceci près, et ce n'est pas rien, que beaucoup y réintroduisent l'homme et les cultures.

– Un deuxième foyer peut être identifié dans ce qui touche à la transformation de la nature. Agir sur la nature, c'est ainsi qu'est née l'agriculture. Coopération avec elle d'abord, il y a quelque dix mille ans : la domestication de bovins, caprins, ovins, porcins, chevaux, poules, dindons... comme de diverses graminées relève en effet de la coopération (Barbault, 2006). Avec le développement de l'agronomie et les succès de la révolution industrielle, des distances de plus en plus grandes ont été prises avec la nature dite sauvage au point d'aboutir, après la Seconde Guerre mondiale, à son rejet total sous le règne de l'agro-industrie. Deux mouvements se dessinent clairement désormais : l'ingénierie écologique, clairement constituée en science, et les agricultures vertes, qui pourraient se réclamer de l'écologie.

– Un troisième foyer novateur – un quatrième si l'on entend entériner la divergence décrite ci-dessus dans le champ des « transformateurs de la nature », quoique tous deux visent à sa réappropriation – est celui de l'écomédecine.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Pour citer cet article

Robert BARBAULT. ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Marché au poissons, Tōkyō - crédits : Glowimages/ Getty Images

Marché au poissons, Tōkyō

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire - crédits : P. Poilecot/ CIRAD

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Réserve de biosphère du mont Ventoux - crédits : P. Aguilar/ SMAEMV

Réserve de biosphère du mont Ventoux

Voir aussi