ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Marché au poissons, Tōkyō

Marché au poissons, Tōkyō
Crédits : AFP/ Getty

photographie

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Réserve de biosphère du mont Ventoux

Réserve de biosphère du mont Ventoux
Crédits : P. Aguilar/ SMAEMV

photographie

Agriculture : révolutions verte et doublement verte

Agriculture : révolutions verte et doublement verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Vers une écologie de la santé

Pour terminer, un troisième foyer de cristallisation que symbolise au mieux le terme écomédecine est l'écologie de la santé. De fait, la prise en compte des changements environnementaux et de leurs conséquences sur la santé humaine a ouvert de nouvelles perspectives tant pour l'épidémiologie et la médecine que pour l'écologie. Pour caractériser cette rupture, l'écologue français Jean-François Guégan et ses collègues (2007) en appellent au recours à un nouvel instrument d'exploration, complémentaire du classique microscope : le macroscope (concept créé par Joël de Rosnay). Il s'agit, en effet, de baser l'analyse des problèmes de santé sur une approche plus large, globale, écologique pour tout dire. L'écologie de la santé est née, nous annoncent-ils. À tout le moins, c'est une nouvelle façon de penser qui s'impose, baptisée conservation medecine dans les pays anglophones et que Jean-François Guégan préfère appeler écomédecine. L'originalité de cette école de pensée est d'élargir le champ d'analyse, classiquement centré sur la santé humaine, pour considérer à la fois les modifications des écosystèmes, les problèmes de pathologie animale et la santé humaine, avec toutes leurs interactions directes et indirectes (fig. 4). On sait en effet que de très nombreuses maladies infectieuses, notamment celles qui dépendent d'un vecteur animal (tique, mouche tsé-tsé, moustique) pour être transmises ou d'un réservoir (population de rongeurs, animal domestique) pour être maintenues présentes, sont aussi tributaires des conditions environnementales qui influencent leurs vecteurs et réservoirs. Il suffit de conditions météorologiques (fortes pluies) ou écologiques (transformation des paysages, déforestation, élimination d'un prédateur) favorables pour que telle ou telle espèce de rongeurs se mette à pulluler et déclencher, au contact de populations humaines, une épidémie de fièvre à hantavirus comme c'est le cas fréquemment en Amérique du Sud. Ailleurs, à la suite [...]

Moustique Aedes albopictus

Moustique Aedes albopictus

Photographie

Accroissement des transports, changements climatiques... autant de facteurs qui multiplient les risques de propagation d'agents et de vecteurs de maladies, tel le moustique Aedes albopictus, vecteur du chikungunya, fièvre tropicale qui a frappé l'île de La Réunion en 2005-2006, mais aussi... 

Crédits : IMAZ PRESS/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Pour citer l’article

Robert BARBAULT, « ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/