ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une science citoyenne

Entre une science qui, aveugle sur ce qui l'entoure, se cantonne dans sa tour d'ivoire et une science folle qui confond mobilisation d'un savoir et décision politique, n'y a-t-il pas la place pour ce que l'on appelle aujourd'hui la science participative ou science citoyenne (Irwin, 1995) ? Né aux États-Unis dans les années 1970, dans la mouvance de l'action politique d'environnementalistes tels que Ralph Nader, ce concept rassemble des efforts partagés de recherche, de sensibilisation, d'éducation et d'action associant scientifiques et citoyens « ordinaires », avec un objectif commun plus ou moins explicite : contribuer au bien-être collectif des générations présentes et à venir.

Interpellés par une société civile ou des États confrontés à des défis environnementaux de plus en plus pressants, tenus d'accompagner les services gouvernementaux dans leurs engagements nationaux ou internationaux plus ou moins contraignants – convention sur la diversité biologique, Natura 2000, stratégies de développement durables... –, les écologues, comme leurs homologues climatologues impliqués dans le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ; en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change), sont invités, en tant que scientifiques, à un engagement de type citoyen. Cette mutation vers une science citoyenne, l'écologie l'a accomplie dans les dernières décennies du xxe siècle : la Sustainable Biosphere Initiative, en 1991, en a marqué la prise de conscience collective et le Millennium Ecosystem Assessment en fut, indirectement, la première manifestation de grande ampleur

Parallèlement à cette évolution et avec le besoin pressant d'indicateurs écologiques et de suivis à long terme – tant pour mesurer les changements qui se produisent que pour évaluer les politiques publiques mises en place –, on assiste à un rapprochement construit entre communautés de chercheurs et communautés de citoyens dans lequel les ONG telles que la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), la FNE (France Nature Environnement), l'UICN (Union mondiale pour la nature), le WWF (Fonds mondial pour la nature) ou la fondation Nicolas Hulot ont joué et continuent de jouer un rôle incitatif majeur. En France, le Grenelle de l'environnement (2007), qui a impliqué tous les acteurs de la société dans un plan d'action pour un environnement durable, en est l'expression la plus évidente.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Marché au poissons, Tōkyō

Marché au poissons, Tōkyō
Crédits : Glowimages/ Getty Images

photographie

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire

Déforestation à Guiroutou, Côte d'Ivoire
Crédits : P. Poilecot/ CIRAD

photographie

Réserve de biosphère du mont Ventoux

Réserve de biosphère du mont Ventoux
Crédits : P. Aguilar/ SMAEMV

photographie

Agriculture : révolutions verte et doublement verte

Agriculture : révolutions verte et doublement verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Les derniers événements

10-23 juillet 2019 France. Démission du ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy.

Tandis que Mediapart affirme que les invités appartenaient au cercle amical de l’épouse du ministre, journaliste au magazine Gala, le cabinet de celui-ci évoque des « rencontres informelles avec des acteurs de la société civile ». Le 11, François de Rugy limoge sa directrice de cabinet Nicole Klein, accusée la veille par Mediapart d’occuper à Paris un logement HLM. […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 1er, la direction d'Europe Écologie-Les Verts décide, contre l'avis de la majorité de ses parlementaires, de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls, nommé Premier ministre le 31 mars. Le 2, la composition du gouvernement est annoncée. Sur les seize ministres, seuls deux ne faisaient pas partie du gouvernement précédent: Ségolène Royal, nommée à l'Écologie, au Développement durable et à l'Énergie, et François Rebsamen, au Travail, à l'Emploi et au Dialogue social. […] Lire la suite

12-21 mars 2010 France. Victoire de la gauche aux élections régionales

Les listes Europe Écologie, qui regroupent les Verts, la Fédération régions et peuples solidaires, des membres d'associations écologistes et diverses personnalités politiques ou de la société civile, recueillent 12,2 p. 100 des voix; celles du Front national 11,4 p. 100; celles du Front de gauche, qui réunit notamment le Parti communiste et le Parti de gauche, 5,8 p. […] Lire la suite

5-6 février 1994 France. Assises de la transformation sociale à l'initiative du Parti socialiste

Jean-Pierre Chevènement, qui préside le Mouvement des citoyens, et Brice Lalonde, dirigeant de Génération écologie, en sont les deux principaux absents.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BARBAULT, « ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/