HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le socialisme de la Chaire

La révolution de 1848 marque une rupture sensible en Allemagne d'où va naître la seconde école historique, dont les membres les plus importants sont Gustav Schmoller (1838-1917) et Adolf Wagner (1835-1917). L'un et l'autre s'opposent non seulement aux idées néo-classiques, qui pour eux prennent la forme des idées autrichiennes, mais aussi à la montée en puissance du socialisme collectiviste. Knies était politiquement libéral, Wagner insiste sur les vertus de l'autorité de l'État et se définit comme un « socialiste de la chaire », intellectuel engagé dans le refus tant de l'automatisme du marché que du marxisme.

Continuité théorique, la seconde école reste protectionniste. Devenue une entité politique puissante après 1871, l'Allemagne prétend devenir la rivale économique de la Grande-Bretagne. Pour cela, il ne faut pas se perdre dans les raisonnements abstraits des économistes de Vienne comme Carl Menger ou Eugen von Böhm-Bawerk, mais définir en collant au plus près à la réalité une politique économique offensive, qui passe entre autres par la protection du marché intérieur.

Schmoller se concentre sur des travaux d'analyse de séries statistiques, qui à la longue se révèlent trop détaillés pour permettre l'expression concrète d'une politique économique. Néanmoins, il s'investit dans la vie politique, de même que Wagner qui conseille Bismarck. Wagner soutient que la croissance crée un sentiment d'inégalité et donc des frustrations sociales qui appellent une intervention de l'État. D'où la « loi de Wagner », selon laquelle le poids des dépenses publiques dans la production ne peut qu'augmenter avec le temps.

Les tenants de l'école historique allemande apportent leur soutien aux thèses hégémoniques du pangermanisme. La défaite de 1918 amorce le déclin de l'école et, après 1945, plus aucun économiste allemand ne s'inscrira dans cette logique intellectuelle.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE  » est également traité dans :

BÜCHER KARL (1847-1930)

  • Écrit par 
  • Raymond ECHES
  •  • 286 mots

Professeur d'économie politique à Dorpat, à Munich, à Bâle, à Karlsruhe et à Leipzig, Karl Bücher fut un des principaux animateurs de l'école historique d'économie politique nationale. Il fonda et dirigea, à Leipzig, l'important institut pour l'étude de la presse. Il est considéré comme le chef de cette école d'histoire de l'économie politique qui introduisit le point de vue évolutionniste dans l' […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Les méthodes de la connaissance économique »  : […] Les trois thèmes qui viennent d'être évoqués, bien loin de se contredire, se complètent et s'enrichissent. Il reste à exposer comment ils ont été effectivement mis en œuvre. Sur le terrain des méthodes, deux grandes familles d'esprits se sont opposées et ne cesseront de s'opposer. Il y a ceux qui raisonnent et ceux qui observent, les « déducteurs » et les « inducteurs ». Connaissance rationnelle […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économique, c'est la sociologie – ses concepts et ses méthod […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'institutionnalisme  »  : […] La théorie néoclassique n'a pas remplacé la théorie classique sans difficulté, notamment en dehors de l'Angleterre. En Allemagne, l'école historique souligne les dimensions institutionnelle, politique et sociale des phénomènes économiques. Plutôt que privilégier la notion d'équilibre, l'analyse s'attache à analyser les évolutions des comportements, dynamiques et structures économiques. Introduite […] Lire la suite

HILDEBRAND BRUNO (1812-1878)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 156 mots

D'abord étudiant en théologie, puis professeur en sciences politiques à Breslau et à Marburg, Bruno Hildebrand fut aussi directeur du bureau statistique de Thuringe et fondateur du périodique Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik . Dans son principal ouvrage, Die Nationalökonomie der Gegenwart und Zukunft , 1848 ( L'Économie nationale du présent et de l'avenir ), il critique les lois natur […] Lire la suite

IDÉALTYPE, IDÉAL TYPE ou TYPE IDÉAL

  • Écrit par 
  • Catherine COLLIOT-THÉLÈNE
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Les constructions abstraites et le réel »  : […] Parmi les exemples privilégiés que Weber mentionne pour illustrer la procédure de la schématisation idéaltypique, on retiendra celui de la « théorie abstraite de l'économie », c'est-à-dire l'économie marginaliste. C'est en effet la querelle connue sous le nom de Methodenstreit (conflit des méthodes) –  qui avait vu s'opposer à la fin du xix e  siècle l'Autrichien Carl Menger, un des fondateurs d […] Lire la suite

LIST FRIEDRICH (1789-1846)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 441 mots

Né à Reutlingen, Friedrich List est tour à tour professeur à Tübingen, journaliste, député, proscrit, incarcéré, expatrié aux États-Unis. Ses idées sont exprimées dans son principal ouvrage, Système national d'économie politique ( Das nationale System der politischen Ökonomie , 1840), considéré comme l'inspirateur du nationalisme économique et de l'école historique allemande. Fondateur d'une asso […] Lire la suite

SAVIGNY FRIEDRICH KARL VON (1779-1861)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Enseignant le droit romain à l'université de Marburg, Savigny s'impose par ses qualités de juriste dès la publication de son ouvrage Le Droit de la possession ( Das Recht des Besitzes , 1803). En 1808, il est nommé professeur à l'université de Landshut et, en 1810, il est appelé à inaugurer la chaire de droit romain à l'université de Berlin où il enseignera jusqu'à sa mort. Il fonde en 1815 la R […] Lire la suite

SCHMOLLER GUSTAV (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 315 mots

Chef incontesté de la jeune école historique allemande, professeur aux universités de Halle, de Strasbourg et de Berlin, Gustav Schmoller fut membre du Conseil d'État de la Prusse et fondateur de l'Association pour une politique sociale (Verein für Sozialpolitik) ; il a été l'un de ces socialistes de la chaire, nombreux durant l'époque bismarckienne, qui, opposés au libéralisme des marginalistes, […] Lire la suite

SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 360 mots

Dans le chapitre « Pour une sociologie économique scientifique »  : […] Né le 18 avril 1873 à Gières (Isère), fils d’instituteur, agrégé de philosophie (1896) et docteur en droit ( Le S alaire des ouvriers des mines de charbon en France. Contribution à la théorie économique du salaire , 1904, thèse remaniée en 1907), expert en statistiques, François Simiand veut appliquer à l’étude des phénomènes économiques les principes d’analyse des faits sociaux énoncés par Durkh […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-historique-allemande/