NANCY ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lampe de table rhododendron, É. Gallé

Lampe de table rhododendron, É. Gallé
Crédits : Sotheby's/ AKG

photographie

La Girandole Coloquintes, É. Gallé

La Girandole Coloquintes, É. Gallé
Crédits : C. Philippot/ Musée de l'Ecole de Nancy

photographie

Salle à manger Masson, E. Vallin

Salle à manger Masson, E. Vallin
Crédits : Studio Image/ Musée de l'Ecole de Nancy

photographie


L'architecture

Au contraire de la plupart des centres de développement de l'Art nouveau, l'architecture ne fut pas à l'origine du mouvement nancéien. En effet, il faut attendre 1901 et la réalisation de la villa Majorelle pour que l'architecture emprunte la voie tracée par les arts décoratifs. Conçue pour l'ébéniste nancéien par le jeune architecte parisien Henri Sauvage (1873-1932), cette villa se caractérise par l'abandon de la symétrie traditionnelle au profit de la juxtaposition de volumes percés de fenêtres de formes et de tailles variées révélant à l'extérieur les différentes fonctions de l'habitation. Pour mener à bien cette réalisation exceptionnelle, l'architecte s'entoura d'une équipe d'artistes nancéiens (Prouvé, Gruber) et parisiens (Francis Jourdain, Alexandre Bigot). Commandés par une clientèle bourgeoise acquise à l'esthétique Art nouveau, maisons de villes, villas et immeubles de rapport de style moderne furent construits en grand nombre à Nancy dans la première décennie du xxe siècle. Alors que l'architecture de Lucien Weissenburger (1860-1929) affiche un décor Art nouveau exubérant, d'autres réalisations font montre de plus de sobriété et de recherches spatiales innovantes comme certaines des œuvres les plus intéressantes d'Émile André (1871-1933) (villa du peintre Lejeune, 1902, ou immeuble France-Lanord, 1904). Lancé en 1901, le projet de créer à Nancy une cité-jardin, le Parc de Saurupt, qui aurait pu être le cadre privilégié d'expression de l'architecture Art nouveau tourna court faute de clients, et seules six villas furent réalisées. À côté de cette architecture domestique, de nombreux édifices commerciaux contribuèrent à diffuser l'esthétique à la mode dans les rues de Nancy. Si les magasins Vaxelaire d'André et les magasins Réunis de Weissenburger ont été partiellement ou entièrement détruits, la brasserie l'Excelsior, avec son exceptionnel décor de fougères animant la voûte de la salle de restaurant, ou les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : maître de conférence en histoire de l'art contemporain, université de Strasbourg

Classification


Autres références

«  NANCY ÉCOLE DE  » est également traité dans :

NANCY ET L'ART NOUVEAU (exposition)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 935 mots

De nombreuses manifestations ont, en 1999, salué le centenaire de l'École de Nancy, dans la ville et la région qui l'ont vue naître. Plus qu'un événement précis, c'est une « période » que l'on a voulu célébrer, celle de l'« éclosion d'un style dans les années 1880-1890 », comme l'a expliqué François Loyer, commissaire général des expositions.Cette cél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nancy-et-l-art-nouveau/#i_92472

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'École de Nancy »  : […] L'Art nouveau à Nancy structure l'identité lorraine. La défaite française de Sedan avait fait de Nancy une ville frontière qui accueillit un afflux de population fuyant l'Occupation allemande. Très jeune, Émile Gallé (1846-1904) exécute des dessins de décor pour la firme de son père, spécialisée dans les arts de la table. Il sera d'abord initié aux techniques de la faïence et propose des interpr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_92472

GALLÉ ÉMILE (1846-1904)

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 473 mots
  •  • 2 médias

Né à Nancy où son père possédait une gobeleterie, Émile Gallé fonde une école d'art appliqué à l'industrie, célèbre sous le nom d'École de Nancy, qui a joué un rôle prépondérant dans la diffusion du « style 1900 ». De 1862 à 1866, Émile Gallé séjourne en Allemagne et fait son apprentissage de verrier dans les fabriques de Meisenthal. En 1870, il collabore à la réorganisation de la faïencerie de Sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-galle/#i_92472

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « L'apprentissage »  : […] Né le 8 avril 1901 à Paris, Jean Prouvé passe son enfance à Nancy dans un milieu intellectuel et artistique imprégné d'idées réformatrices. Son père, Victor Prouvé, et son parrain, Émile Gallé, ont fait de la capitale lorraine l'un des hauts lieux du rapprochement de l'art et de l'industrie. Pour ces protagonistes du mouvement Art nouveau, la pensée créatrice, quel que soit son domaine, doit s'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouve/#i_92472

PROUVÉ VICTOR (1858-1943)

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 303 mots

Artiste polyvalent, Victor Prouvé a pratiqué toutes les techniques ; il fut peintre, graveur, sculpteur et décorateur. Originaire de Nancy, ses précoces dispositions pour le dessin lui valent, dès 1877, une bourse d'études à l'École des beaux-arts de Paris où il sera l'élève de Cabanel. Il expose aux Salons des artistes français à partir de 1885. De retour dans sa ville natale, il participe largem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-prouve/#i_92472

RELIURE

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER, 
  • Jacques GUIGNARD
  •  • 8 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Ce fut Henri Marius-Michel (1846-1925), fils d'un relieur parisien de renom Jean Michel, dit Marius-Michel, qui fit entrer la modernité dans la profession. Constatant que les relieurs avaient toujours créé des compositions assujetties au cuir et non des compositions apparentées au contenu du livre, il entreprit d'élaborer un répertoire de style ornemental qui lui permit d'adapter le décor des rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reliure/#i_92472

SAUVAGE HENRI (1873-1932)

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 084 mots

Après des débuts brillants dans l'Art nouveau, l'architecte Henri Sauvage oriente sa pratique vers une rationalisation de l'habitation collective en concevant des unités d'habitation en gradins qu'il réalisera partiellement. En 1901, il construit la villa Majorelle à Nancy. C'est le meilleur exemple de l'architecture de l'école de Nancy, construit par un architecte parisien qui bientôt abandonnera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-sauvage/#i_92472

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les XIXe et XXe siècles »  : […] Vers le milieu du xviii e  siècle apparaissent les premiers collectionneurs de vitraux anciens, en Angleterre tout d'abord (Horace Walpole). L'intérêt pour cet art se réveille, comme en témoigne le livre de Pierre Le Vieil (1774). Après la Révolution et les guerres qui ont provoqué de très nombreuses destructions, des tentatives sont faites en Fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_92472

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé DOUCET, « NANCY ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-nancy/