ÉCLECTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tendance qui revient périodiquement dans l'histoire de la philosophie occidentale et qui consiste à choisir, dans des écoles ou des systèmes différents, des opinions, regardées par l'éclectique comme vraies au moins partiellement, pour en constituer un corps de doctrine censé représenter la vérité intégrale et la croyance générale de l'humanité. L'éclectisme suppose donc toujours l'existence d'un critère de choix permettant de reconnaître la vérité donnée dans les différents systèmes ; ce critère est la raison universelle, identique dans le temps et dans l'espace, et propriétaire inaliénable de la vérité : la philosophie, dira Victor Cousin, n'est pas à chercher, elle est faite.

À partir du ~ ier siècle, on trouve des philosophes qui se donnent eux-mêmes le nom d'éclectiques, tel Potamon d'Alexandrie (Diogène Laërce, Prologue des Vies des philosophes). D'autres, sans prendre ce nom, adoptent la méthode éclectique, tel, selon Cicéron (De inventione), son maître Antiochus d'Ascalon, philosophe de tradition platonicienne, qui mêle les traits platoniciens, aristotéliciens et stoïciens pour constituer sa propre doctrine, de la même manière que le peintre Zeuxis fondit les traits de cinq jeunes filles de Crotone pour peindre la beauté d'Hélène. Antiochus justifie sa méthode en affirmant qu'il existe une tradition commune qui unit entre elles ces trois écoles. Les recherches les plus récentes en histoire de la philosophie grecque (H.-J. Krämer, Platonismus und hellenistische Philosophie, Berlin, 1971) confirment en partie cette conception : ce sont les discussions au sein de l'académie de Platon qui ont fourni à la fois la problématique commune et les types de solution utilisés par les écoles postérieures. L'effort de systématisation inauguré par Antiochus d'Ascalon s'intensifie dans le néo-platonisme, à partir du iie et du iiie

Zeuxis choisissant ses modèles, N. Monsiaux

Zeuxis choisissant ses modèles, N. Monsiaux

Photographie

Nicolas Monsiaux (1754-1837), Zeuxis choisissant ses modèles. Huile sur toile. 1797. Art Gallery of Ontario, Canada. 

Crédits : Gift of the Volunteer Committee Fund 1988, Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCLECTISME  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « L'éclectisme du Ier siècle avant J.-C. »  : […] Peu avant l'ère chrétienne, les principaux courants de la pensée grecque se trouvent représentés à Alexandrie. Mais ils ne se maintiennent pas à l'état pur ; chacune des écoles s'est ouverte sur les autres et leur a emprunté des éléments qu'elle essaie d'incorporer à sa doctrine originelle. Cet éclectisme constituera un caractère important, commun à presque toutes les époques de la philosophie al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_8355

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les philosophies hellénistiques »  : […] La mort d'Aristote (322), qui suit d'un an celle d'Alexandre, marque une coupure, au moins relative, dans l'histoire de la philosophie grecque. Le platonisme classique et, à un moindre degré ou avec moins de succès, l'aristotélisme tendaient à l'unité de la théorie et de la pratique : la vision des essences est la condition de l'action droite et, en particulier, de la politique juste. À la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8355

COUSIN VICTOR (1792-1867)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 793 mots

Fils d'un ouvrier joaillier, Victor Cousin, après de brillantes études secondaires au lycée Charlemagne, entre, en 1810, à l'École normale supérieure, où il subit l'influence durable de Pierre Laromiguière ; celui-ci l'initia à la pensée de Locke et de Condillac, lui apportant la révélation et le goût de la philosophie qu'on n'enseignait pour ainsi dire pas à cette époque dans les lycées impériaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-cousin/#i_8355

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Victor Cousin »  : […] Pour de nombreux adversaires, l'enseignement philosophique des collèges parut le point faible par lequel on pouvait attaquer le monopole universitaire. À droite, les ultracléricaux, comme Jean-Marie de La Mennais ou Riambourg, dénonçaient cette orgueilleuse raison qui prétend se passer de toute Révélation ; à gauche, des socialistes, comme Pierre Leroux ou Joseph Ferrari, ne voulaient voir dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_8355

SPIRITUALISME

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 2 202 mots

Dans le chapitre « La synthèse éclectique et Ravaisson »  : […] Comme le plus souvent dans l'histoire des idées, l'évolution ne s'est pas faite à partir d'un débat fondamental, mais en fonction d'une réaction de circonstance dirigée contre le matérialisme du xviii e  siècle. En 1812, Pierre Laromiguière, un des « idéologues » tancés par Napoléon, enseignait encore en Sorbonne le sensualisme de Condillac. Maine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritualisme/#i_8355

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « ÉCLECTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclectisme/