Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EISENHOWER DWIGHT DAVID (1890-1969)

David Dwight Eisenhower fut le trente-quatrième président des États-Unis. Il gouverna de 1953 à 1961.

Né dans une modeste famille, de tradition mennonite, Eisenhower vécut dans le Kansas à Abilene, puis entra à l'Académie militaire de West Point (1911-1915). Au cours de la Grande Guerre, il reste aux États-Unis et occupe un poste d'instructeur dans l'arme blindée. Au retour de la paix, il est capitaine et le demeurera seize ans. Mais il a la chance d'être envoyé à l'école d'état-major de Fort Leavenworth en 1926, puis à l'Army War College en 1928. Il entre alors dans le cabinet du secrétaire adjoint à la Guerre. En 1933, le chef de l'état-major, le général Douglas MacArthur, le remarque et l'emmène aux Philippines de 1935 à 1939. En mars 1941, Eisenhower accède au grade de colonel ; quelques mois plus tard, à celui de général de brigade.

Opération Torch

Opération Torch

La participation des États-Unis à la Seconde Guerre mondiale lui ouvre de nouvelles possibilités. En 1942, après s'être fait remarquer lors des manœuvres de Louisiane, il entre à l'état-major général comme chef de la division des plans de guerre. Lorsque les Alliés décident de préparer un débarquement en Europe, c'est à lui que pense le général Marshall pour préparer les opérations. Eisenhower s'installe à Londres, pendant l'été de 1942. En fait, le débarquement a lieu d'abord en Afrique du Nord et le commandement en chef lui en est confié. Après la libération du Maghreb en mai 1943, Eisenhower dirige le débarquement allié en Sicile, puis en Italie. En novembre 1943, le président Roosevelt lui confie la tâche de commander toutes les forces alliées qui seront débarquées sur les plages françaises. Les opérations qui commencent le 6 juin 1944 et ouvrent le deuxième front en Europe se déroulent sous sa responsabilité. Il y fait preuve de tact (le commandement étant interallié, il lui faut concilier les intérêts américains, anglais et français), de compréhension à l'égard des méthodes de guerre et des techniques militaires nouvelles (importance de la logistique) et d'un courage qui lui permet de résister à la contre-offensive allemande de décembre 1944. Le 7 mai 1945, il reçoit, à Reims, la capitulation de l'armée allemande et succède au général Marshall au poste de chef d'état-major de l'armée américaine. Il prend sa retraite en 1948. En 1951, il est rappelé à la tête du commandement suprême des forces de l'O.T.A.N. Les partis politiques se le disputent. Après avoir refusé en 1948, il cède en 1952 au Parti républicain, et se présente à l'élection présidentielle. Sa popularité, un programme rassurant, les tendances conservatrices qu'il affiche et qui correspondent aux sentiments de la majorité lui assurent une victoire aisée. Sa réélection en 1956 ne sera pas moins facile.

Montgomery et Eisenhower

Montgomery et Eisenhower

Préparatifs du débarquement

Préparatifs du débarquement

Jour J : le débarquement de Normandie, 1944

Jour J : le débarquement de Normandie, 1944

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956

Le président Eisenhower confie la politique étrangère à son secrétaire d'État, John Foster Dulles, auquel il laisse une entière liberté d'action. La guerre froide, le réarmement de l'Allemagne, les négociations en Corée et le containment de la Chine communiste, la condamnation de l'expédition anglo-franco-israélienne en Égypte, l'intervention au Guatemala, puis, à la fin des années 1950, la recherche d'une entente avec l'U.R.S.S. et l'avènement du régime castriste à Cuba sont les faits marquants de l'ère Eisenhower.

À l'intérieur, Eisenhower applique le principe de la non-intervention de l'État dans les affaires économiques, défend le conservatisme politique tout en éprouvant fort peu de sympathies pour le maccarthysme, entreprend de faire respecter la déségrégation raciale que la Cour suprême a ordonnée (Little Rock, 1957). C'est une période d'immobilisme : les Américains, rassurés par la tranquille bonhomie du général et par la prospérité dont fait preuve[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Opération Torch

Opération Torch

Montgomery et Eisenhower

Montgomery et Eisenhower

Préparatifs du débarquement

Préparatifs du débarquement

Autres références

  • ARABISME

    • Écrit par Universalis, Maxime RODINSON
    • 5 530 mots
    • 6 médias
    ...l'indépendance du Soudan (1955), de la Tunisie et du Maroc (1956). Les États-Unis perdent la popularité que leur avait value leur attitude à Suez : la doctrine Eisenhower (janv. 1957) prévoit l'intervention éventuelle des troupes américaines à l'appel d'un pays « menacé par le communisme international ». L'hostilité...
  • BRAUN WERNHER VON (1912-1977)

    • Écrit par Hubert CURIEN
    • 1 859 mots
    • 5 médias
    ...le monde apprend le lancement réussi du premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik-1. C'est un choc majeur pour l'opinion publique américaine. Le président Eisenhower déclare qu'il doit trouver les moyens de « mettre fin à la vague d'hystérie » soulevée par le succès soviétique. Von Braun est...
  • ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

    • Écrit par Universalis, Sandrine GAMBLIN, Robert SANTUCCI
    • 38 768 mots
    • 16 médias
    ...pro-irakien avorté en Syrie et montée dans ce pays des forces favorables à une alliance avec l'Égypte et l'URSS ; réaction américaine, baptisée « doctrine Eisenhower » (9 mars 1957), offrant une aide financière et militaire à tout État du Proche-Orient luttant contre le communisme ; riposte de l'URSS avec...
  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

    • Écrit par Ruxandra PAVELCHIEVICI
    • 8 701 mots
    • 4 médias
    Telles sont les conditions dans lesquelles se déploie le « républicanisme moderne » ou « conservatisme dynamique » du président Dwight D. Eisenhower, élu en 1952 puis réélu en 1956, qui rappelle fréquemment son attachement aux valeurs du Parti républicain, en faveur d’un État minimal comptant...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi