MONTGOMERY OF ALAMEIN BERNARD LAW MONTGOMERY 1er vicomte (1887-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Montgomery et Eisenhower

Montgomery et Eisenhower
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jour J : le débarquement de Normandie, 1944

Jour J : le débarquement de Normandie, 1944
Crédits : National Archives

vidéo

Préparatifs du débarquement

Préparatifs du débarquement
Crédits : Horace Abrahams/ Getty Images

photographie

George VI et Montgomery

George VI et Montgomery
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


photographie : Montgomery et Eisenhower

Montgomery et Eisenhower

Le général britannique Montgomery (1887-1976) et le général américain Eisenhower (1890-1969) observent la côte italienne depuis Messine, en Sicile. Ils préparent le débarquement des armées alliées en Italie du Sud. 

Afficher

Sorti officier de l'école de Sandhurst, Montgomery combat en France durant la Première Guerre mondiale ; il entre à l'état-major général de division en 1939, et parvient à rembarquer ses troupes à Dunkerque. Nommé chef de la VIIIe armée en 1942, au moment où cette armée doit affronter la grave menace de l'offensive Rommel en Libye, il remporte, entre le 23 octobre et le 4 novembre 1942, la victoire décisive d'El-Alamein et sauve ainsi l'Égypte et le canal de Suez. Sur la lancée, il participe à la campagne de Tunisie et commande une armée britannique en Italie. En 1944, sous le commandement suprême d'Eisenhower, il dirige les opérations combinées du débarquement en Normandie avant d'assumer le commandement en chef des forces britanniques et du front du nord de la France. Extraordinaire entraîneur d'hommes et stratège audacieux, il échoue cependant à convaincre le général Eisenhower de renoncer à une stratégie de progression simultanée de toutes les armées, en faveur d'une attaque massive sur la Ruhr : il prétendra toujours par la suite que cette manœuvre aurait considérablement écourté le conflit. Le 4 mai 1945, il reçoit à Lüneburg la reddition des forces allemandes du Nord, avant de participer à la signature de la capitulation sans condition du Reich. Avant de prendre sa retraite en 1958, il se voit confier un certain nombre de commandements, en particulier celui de chef de l'état-major impérial britannique (1946) et celui de commandant adjoint des forces atlantiques en Europe (1951). Bien qu'abondamment décoré, élevé à la pairie en 1946, celui qui est tenu pour l'un des plus grands chefs militaires de la Seconde Guerre mondiale doit se contenter d'un titre de vicomte, quand le maréchal Alexander devient comte. Il prendra encore de vigoureuses positions personnelles sur les questions militaires au temps de la guerre froide.

—  Roland MARX

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  MONTGOMERY OF ALAMEIN BERNARD LAW MONTGOMERY 1 er vicomte (1887-1976)  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « El-Alamein, Midway et Guadalcanal »  : […] En Libye, Montgomery a minutieusement préparé la contre-attaque de la VIII e  armée, qui est désormais la mieux équipée en tanks et en avions. Menacé à l'ouest, courant le risque d'être emprisonné en Afrique, Rommel bat en retraite, après avoir subi à El-Alamein un sévère échec (3 nov. 1942). Il évacue la Tripolitaine, perdant 500 chars et 45 000 hommes faits prisonniers, et arrive à la frontière […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « MONTGOMERY OF ALAMEIN BERNARD LAW MONTGOMERY 1er vicomte (1887-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-montgomery-of-alamein/